Vous ne le saviez pas !

Canada : Origine du nom

Canada : Origine du nom

Canada : Origine du nom et toponymie

D’une superficie de 22 402 kilomètres carrés, le Canada représente en étendue l’un des plus importants pays de la planète. Du point de vue topographique, le territoire canadien ressemble à une soucoupe dissymétrique et incomplète dont la baie d’Hudson occupe la cavité centrale.

Caractérisé notamment par son immensité, le Canada l’est aussi par sa situation de pays nordique. Le son y est gelé en surface une certaine partie de l’année et les Canadiens doivent vivre sous des climats plutôt rigoureux (polaire, subarctique, océanique, tempéré ou continental). Cela n’empêche cependant pas le Canada d’être un pays moderne et industrialisé qui tire largement sa richesse de l’exploitation de ses ressources naturelles.

C’est lors de son voyage de 1534 que Jacques Cartier découvre officiellement le Canada, bien que Jean Cabot (Giovanni Caboto en italien) ait déjà atteint l’île de Terre-Neuve en 1497 et que Verrazzano ait probablement vu la Nouvelle-Écosse en 1524. À son second voyage au Canada, en 1535-1536, Cartier désigne généralement par ce nom la partie de la vallée laurentienne comprise entre la Grosse-Île, une île du Saint-Laurent située à quelques kilomètres de Montmagny, et, à l’ouest, Achelay, bourgade amérindienne, depuis longtemps disparu qui se trouvait entre Québec et Trois-Pistoles.

L’explorateur malouin aurait connu l’existence de la « province de Canada » dès l’année précédente, grâce aux deux Amérindiens Domagaya et Taignoagny, qu’il avait pris à son bord et amenés en France. La mappe-monde dite Harleyenne, publiée vers 1537, constitue l’une des plus ancienne cartes sur laquelle apparaît le nom Canada. Ce planisphère indique trois fois le mot Canada en gros caractères entre la Terre du Laboureur (Labrador) et Ochelaga (Montréal).

Sur la carte de Gerhard Mercator de 1569, paraissent Nova Francia et Canada dans l’arrière-pays entre le Saguenay et Hochelaga.

Dans le manuscrit datant de 1544 de la Cosmographie, Jean Fonteneau, dit Alfonse de Saintonge, laisse entendre qu’il ne s’agit d’un lieu habité une simple bourgade, lorsqu’il note : « Et du bout de l’isle d’Orléans jusqu’au lieu dit Canada ». À partir d’un point très localisé, Canada s’applique maintenant à un espace très vaste. Sous le Régime français, le Canada n’est qu’une région peu étendue de la Nouvelle-France allant, sur la rive nord du Saint-Laurent, de Vaudreuil aux Éboulements et, sur la rive sud, de Châteauguay à Rimouski.

Après la Conquête britannique, le Canada disparaît administrativement. En 1763, la Proclamation royale établit le gouvernement de Québec. La « province de Québec » est cependant citée la même année dans la Commission du capitaine général et gouverneur en chef de la province de Québec accordée à James Murray. L’Acte constitutionnel de 1791 crée les colonies du Haut-Canada (Ontario) et du Bas-Canada (Québec) qui seront réunies en 1840.

Le nom Bas-Canada remplace celui de Québec de 1701 à 1867. Le territoire du Bas-Canada, s’étendant du Labrador à la rivière des Outaouais, correspondait à peu près à la partie méridionale du Québec actuel. Les difficultés politiques du Canada-Uni et la nécessité de se défendre contre d’éventuelles agressions américaines font naître en 1867 le Dominion du Canada, régime fédéral unissant les provinces de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l’Ontario. S’ajouteront par la suite le Manitoba (1870), la Colombie-Britannique (1871), l’Île-du-Prince-Édouard (1873), l’Alberta (1905), la Saskatchewan (1905) et Terre-Neuve (1949).

Le gouvernement canadien exerce également sa souveraineté sur le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest. On s’entend aujourd’hui pour donner au mot Canada une origine iroquoienne. Des membres de la nation iroquoise habitaient d’ailleurs dans la région de Québec au XVIe siècle. Dans sa nomenclature intitulée : Ensuite le langage des pays et royaumes de Hochelaga et canada, autrement dite la Nouvelle-France, Cartier lui-même fournit la traduction de ce nom de lieu : « Ils appellent une ville Canada ».

Le Lexique de la langue iroquoise (1883) de Jean-André Cuoq note aussi que Canada vient de kanata, ville, village, bourg, bourgade. La fréquence de l’élément Cana et du nom Canada pour des villages du territoire des Six Nations tels qu’ils apparaissent sur la carte de Guy Johnson, Country of the VI, Nations, de 1771, semble confirmer l’origine iroquoise de Canada.

Parmi les nombreuses hypothèse avancées sur l’origine du mot Canada, la plus récente est fournie par Olive P. Dickason dans Le mythe du sauvage (1993), elle prétend que le mot Canada proviendrait du montagnais kan-na-dun ayant le sens de pays propre. Il y a une foule de réalités canadiennes dans la toponymie québécoise notamment en botanique, en chimie, en géologie. Canada apparaît aussi dans des noms de vêtement, d’embarcation, comme terme d’athlétique (roulé canadien). Quelques proverbes dont « faux comme des diamants du Canada », lorsque Cartier rapporta en France « de petites pierres à facettes d’un schiste riche en mica », mettant à contribution ce toponyme.

Molson
Molson, siège de la brasserie la plus ancienne au Canada. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *