Histoire de Montréal

Développement de la compagnie de téléphone Bell

Développement de la compagnie de téléphone Bell

Les développements de la Cie de Téléphone Bell en 1929

Quarante-huit mille nouveaux postes en 1929 – Plus de $7,000,000 dépensés en améliorations et renouvellements à Montréal – Un nouveau central à Notre-Dame de Grâce – L’Immeuble de la Côte du Beaver Hall

Au cours des vingt dernières années le Canada a traversé une ère de prospérité générale. L’expansion de l’industrie du bâtiment a été particulièrement remarquable durant les années qui ont suivi la guerre. Les statistiques de 1929 font voir que les permis de construction au 30 novembre se totalisent à $226,000,000 avec un nombre indice de 1963, comparativement à 181 en 1928, 129 en 1926 et 100 en 1920.

Le développement du service téléphonique a emboîté le pas.

L’acceptation du téléphone comme moyen quasi universel de communication et l’usage plus répandu de pourvoir les bureaux et demeures de facilités téléphoniques adéquates ont amené une augmentation considérable du nombre de postes en service. De plus en plus le public se rallie à l’idée moderne d’avoir plusieurs téléphones ainsi que des lignes additionnelles pour épargner du temps et s’acquitter plus commodément de ses fonctions sociales et économiques.

Le résultat de cette nouvelle conception du service téléphonique illustre le fait mie la Compagnie de Téléphone Bell a accru de 48,000 le nombre des postes en service au cours de la dernière année. Cet accroissement provient de l’installation de 150,000 postes et de l’enlèvement de plus de 100.000.

À Montréal durant l’année écoulée la continuation de l’activité remarquable qui a régné dans l’industrie du bâtiment a exigé de la part de la Compagnie de Téléphone l’exécution d’une foule de travaux considérables. La Compagnie Bell a dépensé plus de $7,000,000 en amélioration et renouvellement d’outillage téléphonique dans notre ville.

Non seulement ce nouvel outillage est-il nécessaire pour rencontrer les nouvelles demandes de service, mais le déménagement des abonnés dans les limites du réseau local entraîne une nouvel arrangement de l’outillage extérieur. De plus la poursuite du programme de conversion du système manuel à l’automatique nécessite des travaux de remplacement et d’amélioration de l’outillage, sans mentionner le montage de nouveaux postes centraux.

Trois nouveaux centraux à cadran ont été inaugurés durant l’année : Dupont, situé dans Ahuntsic et destiné à desservir les abonnés riveraines et ceux de Montréal-Nord; Marque! le, en remplacement do l’ancien échange Main qui desservait la section commerciale du bas de la ville, et Falkirk, la quatrième unité du territoire Amherst-Cherrier-Frontenac. Elwood, localisé dans la partie résidentielle progressive de Notre-Dame de Grâce, sera bientôt achevé et commencera de fonctionner au début de février.

L’inauguration du central Marquette, achevé en novembre, précipita la disparition du vieux poste Main qui desservit le quartier des affaires, avec ses nombreux échanges privés et son outillage compliqué, comme c’est le cas dans les bourses, les bureaux de courtiers, etc., fut la plus difficile jamais accomplie par la Compagnie de Téléphone. Il a fallu poser quarante-huit mille pieds de câbles de 1212 paires de fils. Les travaux et le matériel nécessaires au montage de ce poste ont coûté environ un demi-million de dollars.

Par suite du programme de conversion de l’année dernière 48% de tous les postes téléphoniques de Montréal appartenaient au système à cadran, en date du 31 décembre, comparativement à 36% à la même date de l’année précédente.

Outre la poursuite du programme de conversion, l’installation du service téléphonique dans les quartiers résidentiels progressifs de l’Ouest et du Nord-Est de là Ville à exigé des déboursés de plus de $1,250,000. Du point de vue de la Compagnie, un des faits importants de l’année fut l’ouverture des nouveaux quartiers généraux do la Côte du Beaver Hall. Point n’est besoin d’une longue description de l’immeuble Beaver Hall dont les lignes nous sont familières à tous. Notons en passant que l’aménagement du service téléphonique dans l’immeuble de la Côte du Beaver Hall a exigé onze tonnes de câbles renfermant 2,320,000 pieds de fils conducteurs. L’installation du service a été exécutée dans nombre d’édifices importants au cours de 1929 dont l’immeuble Dominion Square, l’Hôtel Ford, le nouvel immeuble Sun Life, le nouveau magasin Simpson.

La Compagnie a dépensé $230,000 pour accroître les câbles d’arrivée de son réseau de “longue distance” sur Hie de Montréal, Ces travaux exécutés au cours de l’année dernière augmenteront les facilités du service de « longue distance » dont le trafic est de plus en plus considérable.

Un autre fait digne, de mention et» rapport avec le développement téléphonique de notre ville c’est l’aménagement de bureaux d’affaires dans certains quartiers populeux de notre ville. L’an dernier la Compagnie ne comptait qu’un bureau d’affaires, logé dans le vieil immeuble de la rue Notre-Dame.

Actuellement elle a un bureau rue Wellington à Verdun, pour répondre aux besoins croissants de cette ville; un autre, du type dit « sans comptoir », est situé sur l’avenue du Parc près de la rue Bernard. On en trouve un troisième dans l’immeuble Wilbank, à l’angle des rues Atwater et St-Antoine: un autre dans un vieil immeuble Main et enfin elle a installé dans le nouvel immeuble de la Côte du Beaver Hall des bureaux d’affaires modernes pour la commodité du publie et de ses abonnés.

L’augmentation nette des postes téléphoniques à Montréal durant l’année 1929 fut de 14,800. Y compris le déménagement de quelque 26,500, cela représente 71,700 raccordements et 56,000 enlèvements.

Pour en apprendre plus :

Immeuble Wilbank, à l’angle des rues Atwater et Saint-Antoine. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *