Montérégie

Canal de Coteau-du-Lac

Canal de Coteau-du-Lac

Le premier canal à écluses en Amérique

Pendant longtemps, les rapides de Coteau-du-Lac constituaient un obstacle majeur à franchir entre Montréal et les Grands Lacs.

Déjà, en 1749, M. Chaussegros de Léry fit mention de ces rapides. Il signalait que durant le trajet entre Montréal et Détroit, à Milles Roches près de Cornwall, il fallait débarquer une partie des cargaisons pour pouvoir ensuite traîner les bateaux dans un rigolet le long des rapides.

Il y avait au total une demi-douzaine de ces rigolets dont la construction remonte à 1749. Ils étaient constitués d’un mur de roches érigé à 3 mètres de la rive. Ils furent utilisés jusqu’à la fin du régime français. Des vestiges du rigolet de Coteau-du-Lac sont visibles sur le Lieu historique national de Coteau-du-Lac.

Pour faciliter la communication, Sir Frédérick Haldimand, gouverneur du Bas-Canada, décide de construire à Coteau-du-Lac un canal qui devait être le premier d’une série de canaux à écluses. Les ingénieurs militaires du King’s Royal Regiment of New-York, une unité militaire composée de loyalistes britanniques originaires des États-Unis, travaillèrent à cette construction.

Le canal de Coteau-du-Lac fut construit en 1779. Sa longueur était de trois cent trente pieds (plus de 100 mètres), et trois écluses de six pieds (1,80 mètres) de largeur y étaient aménagées. Le canal permettait de combler une dénivellation d’environ 2 mètres entre l’aval et l’amont du rapide.

On perça «la péninsule de Coteau-du-Lac» au pic et à la pelle et le transport de la terre s’effectuait à la brouette. Parfois, on utilisa de la poudre à canon pour faire éclater les roches.

Le canal fut inauguré au printemps de 1780. Il y avait deux entrepôts et on y ajouta l’année suivante des logements et des écuries.

Après la construction de ce premier canal à écluses en Amérique du Nord, un poste de douanes y fut établi, puis un bureau de poste. Le trafic était assez important et en 1832, environ 2 mille éclusages y ont été réalisés. En 1845, après l’inauguration du premier canal de Beauharnois pour permettre le passage des bateaux à vapeur, le canal de Coteau-du-Lac fut fermé.

Historique de la municipalité de Coteau-du-Lac

L’histoire de ce coin du pays débute officiellement en 1832 avec la première érection canonique de la paroisse de Saint-Ignace dont le texte constitutif signale « le dit Coteau du Lac », son existence étant confirmée en 1845. Dans le même texte, on mentionne qu’une côte ancienne, c’est-à-dire un rang, était partiellement identifiée.L’année suivante, la paroisse sera érigée civilement sous l’appellation de Saint-Ignace-du-Côteau-du-Lac, transférée en 1855 à la municipalité de la paroisse qui prenait la relève de celle de Côtetau-du-Lac, établie en 1845 et abolie en 1847.

L’actuelle entité résulte de la fusion intervenue en 1982 entre la municipalité de la paroisse et celle du village érigée en 1907. Cependant, le bureau de poste local était identifié sous la forme Coteau-du-Lac dès 1789. Le coteau évoqué par la dénomination municipale est situé sur la rive nord du Saint-Laurent, près de l’embouchure du lac Saint-François et représente une dénivellation d’à peine 5 m. C’est en face de cet endroit qu’en 1779, on a construit un canal pour éviter les nombreux rapides entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-François ; un détachement militaire le protégea à compter de 1781.

On y a également construit un fort au cours de la guerre de 1812 entre l’Angleterre et les États-Unis. Jadis, le portage de Coteau-du-Lac, emprunté pour éviter les cascades, tout comme celui de Coteau-des-Cèdres à peu de distance, a vu défiler de nombreuses personnalités telles Cavelier de la Salle (1669), Frontenac (1673), Lamothe-Cadillac (1710), Charlevoix (1721, La Vérendrye (1731), etc. Le marquis de Denonville signale dans son journal de 1687 que le « Costeau du Lac » est un lieu où l’on s’arrêtait en route vers les Rapides d’en Haut. À l’époque, le coteau identifiait l’endroit compris entre l’église et la pointe du lac Saint-François.

fortifications du coteau du lac

Vestiges du fort de Coteau-du-lac. Source de l’image : Pierre Bona

Voir aussi :

1 commentaire

  1. michel montpetit

    2011/10/18 at 8:24

    EST-CE POSSIBLE DE SAVOIR QUELS VOILIERS NAVIGAIT LE LA C ST-LOUIS DANS LES ANNÉES 1700-1800
    OU SITE WEB LEURS NOMS

    mERCI mICHEL MONTPETIT
    BEAUHARNOIS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *