Monde des plantes

Laitue Boston

Laitue Boston

La première Boston produite en serre

Une laitue présentée comme un bouquet vient d’arriver sur le marché. Une laitue verte comme le printemps, aux feuilles tendres comme l’été. Une laitue d’hiver. Une Boston pommée vendue avec sa racine.

C’est la première fois, au Québec, qu’un producteur de légumes en serre opte pour la culture d’une salade. Et c’est la première fois qu’une salade est vendue avec sa racine. Ce qui peut paraître une fantaisie n’en est pas une. Vendue entière cette laitue reste fraîche beaucoup plus longtemps qu’une autre. Elle demeure, en quelque sort, vivante. Il suffit de la placer dans un verre d’eau pour la maintenir dans un état satisfaisant pendant plusieurs jours. De son côté, le producteur garantit au détaillant une durée de tablette de deux semaines. Chaque laitue est vendue préemballée, le pied maintenu dans de l’eau.

Le mode de culture sous abri, sans poussière, sans terre, dans un milieu contrôlé sans besoin d’avoir recours à des produits chimiques, fongicides ou insecticides, permet de mettre sur le marché une laitue si propre qu’elle n’a pas besoin d’être lavée. D’autant moins qu’elle est enveloppée, sur les lieux de production, dans un sac de plastique.

M. Jacques Lagacé, propriétaire de la pépinière Au Bois joli à Victoriaville, pratique la culture en serres depuis six ans. Il a opté, en 1985, pour la production sans sol, la culture hydroponique. Ses dix-sept serres étaient occupées par des plants de tomates. Cent cinquante tonnes de fruits en sont sorties l’an dernier. Une serre, en ce moment, est occupée par la Boston. Et il est fort probable que d’autres suivront. À peine mises sur le marché, les laitues de cette première récolte disparaissent. Les prévisions annuelles sont, pour l’instant, de 40 000 à 50 000 laitues.

(Texte publié dans La Presse le 25 mars 1987).

Laitue Boston

Laitue Boston (capitata) : La Boston et la Bibb, une hybride créée par un major nommé John Bibb, sont des laitures très tendres. Il existe au sein de ces deux groupes une certaine variation, tant dans les teintes et la taille que dans l’apparence. Ces laitues se distinguent par la tendreté de leurs larges feuilles dentelées, légèrement pommées mais non compactes, qui se séparent très facilement. La laitue du type Boston a les feuilles plus larges et d’un vert plus pâle que la laitue Bibb, dont certaines variétés sont teintées de rouge. Les feuilles du centre sont jaunâtres. Très populaire en Europe, cette laitue est partout appréciée pour sa finesse, tant de texture que de goût.

La laitue Boston contient 1,3 g de protéines, 0,2 g de matières grasses, 2,3 g d’hydrates de carbone et 12 calories sur 100 g.

Habituellement vertes, les feuilles de cette plante annuelle sont tendres et croquantes ; leur forme ainsi que leur saveur diffèrent car il existe plus de cent variétés. Le mot laitue vient du latin lactuca, lui-meme dérivé du lac, lactus, signifiant « lait », par référence à une substance laiteuse qui s’écoule des tiges entaillées.

laitue boston

Laitue Boston. Image libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *