Vous ne le saviez pas !

Supernova SN 1987A

Supernova SN 1987A

Supernova découverte à l’œil nu par un étudiant canadien

Un jeune astronome de l’Université de Toronto, a découvert ce qui pourrait être l’explosion stellaire la plus spectaculaire depuis la découverte d’une supernova en 1604.

Ian Shelton, âgé de 30 ans, a aperçu la supernova pour la première fois, à l’œil nu, lundi soir, à l’observatoire universitaire installé dans les Andes, à environ 500 kilomètres de Santiago, au Chili. Il s’est ensuite empressé de confirmer son existence en utilisant un télescope de 60 centimètres de diamètre – un instrument plutôt minuscule dans le monde de l’astronomie.

« Il s’agit de la supernova la plus brillante et la plus rapprochée découverte depuis 1604 », s’est exclamé le professeur Bob Garrison, directeur du département d’astronomie de l’Université de Toronto, qui ne cachait pas son exubérance. « Il s’agit de l’un des développements les plus spectaculaires dans l’univers ».

En 1604, l’astronome allemand Joannes Kepler a découvert une supernova dans la Voie lactée, qui a été décrite par son contemporain, Galilée. La supernova de Kepler est demeurée visible pendant 17 mois.

Ian Shelton, qui est originaire de Winnipeg, passera donc à la postérité grâce à la supernova qui portera désormais son nom. Selon le professeur Garrison, Shelton est à ce point excité depuis sa découverte qu’il en a perdu le sommeil.

Explosion d’une étoile

Une supernova est une étoile de très forte magnitude qui, demeurée jusqu’alors invisible, présente brusquement un éclat très vif dont l’intensité décline ensuite avec des fluctuations irrégulières. Ce phénomène se produit quand l’étoile, ayant consommé toute ses réserves de gaz, devient instable, s’affaisse puis explose. Les savant croient que les supernova renferment les secrets expliquant l’évolution des étoiles, des galaxies et de l’univers.

La supernova Shelton a été localisée dans le Nuage Magellan qui se trouve à environ 150 000 années-lumière de la Terre. Le nuage en question est l’une des deux petites galaxies qui sont en quelque sorte des banlieues de la Voie lactée, la galaxie de la Terre.

Selon le professeur Garrison, la supernova Shelton devrait être visible à l’œil nu pendant au moins une semaine et peut-être même pendant un mois, suivant le type d’étoile dont il s’agit, a expliqué l’astronome torontois.

Quand on a demandé au professeur Garrison pourquoi les grandes stations astronomiques voisines n’ont pas été les premières à détecter la supernova, il a répondu : « Ils se tournaient probablement les pouces et scrutaient d’autres astres ».

(Publié le 26 février 1987).

Note : La supernova serait plus tard baptisée SN 1987A.

Canadiens

Il est maintenant possible de voir l’univers à des distances jamais atteintes grâce à une percée réalisée par ces trois astronomes canadiens, originaires du Québec. Image : GrandQuebec.com.

Photos d’autres planètes

Ce sont trois astrophysiciens québécois, diplômés de l’Université de Montréal qui ont réalisé la toute première photographie d’un système solaire multiple autre que le système solaire. Ce trio comprend deux anciens étudiants et un professeur formés à l’Université de Montréal.

Ces astrophysiciens sont Christian Marois (Institut Herzberg d’astrophysique du Conseil national de recherches Canada), David Lafrenière (l’Université de Toronto) et le professeur René Doyon (Université de Montréal, membre du Centre de recherche en astrophysique du Québec, directeur de l’Observatoire du mont Mégantic).

Grâce à la technique de l’imagerie angulaire différentielle qu’ils ont eux-mêmes créée, ainsi que grâce aux télescopes Keck et Gemini nord, les trois scientifiques canadiens ont capté l’image directe de trois planètes qui gravitent autour de l’étoile HR 8799, située à 130 années-lumière de la Terre. Cette étoile est visible à l’oeil nu depuis la Terre.

La nature des clichés infrarouges obtenus à l’aide de la technique de l’imagerie angulaire différentielle développée par l’équipe a été confirmée grâce à des appareils et à des technologies de traitement de l’image évolués.

Les trois planètes croquées par les astronomes seraient trop chaudes pour abriter de la vie semblable à la vie en Terre, d’ailleurs ce sont des sphères énormes de 7 à 10 fois plus grandes que Jupiter, elle-même onze fois plus grosse que la Terre.

Pour cette découverte, Christian Marois, David Lafrenière et René Doyon ont reçu le prix Scientifique de l’année 2008 remis par la Société Radio-Canada, le prix John-C.- Polanyi du CRSNG, créé en 2006 pour rendre hommage à un chercheur ou à une équipe de chercheurs dont les travaux menés au Canada sont à l’origine d’une percée remarquable réalisée récemment dans un des domaines des sciences naturelles ou du génie.

Aujourd’hui, on connait déjà environ 500 exoplanètes hors du système solaire depuis la découverte de l’étoile 51 Pegasi en 1995, mais les images obtenues par les trois astrophysiciens canadiens sont les plus nettes.

Cette découverte marque le début d’une ère nouvelle dans l’imagerie des exoplanètes et représente un pas important vers la caractérisation de la diversité des propriétés physiques des systèmes planétaires de l’univers. Bref, c’est une découverte majeure qui va débloquer la course aux systèmes extrasolaires.

cieu la nuit

Les étoiles. Illustration : ©  GrandQuebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *