Histoire de Montréal

Imperial Tobacco

Imperial Tobacco

Imperial Tobacco

Imperial Tobacco, dont le siège social est à Montréal, domine le marché canadien des cigarettes. En fait, la compagnie fait partie de la société Imasco Ltée, basée elle aussi à Montréal. Cependant, la société britannique B.A.T Industries ( BAT ) détient près de la moitié des actions d’Imasco.

Les marques d’Imperial Tobacco les plus vendues sont Player’s et du Maurier qui, à elles deux, accaparent quelque 60% des ventes de cigarettes au Canada.

En 1895, l’American Tobacco Company of Canada est fondée à Montréal, résultat d’une fusion entre l’American Cigarette Company, une entreprise américaine et la D. Ritchie & Company, compagnie montréalaise, née en 1885. Treize année plus tard, en 1908, a lieu la fusion de cette compagnie avec l’Empire Tobacco Company. La nouvelle entreprise reçoit le nom d’Imperial Tobacco. En 1912, Imperial Tobacco Ltée est constituée en société.

Au fil des années, l’entreprise ne cesse pas de se développer, absorbant plusieurs compagnies de taba et à partir du début des années 1960, quand le débat sur le tabac et la santé se fait sentir, Imperial Tobacco commence à diversifier ses activités, acquérant des actions dans quelques compagnies de vignobles, d’édition, de produits alimentaires et autres. Plus tard, elle revend toutes ces entreprises, se concentrant une autre fois sur le tabac.

En 1970, est créée Imasco Ltée – l’abréviature par IMperial and ASsociated COmpanies – qui servait de holding à diverses sociétés, dont certaines chaînes de magasins de produits de santé et de beauté au Québec ( Pharmaprix, par exemple ), de fabrication de tortillas mexicaines, de biscuites, de fromage et autres. Un grand nombre de ces filiales ont perdu beaucoup d’argent et Imasco s’en est débarrassée, les produits du tabac rapportant toujours des bénéfices pour ces expériences.

À la fin du XXe siècle, Imasco se trouvait dans la première dizaines des plus grandes sociétés par actions du Canada, surpassé par Bell Canada, Seagram, et quelques banques.

Les recettes nettes d’Imperial Tobacco ont représenté à cette époque, plus de 50 % du total des gains d’exploitation d’Imasco avant impôt et cela sans compter des bénéfices sur la vente du tabac au détail par les chaînes alimentaires, appartenant à Imasco.

Remarquons la présence d’un grand nombre de personnalités influentes de l’establishment canadien au Conseil d’administration d’Imasco. Par exemple, y siégeaient Paul Martin, ex-premier libéral du Canada, Bernard Roy, secrétaire principal du premier ministre Brian Mulroney ; Rob Pritchard, président de l’Université de Toronto, la plus grande université au Canada ; Bill Bennett, ex-premier ministre de la Colombie-Britannique ; Torrance Wylie, ex directeur national du Parti libéral du Canada ; Claude Castonguay, ex ministre des Affaires sociales du Québec et sénateur ; Pauline McGibbon, ancienne lieutenante – gouverneure  de l’Ontario (Mme McGibbon a aussi été longtemps membre du Conseil du Maurier pour les arts d’interprétation, une organisation de mécénat reliée à Imperial Tobacco).

Ancien siège de l’Imperial Tobacco. Photo de GrandQuebec.com

Curieusement, certains personnalités ont partagé leurs fonctions entre leurs obligations dans le Conseil du géant du tabac et dans des organismes apparemment en conflit avec des intérêts de de Imperial Tobacco.

À titre d’exemple, citons Madame Nan-Bowles de Gaspé Beaubien, administratrice du Conseil d’Imasco depuis 1987 et au même temps administratrice du Programme du Prix humanitaire Terry Fox qui se décerne aux personnes qui combattent le cancer au Canada. Prenons un autre exemple : Murray Koffler, le fondateur de Shoppers Drug Mart et membre du Conseil d’Imasco, gérait au même temps Conseil canadien sur l’usage abusif de la drogue.

En 2000, Imperial Tobacco est devenue filiale de British American Tobacco, une société internationale qui travaille dans plus de 180 pays. Depuis 2002, son siège social se trouve à 3810, rue Saint-Antoine Ouest à Montréal, en face de l’ancienne usine. D’une superficie de plus de 16 mille mètres carrés, le nouvel édifice est considéré comme l’un des plus grands sièges sociaux canadiens abritant une seule entreprise.

Les divisions de la compagnie sont Finances, Marketing, Exploitation, Ressources humaines, Droit et Affaires corporatives. L’entreprise compte environ mille employés.

L’usine de l’Imperial Tobacco sur la rue Saint-Antoine dans le quartier Saint-Henri a ouvert ses portes en 1906, au moment de la création de ce géant de l’industrie du tabac. En 2003, toutefois, l’usine a déménagé au Mexique.

Après la fermeture de l’usine, le promoteur immobilier Alliance Prével a déposé un immense projet de condos, selon lequel, les trois pâtés de maison occupées auparavant par l’Imperial Tobacco, seraient reconverties en quelque 500 unités d’habitation (une grande partie de ces logements représentent des lofts).

30 Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *