Montérégie

MRC Vaudreuil-Soulanges

MRC Vaudreuil-Soulanges

Municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges

La Municipalité régionale de comté Vaudreuil-Soulanges (code géographique 710) fait partie de la région administrative de la Montérégie et se compose de 23 municipalités, déployées sur un territoire de plus de 855 kilomètres carrés. La population totale de la MRC Vaudreuil-Soulanges est d’environ 120 mille résidents. La MRC de Vaudreuil-Soulanges a été créée en 1982. La MRC se situe à l’ouest de l’île de Montréal, au confluent de la rivière Outaouais et du Saint-Laurent.

L’histoire de ces lieux est longue et il semblerait que les Iroquois connaissaient ces terres et y venaient pêcher et chasser depuis longtemps. Le 23 octobre 1702, Louis-Hector de la Callières, le gouverneur de la Nouvelle-France, octroya ces terres à MM. Philippe Rigaud de Vaudreuil et Jacques Joybert de Soulanges et de Marson. De cette façon, les seigneuries de Vaudreuil et de Soulanges ont été fondées.

Des municipalités actuelles, certaines sont rurales et d’autres urbanisées. Grâce à la proximité des frontières avec des vastes marchés des États-Unis et de l’Ontario, la situation économique de la MRC est excellente et on y trouve un grand nombre d’industries et de fermes. D’ailleurs, Vaudreuil-Soulanges est reconnue comme centre de villégiature et récréotouristique.

Coordonnées de la MRC Vaudreuil-Soulanges :

420, avenue Saint-Charles
Vaudreuil-Dorion
J7V 2N1

Téléphone : 450 455 5753.

Circonscription électorale de Vaudreuil

Limitée au nord par la rivière des Outaouais et comprenant l’île Perrot, la circonscription de Vaudreuil, d’une superficie de 503 km2, comprend une quinzaine de municipalités, les trois plus importantes étant Pincourt, Vaudreuil et L’Île-Perrot. Le nom de Vaudreuil a identifié un comté puis un district électoral de 1829 à 1839, c’est-à-dire jusqu’au moment quand il fut jumelé à celui de Soulanges pendant les 49 ans qui suivirent. Ce n’est qu’en 1988 que Vaudreuil a de nouveau désigné seul une circonscription électorale et que Soulanges fut jumelé à Salaberry.

Malgré la proximité de Montréal, l’activité industrielle de cette circonscription est plutôt restreinte. Sur la soixantaine d’entreprises manufacturières qu’elle compte, les plus importantes sont celles qui produisent des machines électriques et des instruments de mesure. Quant à l’agriculture, elle dispose des bons sols des basses-terres du Saint-Laurent qui ont favorisé la mise en place d’une industrie laitière et la transformation des produits agricoles. Cette circonscription qui porte le nom d’un illustre gouverneur de la Nouvelle-France, Philippe de Rigaud de Vaudreuil, marquis de Vaudreuil (vers 1643-1725), s’oriente de plus en plus vers les services. D’ailleurs nombre de gens y habitent tout en allant quotidiennement travailler dans la métropole.

Hameau de Choisy

Le 21 janvier 1817, Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822) concédait l’arrière-fief Choisy, provenant de sa seigneurie de Vaudreuil, à Michel MacKay. Le nom de Choisy, donné à ce fief, rappellerait la commune de Choisy-le-Roi, située dans la banlieue sud de Paris, près de l’aéroport d’Orly, sur la Seine. Chartier de Lotbinière était issu d’une ancienne famille noble de Paris, dont les membres auraient eu des propriétés dans cette commune de l’Île-de-France.

L’un de ses ancêtres, René-Pierre Chartier, fut médecin ordinaire de Louis XIII et professeur de chirurgie au Collège royal à Paris. Chef-lieu de canton du département du Val-de-Marne, Choisy-le-Roi conserve les vestiges d’un château célèbre, construit pour la cousine de Louis XIV, Anne-Marie-Louis d’Orléans (1629-1693), dite la Grande Mademoiselle. Ayant passé aux mains de Louis de France (1661-1711), le fils aîné du roi, ce château fut l’un des lieux de rencontre de Louis XV (1710-1774) et de ses favorites. Mais lors de la Révolution Française, cette résidence fut démolie. Avec ses 40 000 habitants, Choisy-le-Roi est aujourd’hui un centre industriel important de l’agglomération parisienne ; le nom vient probablement d’un mot latin, avec le suffixe – iacum, pour désigner un lieu en forme de cuvette.

Au Québec, un hameau a conservé le nom de l’ancienne seigneurie et il est situé en Montérégie, sur le territoire de la ville de Rigaud, à 5 km à l’ouest de la ville d’Hudson, en bordure du lac des Deux-Montagnes. De 1912 à 1958, un bureau de poste desservait ce hameau qui était alors rattaché à la municipalité de paroisse de Sainte-Madeleine-de-Rigaud, créée en 1855. En 1995, cette municipalité a été fusionnée avec la ville de Rigaud. Outre ce hameau, le toponyme Choisy désigne une rue de la ville de Beauport et une autre de Saint-Léonard. Par ailleurs, al ville de Cap-Rouge, en banlieue de Québec, a adopté le nom de Choisy-le-Roi pour désigner une rue et un sentier de son territoire.

Pincourt

Bibliothèque de Pincourt. Photo libre de droits.

Code                      Municipalité

1 commentaire

  1. DÉCOSTE MARIE

    2012/03/16 at 8:28

    je désire connaitre les municipalités qui font parties du PIIA
    j’aimerais en être informé svp
    450-452-4943 ou par courriel
    Merci|

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *