Montérégie

Basilique de Sainte-Anne de Varennes

Basilique de Sainte-Anne de Varennes

Basilique de Sainte-Anne de Varennes

La Basilique de Sainte-Anne se situe sur la rue Sainte-Anne à Varennes, face au fleuve Saint-Laurent, dans le secteur du Cap-Saint-Michel. Cette vaste basilique du style néo-roman domine le village. Sa façade contient deux clochers. L’intérieur est richement orné.

La paroisse de Varennes existe depuis 1692 et les chapelles votives à côte de la basilique servent de reposoir pendant les processions de la Fête-Dieu. Autrefois, ils étaient nombreuses le long des routes, mais la plus grande partie ont disparu à la suite de la baisse de la pratique religieuse. À Varennes, cependant, elles sont toujours fréquentées par les pèlerins et ouvertes au culte.

La chapelle Saint-Joachim qui a été érigée en 1832 dans le style néo-classique et la seconde chapelle Sainte-Anne, a été bâtie en 1862 par l’architecte Victor Bourgeau, elle est du type néo-gothique.

Basilique de Sainte-Anne

Basilique de Sainte-Anne. Photo – GrandQuebec.com.

Varennes, origine du nom

Située sur la rive sud du Saint-Laurent, vis-à-vis de la pointe nord de l’île de Montréal, la ville de Varennes fait partie de la Montérégie, une des plus importantes régions du Québec aux plans économique et démographique. Cette ville industrielle occupe un vaste territoire de 94 km2, bordé, au sud, par la ville de Boucherville et, au nord, par la municipalité de Verchères. Quelques industries importantes axées sur la pétrochimie, avec l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ), ainsi que sur le traitement du soja et du maïs forment l’infrastructure économique locale. L’espace varennois offre un accès privilégié au fleuve avec ses parcs et ses espaces soigneusement aménagés.

Aux abords du fleuve, à la hauteur de Varennes, on peut y apercevoir un groupe d’îles, communément appelées Îles de Varennes. La plus vaste d’entre elles est l’île Sainte-Thérèse ; elle est habitée et en partie aménagée en réserve faunique et aquatique. Érigée en 1724, la paroisse de Varennes est d’abord mise sous le patronage de sainte Anne : elle devient alors Sainte-Anne-de-Varennes. Au XIXe siècle, on assiste à la création de la municipalité de Varennes (1848) et de la municipalité du village de Varennes (1848) et de la municipalité de la paroisse de Sainte-Anne-de-Varennes (1855).

Ces deux municipalités fusionneront en 1972. Plusieurs entités environnantes portent le nom de Varennes : une des îles de l’archipel, deux îles dans le Saint-Laurent, un bureau de poste, ouvert en 1827, une commission scolaire et un poulier (flèche de sable ou de galets) qui s’étire à proximité de la zone résidentielle de la ville. Dans une douzaine de municipalités du Québec, le nom de Varennes est également utilisé pour désigner des rues. Le toponyme Varennes, souvent orthographié Vareine sous le Régime français, rappelle René Gaultier de Varennes (vers 1645-1689), officier du régiment de Carignan-Salières, puis gouverneur de Trois-Rivières, qui, en 1672, se fit concéder la seigneurie de Varennes. Natif de Bécon-les-Granits, commune du département du Maine-et-Loire située à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest d’Angers, René Gaultier de Varennes, est issu de la famille Gaultier de Varennes, originaire d’Angers et anoblie au XIVe siècle. Fils d’Adam-Pierre Gaultier de la Vérenderie et de Bertrande Gourdeau, René Gaultier aurait adopté le nom de ses ancêtres en arrivant au Canada.

Des dizaines de hameaux et de communes de France portent aujourd’hui le nom de Varenne ou Varennes, dont plusieurs dans le Maine-et-Loire : les communes de Varennes-sur-Loire, à 50 km au sud-est d’Angers, et La Varenne, à 60 km à l’ouest d’Angers, de même que les hameaux de La Varenne, l’un sur le territoire de la commune de Brissarthe, au nord d’Angers, l’autre sur celui du Louroux-Béconnais, à quelques kilomètres à peine de Bécon-les-Grants où est né René Gaultier de Varennes. La famille de Varennes serait issue de la closerie des Varennes, à Andard (12 km à l’est d’Angers), tout proche de son autre fief La Vérenderie, à Trélazé ; le nom de Varennes désignait au Moyen Âge des terres légères.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *