Histoire de Montréal

Faits et méfaits

Faits et méfaits

Au Palais de Justice : Faits et méfaits

Chronique judiciaire parue dans le journal Le Canada dans l’édition de 25 novembre 1953.

L’attaque-surprise dans un magasin à rayon de l’est

J.-P. Laudière, acusé de voies de fait, lorsqu’il frappa une jolie employée de magasin à rayons, Mme Simone Dumouchel Théorêt, le 13 novembre, a été reconnu coupable par le juge en chef Édoaurd Archambault, hier, et condamné à une amende de $5, plus les frais. Le procès n’a pas manqué de saveur. La victime, drapée dans un chic maneatu de fourrures, avec caluron de velours noir, dit au tribunal :

Il était avec deux amis et l’un d’eux s’est emparé d’un radio portatif sur le comptoir. J’approche et c’est à ce moment que l’inclupé me frappe sur … – dit-le ? Demande le juge. – Sur… – Mais parlez ! – Sur… l’estomac… -Vous avez eu des douleurs ? – Oui, pendant deux jours. Lausière tente une défense bouteuse mais elle est rejetée par le tribunal qui le déclare coupable.

Charles Batho, 18 ans, du 2248 de la rue Belgrade, coupable de deux vols à main armée, et de trois vols avec violence, en s’attaquant à des messagers de pharmacie, a bénéficié de clémence à cause de sa jeunesse, devant le juge Gérard Almond, hier. Ce tribunal lui imposa une peine de deux ans au centre de réhabilitation de Laval, à Saint-Vincent-de-Paul.

Six de ses complices, des juvéniles, sont devant la Cour du Bien-Être-Social.

***

Gérard Martineau, sans adresse au dossier, coupable de refus de pourvoir devant le juge Maréchal Nantel, recevra sa sentence le 10 décembre prochain. Le tribunal l’a libéré sur parole, non sans lu déclarer :

Voyez à ce que tout rentre dans l’ordre. Vos enfants ce n’est pas de leur faute s’ils sont venus en ce monde. Si j’ai de mauvaises nouvelles le dix décembre, je serai sévère.

***

Odillon Langlois et Gérard Gariépy, sans adresses au dossier, deux camionneurs, ont protesté de leur innocence devant le juge Maréchal Nantel, hier, à une accusation de vol de 3,000 de bois de construction, valant $300, la prpriété de M. Paul Lemieux. L’enquête judiciaire a été ajournée au 1er décembre, avec cautionnement de $950 dans chaque cas.

***

L’échevin Paul Coulombe, de ville Saint-Miche, qui devait subir son enquête préliminaire, hier, devant le juge T.-A. Fontaine, a été libéré, la poursuite ne s’étant pas présentée avec ses témoins. L’affaire était devant les ttribunaux de juridiction pénale depuis le mois d’août dernier.

M. Coulombe avait été accusé d’avoir suggéré à un entrepreneur en construction d’offrir des pots-de-vin aux membres du conseil de ville Saint-Michel, afin d’obtenir des terrains appartenant à la municipalitéé La transaction ne s’était toutefois pas matérialisée.

Me René Gauthier, c.r., a obtenu l’élargissement de son client, après avoir déclaré que l’affaire traînait depuis le mois d’août, qu’il y avait eu de nombreuses remises et que chaque fois les témoins de la poursuite étaient absents. Il a donc demandé le retrait de la plainte, ce qui lui fut accordé séance tenante.

***

Gaston Plante, 28 ans, sans adresse indiquée au dossier, s’est reconnu coupable, hier, devant le juge Maréchal Nantel, d’avoir commis un vol à main armée de $100 dans la bijouterie Pelchat et Gauthier, rue Masson à Rosemont, le 14 novembre. Sentance sera prononcée le 16 décembre.

Maison des gargouilles

Maison des gargouilles, Montréal. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *