Montérégie

Route des Cidres

Route des Cidres

Route des Cidres en Montérégie

Parmi de nombreux attraits que la Montérégie propose aux visiteurs, la Route des cidres est l’un des plus amusants. Cette Route champêtre regroupe des douzaines de cidreries locales qui offrent de différentes variétés de cidres, telles que le cidre plat, le site mousseux, le cidre succulent, le cidre tranquille, le cidre à l’aromatisé et le plus connu de tous, le cidre de glace, invention des Montérégiens.

On dit qu’au total, il existe plus de soixante variétés de cidres, créés par les cidriculteurs montérégiens. De plus, de nouveaux surprenants produits sont ajoutés annuellement par ces maîtres dans l’art de transformation des pommes en cidre.

La Route des cidres s’étire d’Hemmingford à Saint-Denis–sur-Richelieu, en passant par Henryville, Saint-Théodore-d’Acton, Rougemont, Mont-Saint-Hilaire et Mont–Saint–Grégoire. Au total, la Route des cidres de la Montérégie comprend 13 étapes.

Ce circuit des cidres est fonctionnel toute l’année. Le printemps, les célèbres Journées Crêpes et Cidres sont organisées offrant la dégustation gratuite et l’animation pour toute la famille.

Vous pourriez déguster ces délicieux fruits du terroir et du savoir-faire le long du trajet de 300 kilomètres.

À savoir que plusieurs autres circuits sillonnent la Montérégie. À titre d’exemple, nous pouvons citer le Circuit du Paysan, la Route des Vins du Québec, la Route Gourmande des fromages fins du Québec et la Route du Sud du Québec. Chaque route présente un itinéraire différent

La Route des Cidres de la Montérégie est née en 1998. En 2000, elle à remporté le prix du Québec L’Innovation touristique.

Comment acheter les pommes ?

L’achat d’une pomme fraîche est possible à l’année depuis que se sont généralisées les méthodes de conservation en entrepôts frigorifiés et en entrepôts à atmosphère contrôlée (AC). Dans les entrepôts frigorifés, les pommes sont gardées à une température approchant 0 degrés C. avec 85 à 90 % d’humidité. Ceci ne les empêche pas de continuer à mûrir : elles consomment de l’oxygène et produisent du bioxyde de carbone. Elles demeurent agréables à manger nature jusqu’en décembre ou janvier, après quoi elles perdent leur lustre, leur croquant et deviennent pâteuses. En atmosphère contrôlée, les pommes « hivernent » : on retire l’oxygène de l’air tout en augmentant le bioxyde de carbone ; le mûrissement est alors au grand ralenti et les pommes peuvent se conserver jusqu’à 8 mois. Elles sont mises en marché après les pommes frigorifiées.

Rechercher des pommes fermes. bien colorées et exemptes de meurtrissures (les parties endommagées font pourrir la pomme et les autres autour). Un fruit immature ou trop mûr est terne ; cet indice est souvent faussé cependant car la plupart des pommes sont « maquillées » et ne brillent que parce qu’elles ont été recouvertes de cire ou frottées. Vérifier le degré de maturité en donnant une chiquenaude près de la queue, un son sourd indique que la pomme est mûre tandis qu’un son creux signifie qu’elle devient blette. Il est préférable d’acheter les pommes dans un étalage réfrigéré, à moins de connaître le moment de leur cueillette, car elles mûrissent très vite à la température de la pièce.

Les pommes sont classées selon leur forme, leur grosseur et leurs qualités. Les pommes exemptes de défauts sont les plus chères ; elles constituent un achat inutile lorsqu’on les destine à la cuisson. Les pommes moins parfaites sont surtout utilisées par l’industrie.

Pommes

Pommes du Québec. Photo de GrandQuebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *