Vous ne le saviez pas !

Champagne au Québec

Champagne au Québec

Champagne au Québec : Canton, patronyme et origine du nom

Plusieurs cantons québécois, comme celui de Champagne, rappellent les régions françaises ; mais souvent, à leurs paysages fortement humanisés en France, s’opposent, au Québec, de vastes forêts inhabitées.

Canton de Champagne

Proclamé en 1966 et situé sur le territoire de la Municipalité régionale de comté de La Vallée-de-la-Gatineau, ce canton de la réserve faunique La Vérendrye est traversée par la route qui mène de Mont-Laurier à Val-d’Or. De très nombreux plans d’eau – dont la plus remarquable est le lac Embarras – se partagent ce quadrilatère inhabité et couvert de forêts. Cette appellation, adoptée par la Commission de géographie en 1955, est celle d’une ancienne province française, la Champagne, qui a fournit à la Nouvelle-France près de 200 immigrants, des débuts jusqu’en 1759. Elle fut unie à la France en 1284 par Philippe Le Bel et réunie à la couronne de France en 1361. Pendant la Première Guerre mondiale, notamment en 1915, la Champagne fut le théâtre de violentes batailles. Elle est universellement connue comme région productrice du prestigieux vin mousseaux dont le mode d’élaboration fut mis au point par dom Pérignon (1638-1715).

Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d’un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d’un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Champagne

Champagne est le nom d’une région française réputée internationalement pour le vin qui porte son nom. Cette ancienne province située dans le Bassin Parisien était limitée, au nord, par l’Aisne et, au sud, par le territoire bouguignon s’étendant entre la Marne, la Seine et l’Yonne.

On distingue, dans cette région sans grande unité géographique, une limite ouest avec la côte de l’Île-de-France, vers la Brie. La partie boiseé laisse la place à la région viticole de Reims et d’Épernay. Par ailleurs, ce qu’on appelle la Champagne Pouilleuse est la plaine de craie où la végétation a été longtemps raréfiée par le sol sec. C’était autrefois le pays des moutons. La Champagne s’étend aussi à l’est avec ses prairies où l’on pratique l’élevage des bovins. L’histoire hésitera longtemps à donner des limites à cette région, dont le nom Champagne s’appliquait surtout aux régions crayeuses.

On désigne souvent du nom de Champagne, ailleurs en France, des plaines à faible couverture forestière : on a ainsi la Champagne Berrichonne et la Champagne de Saintonge. D’ailleurs, le nom de Champagne vient directement du nom latin tardif désignant une plaine.

Sur le plan historique, le baptême du roi franc Clovis à Reims, sa capitale, donna à cette ville de l’importance ; elle deviendra, en souvenir, le lieu du sacre des rois de France dès le Xe siècle. Ce sont les comtes de Troyes qui bâtirent la Champagne en réunissant à leur comté celui de Meaux, situé en Brie. Ces comtes se disaient de Champagne et de Brie. La Champagne a donc été longtemps un double comté, qui s’enrichit aux XIIe et XIIIe siècles par les foires les plus importantes d’Europe. Ces dernières étaient bien situées, entre les deux grandes zones économiques du temps ; les régions méditerranéennes, au sud, et la Flandre, au Nord. C’est l’annexion au royaume de Frande, au XIVe siècle, par le mariage de Philippe le Bel avec Jeanne de Champagne, qui a fixé le nom de Champagne à l’ensemble de la région.

Cette région élargie a alors connu deux grands épisodes guerriers : les batailles entre les armées de Napoléon et les envahisseurs de 1814, mais surtout les batailles de la Première Guerre mondiale où les s’ancrèrent pour tenir un front dans un terrain qui s’y prêtait, facile pour la défense des tranchées et largement ouvert. Au XVIIe siècle, un moine, Dom Perignon, transforma les vins champenois ordinaires en vins mousseux dont le succès résonne dans les millions de bouchons qui sautent dans le monde tous les ans. La Champagne du vignoble s’étend surtout dans le département de la Marne et principalement, pour le plus réputé, dans les territoires de Reims, d’Épernay et de Châlons-en-Champagne (anciennement Châlons-sur-Marne).

À l’époque où s’inventait et se perfectionnait la fabrication du Champagne, environ 200 Champenois prirent le chemin de la Nouvelle-France, entre 1620 et 1760. Depuis 1955, la toponymie québécoise rend hommage à la Champagne à travers l’appellation d’un canton de la région de l’Outaouais, situé dans le réserve faunique La Vérendrye.  La route reliant Mont-Laurier à Val-d’Or le traverse. Les cantons voisins à l’ouest et au sud portent aussi les noms de provinces françaises : Bourbonnais, Limousin, Orléanais.

Enfin, une dizaine de municipalités comprennent dans leur onomymie une rue ou une avenue de Champagne, excluant les noms à valeur patronymique. Quelquefois, la référence est faite aussi au vin mousseaux ; ici, une plage au Champagne, au lac Conflans, dans le Nord-du-Québec, là, une rue deu Champagne à Saint-Lazare, en Montérégie.

Source : La France et le Québec. Des noms de lieux en partage. Commission de toponymie du Québec, les Publications du Québec, l’Association française pour l’information géographique, 1999.

Entrée Saint-Joseph

Cha

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *