Histoire de Montréal

Criminel incendie de 1724

Criminel incendie de 1724

Criminel incendie de Montréal en 1734

Treize ans après le désastre de 1721, Montréal fut de nouveau en partie détruit par le feu. Cette fois c’était l’oeuvre d’une incendiaire. Une négresse du nom de Marie-Josephte-Angélique, esclave de madame Poulin de Francheville, avait été renvoyée par sa maîtresse pour conduite repréhensible. Pour se venger de l’affront, Angélique, de connivence avec son complice, Jacques Claude Thibault, mit le feu à la maison qu’elle venait
de quitter.

Les flammes se communiquèrent vite aux bâtiments voisins et atteignirent l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, qui, pour la troisième fois en quarante ans fut entièrement détruit. Près du tiers de la basse ville, (exactement 46 maisons) croula dans les ruines (10 avril 1734). Le désastre n’était pas aussi grand que celui de 1721; mais il affectait des familles qui avaient déjà subi des pertes ruineuses à peine réparées. C’était pour plusieurs une vraie calamité.

La négresse, mise à la question, fut convaincue du crime d’incendiaire et condamnée à avoir le poing coupé et être brûlée vive en place publique. Le Conseil Supérieur modifia cette cruelle sentence. La malheureuse fut conduite en charrette à travers les rues, où son crime affreux avait amoncelé des ruines. Un cierge à la main, elle dut faire amende honorable devant l’église paroissiale. Menée au lieu des exécutions, elle fut pendue et son cadavre livré aux flammes. (Cette même année à New-York, un jeune homme, coupable d’attentat criminel, avait été condamné à être brûlé vif. Mais là-bas la sentence fut exécutée « dans sa forme et teneur », devant un grand nombre de spectateurs. — New York Gazette, 28 janvier 1734.) Son complice, Thibault, avait réussi à s’enfuir. Il fut condamné à la même peine par contumace.

Les Religieuses hospitalières de l’Hôtel-Dieu, les plus éprouvées par le sinistre, se logèrent momentanément dans la maison de Jacques de Montigny et dans une autre contiguë. Elles y poursuivirent leur apostolat charitable du soin des malades. Étant très à l’étroit dans leur logement de fortune, mal aménagé et manquant de tout, les bonnes soeurs connurent les plus dures épreuves. Une maladie infectieuse, dont on ne donne pas la nature, et apportée par un soldat sous traitement, se communiqua à l’infirmière qui avait le patient sous ses soins. La contagion se répandit dans la communauté et six religieuses de choeur moururent en quelques jours.

Le nécrologe de l’Institut conserve encore les noms de ces humbles victimes de la charité. On lit les noms des soeurs d’Aillebout, Gay, Picard, Préville, Gatien, Levasseur et trois religieuses converses.

Pour empêcher l’épidémie de gagner la ville, M. de Beaucours, gouverneur, mit l’hôpital en quarantaine.

Mgr Dosquet ordonna aux religieuses, à l’exception de cinq ou six, de se retirer à la campagne pour quelques temps. Pour la troisième fois l’édifice fut reconstruit sur les ruines de l’ancien; et les Hospitalières reprirent leur oeuvre de charité et de dévouement.

Place d'Armes. dans le Vieux-Montréal. Photo de GrandQuebec.com.
Place d’Armes. dans le Vieux-Montréal. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *