Montérégie

MRC de Beauharnois-Salaberry

MRC de Beauharnois-Salaberry

Municipalité régionale de comté de Beauharnois-Salaberry

Le territoire de la MRC de Beauharnois-Salaberry (code géographique 700) compte une population de 60 000 personnes réparties en sept municipalités, dont les villes de Salaberry-de-Valleyfield (plus de 40 mille résidents) et de Beauharnois (plus de 12 mille résidents). Son territoire est d’environ 469 kilomètres carrés.

Beauharnois-Salaberry est située en Montérégie, dans la grande région de Montréal, à 40 kilomètres au sud-ouest de la métropole. C’est l’une des portes d’entrée au Québec pour les visiteurs américains et ontariens. La région bénéficie donc d’un excellent emplacement géographique.

L’histoire de la MRC de Beauharnois-Salaberry débute le 12 avril 1729, alors que le roi Louis XV octroie la seigneurie Villechauve à Charles de la Boische, marquis de Beauharnois, gouverneur général de la Nouvelle-France ainsi qu’à son frère Claude de Beauharnois de Beaumont, capitaine de vaisseau.

La seigneurie a changé de propriétaires à plusieurs reprises, et c’est à partir du début du XIXe siècle que se développent en bordure du Saint-Laurent, de même qu’autour des lacs Saint-Louis et Saint-François, les principales municipalités de ce territoire. On y trouve la paroisse St-Clément, la ville de Beauharnois et l’agglomération de Pointe-du-Lac (Salaberry-de-Valleyfield).

Aujourd’hui, même si l’industrie de la transformation est importante sur le territoire de la MRC, l’agriculture conserve une part plus qu’appréciable de l’activité économique de la région. En effet, plus de 77% du territoire est occupé par des terres agricoles. Cependant, le secteur commercial est en expansion.

Depuis la fin du XXe siècle, la MRC de Beauharnois-Salaberry joue également la carte touristique et culturelle. Ainsi, un Office du tourisme a été créé et le Parc régional de Beauharnois a vu le jour.

parc beauharnois

Photo d’un parc de la ville de Beauharnois : © Lucie Smith.

Coordonnées de la MRC de Beauharnois-Salaberry :

2, rue Ellice

Beauharnois

Québec

J6N 1W6

Téléphone : 450 225 0870

Site internet de la MRC Beauharnois-Salaberry : mrc-beauharnois-salaberry.com.

Circonscription électorale de Beauharnois-Huntingdon

Limité par la frontière canado-américaine du 45e degré de latitude, la circonscription électorale de Beauharnois-Huntingdon dont la superficie atteint 2 096 km2 compte une trentaine de municipalités et une réserve indienne, Akwesasne. Le transfert de la ville de Beauharnois et de la municipalité de Saint-Étienne-de-Beauharnois qui, avant le remembrement des circonscriptions électorales de 1988, appartenait à la circonscription de Beauharnois explique, pour une part, la nouvelle dénomination de cette division électorale. Depuis 1992, se sont ajoutées, à l’extrême est, les municipalités de Napierville, Saint-Cyprien-de-Napierville et Saint-Bernard-de-Lacolle, toutes trois comprises auparavant dans la circonscription de Saint-Jean. Sa population se concentre surtout dans Beauharnois, Saint-Rémi, Huntigdon et Akwesasne. Alors que l’agriculture qui se pratique sur un sol riche est tournée vers l’industrie laitière et les cultures vivrières diversifiées, l’industrie, surtout manufacturière, est représentée principalement par le textile et les vêtements. Les deux constituants de ce nouveau toponyme identifient depuis 1988 des comtés créés en 1829, dans le premier cas et, en 1792, soit l’année des premières élections, dans le second.

Circonscription électorale de Salaberry-Soulanges

D’une superficie de 607 km2, cette circonscription électorale compte une quinzaine de municipalités, la plus populeuse étant Salaberry-de-Valleyfield (environ 46%). Elle est la seule circonscription dont les limites déterminent un espace chevauchant les deux rives du Saint-Laurent, ce qui exprime d’ailleurs sa désignation : Soulanges étant au nord du cours d’eau et Salaberry au sud.

L’appellation Soulanges qui existe depuis 1893 a de plus été jumelée au nom qui existe depuis 1893 à 1988.

L’économie industrielle de la circonscription dépend de plus d’une centaine d’entreprises manufacturières dominées par les matières plastiques et le caoutchouc. Quant à l’agriculture, elle est pratiquée sur les bons sols argileux des basses-terres du Saint-Laurent. L’industrie laitière s’y est organisée et la transformation des produits agricoles est assurée par une dizaine d’entreprises. Soulanges rappelle la mémoire de Pierr-Jacques Joybert de Soulanges, qui a donné le nom Soulanges à sa seigneurie en 1702, en souvenir de la seigneurie de Soulanges qu’il possédait en Champagne (France).

Code                                 Municipalité

Lire aussi :

1 commentaire

  1. jimmi chara

    2011/03/25 at 2:50

    salut ja mapelle tristan et je veux savoir qui sont les depute de notre comté

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *