Monde des plantes

Fougères

Fougères

Regroupement de fougères

Sans fleurs et sans reproches

Les fougères font partie d’un groupe de plantes originales : elles ont une vie secrète… Ces plantes ne veulent bien montrer au grand jour qu’un côté de leur existence : leurs beaux grands éventails de verdure que l’on retrouve à l’ombre, dans les milieux humides et qu’on appelle frondes.

Vous ne verrez jamais de fleurs chez les fougères. Mais retournez quelques frondes et jetez un coup d’oeil. Vous verrez peut-être sous la face de certaines d’entre elles, ces petites taches sombres soigneusement arrangées : les sporanges.

Les sporanges sont les traces visibles marquant le début de la vie secrète de la fougère. De ces sporanges, des millions de petits spores s’échappent sous forme de puissière presque invisible, pour entreprendre une vie complètement autonome, quelque part, ailleurs, sous une autre forme : leur vie reproductive.

Ce long pèlerinage, parfois de plusieurs années, donnera finalement naissance à un autre bel arrangement de jeunes pousses, les crosses, qui se déroulent pour former un éventail de frondes, dans un coquet petit coin bien ombragé.

Mais ce pèlerinage peut s’entreprende si l’in ne consomme pas toutes ces délicieuses crosses, mieux connu sous le nom de « têtes de violons ».

Biodiversité

Sur cet oasis dans l’univers
Sur cette planète appelée Terre,
Un miracle s’est produit:
Une aventure appelée la vie.
Pendant des milliers d’années,
Elle a progressé, évolué;
Pour atteindre une telle diversité,
Que tout le globe elle a maîtrisé.

Quelque soit le climat,
Partout elle s’est établie,
Quelque soit l’habitat,
Toujours elle a fait son nid.
Ce ne fut point chose aisée,
Car elle est caractérisée
Par une grande fragilité
Et d’une étonnante volonté.

Toutefois, sa grande détermination,
L’a poussée plus loin que l’horizon,
Elle s’est engouffrée au fond de l’océan;
Elle a conquis le sommet des volcans.
Mais la terre n’est point chose inerte,
Souvent elle lui a causé sa perte,
Mais ces extinctions massives,
Lui ouvrent de nouvelles perspectives.

De ses cendres, elle renaît toujours,
Ten un phénix à la pointe du jour,
Plus belle et plus forte qu’avant,
Rebelle contre marées et vents.
Mais cet acharnement à s’imposer
Est aujourd’hui bien menacé,
Par sa création la plus sophistiquée,
L’homme peut la détruire à jamais.

Sophie Lafleur, professeur à l’école Mont-de-La-Salle, 2003. Forum Jenuesse, Commission Scolaire de Laval.

Les fougères

Les Fougères (Filicophytes ou Filicophyta), sont une sous-division de cryptogames vasculaires. Ces plantes comportent environ 13 000 espèces, le plus grand embranchement végétal après les Angiospermes. On rencontre environ les trois quarts des espèces dans les régions tropicales et une bonne proportion de ces fougères tropicales est épiphyte. Leurs modes de reproduction les confinent dans les milieux humides.

Ses racines, fibreuses, sont reliées à la base de la tige qui se présente sous forme de rhizome ou de souche. Ce rhizome peut être rampant ou dressé, et porte les frondes. Il est de dimension variable et peut porter des écailles (feuilles avortées). Chez certaines espèces, ce rhizome peut participer à une importante reproduction asexuée par multiplication végétative. La tige peut être à la surface du sol (hémicryptophytes) ou souterraine, le plus souvent à faible profondeur (géophytes).

Tiges et racines possèdent des vaisseaux conducteurs (xylème et phloème), ce qui place les Fougères parmi les végétaux vasculaires, contrairement aux mousses. Cependant, les Fougères ne produisent pas de tissus secondaires.

Fougères dans le parc Bernard Landry à Laval. Photo de GrandQuebec.com.
Fougères dans le parc Bernard Landry à Laval. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *