Monde des plantes

Thuya occidental

Thuya occidental

La thuya occidental (thuja occidentalis L.) au Québec

Le saveur d’un peuple

À l’hiver de l’année 1535, le Thuya occidental s’est mérité une renommée historique. Sans ressource pour survivre aux vigoureux hivers du nouveau continent, l’équipage de Jacques Cartier souffrait d’une grave carence en vitamine C. Voyant leur mal, els Iroquois préparèrent à leur intention une tisane à l’aide de rameux de l’arbre. Cette infusion, riche en vitamine C C sauva d’une morte certaine l’équipage et leur assura une guérison presque mirculeuse. Cartier surnomma cet arbre « arbovitae » (arbre de vie).

C’est à tort que l’on emploi le nom de cèdre pour désigner le Thuya, puisque le Cèdre est un tout autre arbre, originaire d’Afrique et d’Asie. Léger, durable, facile à fendre et réfractaire à la pourriture, le bois du Thuya est exploité à beaucoup d’usages. Les Amérindiens l’employaient pour construire le squelette de leurs canots d’écorce. Il sert à construire des quais, des poutres, du bardeau, des clôtures et des poteaux télégraphiques. Parce qu’il possède un puissant arôme, on remise les lainages et fourrures dans des armoires plaquées de Thuya afin d’en éloigner les mites.

C’est chez cette espèce que l’on retrouve les plus vieux spécimens de végétaux en Amérquie du Nord. Le Thuya peut vivre jusqu’à 1000 ans.

Thuya

Thuya occidental dans le parc des Prairies, dans la ville de Laval. Photographie de GrandQuebec.com.

Un petit coup de main

La société d’aujourd’hui connaît les possibilités de récupérer nos matériaux utilisés, mais elle se préoccupe très peu de son utilité et de son impact sur la vie. Pourtant, le recyclage ne se résume qu’à de petits gestes très simples qui peuvent devenir de bonnes habitudes.

Le simple fait de conserver chaque jour nos journaux pour les envoyer au recyclage, pourrait nous approvisionner en boîtes de céréales, boîtes à chaussures, et même nous aider à produire de nouveaux journaux.

Nos bouteilles de liqueur vides, ou tout autre objet en plastique, pourraient, après transformations, être réutilisés comme épingle à linge, corde, cassettes, rideaux de douche ou sacs d’épicerie, qui pourront, à leur tour, être retransformés.

Il est fort recommandé d’utiliser des sacs de papier pour recueillir les feuilles ou l’herbe lors de l’entretien de votre terrain, puisque ceux-ci seront transformés en compost, contrairement aux sacs de plastique.

Toutes ces habitudes contribuent à sauver des millions d’arbres chaque année, donc, à l’oxygénation de la planète qui permet la survie de l’êter humain.

(Claudia M., 16 ans, Groupe 1, École Mont-de-La-Salle, 2003).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *