Montérégie

Arrondissement de Saint-Timothée

Arrondissement de Saint-Timothée

Saint-Timothée, arrondissement de Salaberry-de-Valleyfield

L’arrondissement Saint-Timothée est situé à l’extrémité est composé d’un noyau villageois et du secteur rural de l’ancienne paroisse de Saint-Timothée qui a été fusionnée à la ville de Salaberry-de-Valleyfield, une ville dans la région administrative de la Montérégie qui fait partie de la Municipalité régionale de comté de Beauarnois-Salaberry, .le 24 avril 2002. Saint-Timothée regroupe environ 9 mille résidents.

Saint-Timothée a été implantée à peu de distance à l’est de Salaberry-de-Valleyfield, à l’endroit où le fleuve Saint-Laurent se rétrécit pour former les rapides des Cèdres, longs de 3 kilomètres jusqu’à Melocheville. Avoisinant au sud la municipalité de Saint-Louis-de-Gonzague, le territoire faisait partie du secteur de Helenstown dans la seigneurie de Beauharnois, propriété d’Alexander Ellice en 1795.

Le premier colon à s’installer à cet endroit, originaire de la Côte-de-Beaupré, arrive en 1780. Cet homme brave sera rejoint à la fin du XVIIIe siècle par quelques familles de telle sorte qu’en 1817 on dénombre plusieurs habitants qui y vivent. En 1820, la fabrique de Saint-Timothée-de-Beauharnois est établie et la paroisse fondée trois ans plus tard. L’érection canonique de l’entité paroissiale de Saint-Timothée-de-Beauharnois survient en 1829, alors que la reconnaissance civile de la paroisse de Saint-Timothée s’effectue en 1835.

L’appellation Saint-Timothée identifie le bureau de poste ouvert en 1851 et la municipalité de paroisse créée en 1855. Cette dernière prenait la relève toponymique de la municipalité de la paroisse de Saint-Timothée, établie en 1845 et devenue partie de la municipalité du comté de Beauharnois en 1847. Ce village, « composé en grande partie de gens de métiers », en 1861, suivant Stanislas Drapeau, comptait déjà 600 habitants. En 1919, la municipalité du village de Saint-Timothée sera détachée de celle de la paroisse du même nom, ces deux territoires étant à nouveau réunis en 1990 à la faveur d’une fusion effective le 25 avril. Finalement, le 24 avril 2002, la municipalité sera fussionnée à la ville de Salaberry-de-Valleyfield et deviendra son arrondissement.

Les Timothois doivent leur nom collectif à un disciple de saint Paul qui a vécu entre 26 et 90 de notre ère. D’abord païen, il se convertit à l’occasion du passage de Paul à Lystres vers 47 et devient son compagnon de voyage à compter de 52. Vers 63, on le retrouve à la tête de l’Église. Il mourra lapidé en tentant d’empêcher les excès lors des fêtes de Diane à Éphèse. Le nom municipal original témoigne de l’inclusion du territoire dans la seigneurie de Beauharnois concédée en 1729 à Charles de Beauharnois de La Boische et à son frère Claude de Beauharnois de Beaumont.

Au début du XIXe siècle, on procède au creusement du canal de Beauharnois et le « Pouvoir », c’est-à-dire la centrale hydroélectrique de Saint-Timothée, sera construit en 1909 sur le lac Saint-François. Il fermera ses portes en 1951. L’agriculture et la pêche constituent des activités importantes pour les gens de l’endroit qui peuvent observer plusieurs îles à proximité, notamment l’île des Soeurs, l »île des Frères, l’île Racicot, l’île Papineau et l’île aux Raisins.

Le Parc régional des Îles-de-Saint-Timothée est situé sur le territoire de cet arrondissement.

Église de Saint-Timothée. Source de la photographie : commons.wikimedia.org/wiki/File:%C3%89glise_de_Saint-Timoth%C3%A9e_-_6.jpg. Auteur : Cantons-de-l'Est.
Église de Saint-Timothée. Cette église fait partie d’un ensemble historique religieux. Elle se situe face à l’île des Soeurs et à l’île des Frères, reliées par une passerelle. Source de la photographie : commons.wikimedia.org/wiki/File:%C3%89glise_de_Saint-Timoth%C3%A9e_-_6.jpg. Auteur : Cantons-de-l’Est.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *