Monde des plantes

Melon

Melon

Melon au Québec

Cucumis melo, famille des Cucurbitacées.

Melon est un fruit apparenté aux courges et au concombre, poussant de façon identique mais nécessitant plus de chaleur et de soleil. Le lieu d’origine du melon demeure incertain ; la Chine et l’Afrique sont souvent mentionnées. La culture du melon est ancienne ; en Europe, on ne s’y adonna cependant qu’à partir du début de l’ère chrétienne.

Il existe de nombreuses variétés de melons dont certaines poussent sous les climats tempérés. Parmi les plus connues se trouvent le melon cantaloup, le melon brodé, le melon de miel, le melon casaba, le melon persan et le melon canari.

Melon cantaloup (var. Cantaloupesis) et melon brodé (var. Reticulatus) le véritable cantaloup est une variété qui doit son nom au fait qu’elle était cultivée au domaine des papes à Cantalupo, en Italie, vers 1700. Ce melon a des côtes saillantes et une peau lisse. Plusieurs hybrides portent maintenant ce nom. Le melon brodé doit son appellation au fait que son écorce est recouverte de lignes sinueuses rappelant une broderie en relief ; il est rond et démuni de côtes. Certains hybrides combinent les caractéristiques de ces 2 variétés de melons (allongés, “brides” et avec côtes par exemple), source de confusion pour leur classification. Tous ces melons fort savoureux ont une chair couleur rose saumon ou jaune-orangé. En Europe, ces melons portent fréquemment le nom de leur lieu de culture (Cavaillon, Charente, Montauban).

Melon de miel (var. Inodorus), melon casaba, melon persan, melon canari, etc. Ces melons sont appelés melons d’hiver car ils se conservent plus longtemps ; leur chair est juteuse, sucrée et savoureuse :

  • le melon de miel a une écorce lisse et ferme qui passe du vert pâle au jaune crème en mûrissant. Sa chair est de couleur vert lime. Sa forme est plus allongée que ronde et son poids se situe en général entre 1 et 6 kg ;
  • le melon casaba, d’un vert plus foncé, est de forme globulaire et ses extrémités sont légèrement pointues ; son poids moyen atteint 2 ou 3 kg. Sa chair est d’un blanc crémeux ;
  • le melon persan est de forme globulaire et son écorce vert foncé s’orne à maturité de fines lignes brunâtres. Sa chair orange pâle est plus ferme ;
  • le melon canari (le melon brésilien) est de forme oblongue ; son écorce est jaune canari et sa chair, blanchâtre avec un soupçon de rose près de la cavité.

Quelle est la valeur nutritive du melon ?

Les melons contiennent 90 à 92 % d’eau, de 0,5 à 0,9 g de protéines, des matières grasses à l’état de traces, de 6 à 9 g d’hydrates de carbone et de 26 à 35 calories sur 100 g. Ils sont riches en potassium ; ceux à chair orangée ou rouge sont riches en vitamine A. Certaines personnes ont de la difficulté à digérer les melons ; les hygiénistes proposent une solution à ce problème, ils suggèrent de les manger seuls, en collation, par exemple.

Comment acheter les melons ?

Pour l’achat rechercher un melon lourd et exempt de meurtrissures, de taches et de parties amollies. Découvrir un melon vraiment savoureux n’est guère facile car les melons sont presque toujours cueillis matures mais non mûrs afin qu’ils puissent supporter le transport et les délais de la mise en marché ; leur saveur en souffre car ces fruits ne peuvent s’améliorer une fois récoltés.

Vérifier le dessus du melon (pédoncule), surtout pour le melon brodé et le cantaloup ; cette partie s’assouplit quand ils sont mûrs ; cependant, si plusieurs personnes on testé le melon, l’indice est faussé. Si cette partie est très dure et colorée inégalement ou qu’une portion de queue verdâtre est encore présente, c’est aussi un signe que le melon est immature. Sentir la partie opposée à la tige, elle devrait dégager un arôme délicat si le melon est mûr. Un melon arrivé à maturité émet un son creux quand on le frappe avec la paume de la main. Quand un melon est très mou, qu’il dégage une forte odeur et qu’il n’a plus sa couleur habituelle, il est devenu trop mûr et il est en train de fermenter, ce qui altère sa saveur qui devient aigrelette.

Comment utiliser le melon ?

Pour consommer le melon, il suffit de le couper de la grosseur désirée dans le sens de la longueur, puis d’enlever les graines logées au centre. On peut alors le manger tel quel. Le melon est souvent ajouté aux salades de fruits ou servi en entrée avec du Porto remplissant la cavité ; cette coutume vient des papes, qui utilisaient cependant un vin plus sucré. Le melon est également transformé en jus, purée, confiture, marmelade, chutney, etc. ; il arrive qu’on le serve comme légume accompagnant viande, volaille et fruits de mer. On peut le déshydrater, le mariner ou le confire.

Comment conserver le melon ?

Malgré leur apparence, les melons sont très fragiles car leur écorce les protège peu et ils se gâtent vite. Un melon à point se conserve quelques jours au frais ou au réfrigérateur ; dans ce dernier cas, il est préférable de le couvrir pour éviter que sa forte odeur imprègne les aliments environnants ; ne pas oublier de le sortir du réfrigérateur quelque temps avant de le consommer pour qu’il ait plus de saveur. Laisser mûrir le melon à la température de la pièce ; le tenir éloigné des fruits et des légumes dont il accélère le mûrissement tout en leur conférant souvent un mauvais goût, car il produit du gaz éthylène en abondance. Le melon peut se congeler mais sa chair amollit ; enlever l’écorce et les graines, le couper en tranches, en boules ou en cubes, le sucrer (120 ml – 125 g par litre de fruits), si désiré l’arroser de jus de citron.

(Bibliographie : Dictionnaire encyclopédique des aliments, par Solange Monette, Québec/Amérique, 1989).

Melon

Melon. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *