Mauricie

Saint-Louis-de-France

Saint-Louis-de-France

Secteur de Saint-Louis-de-France

Le secteur de Saint-Louis-de-France est un des six secteurs de la Ville de Trois-Rivières, chef-lieu de la région administrative de la Mauricie.

Érigée en ville en 1907, Saint-Louis-de-France comptait environ 8 mille résidents au moment de la réorganisation municipale de 2002, ou cette ville a été fusionnée avec les municipalités de Sainte-Marthe-du-Cap, Cap-de-la-Madeleine, Trois-Rivières, Trois-Rivières-Ouest et Pointe-du-Lac, pour former l’actuelle ville de Trois-Rivières.

La première paroisse fut fondé sur ce territoire en 1903, mais historiquement, bien avant l’établissement de la paroisse Saint-Louis-de-France, des amérindiens vivaient en bordure du Saint-Maurice, comme en témoignent des artéfacts et des morceaux de poteries sur le rives élevées du territoire, face aux Vieilles Forges Saint-Maurice sises sur le côté ouest de la rivière.

À la fin des années 1890, les fermiers, travailleurs autonomes et professionnels étendirent leur patrimoine vers Cap-de-la-Madeleine et Trois-Rivières. C’est sur une rochelle, allant du nord au sud, qu’on bâtit en 1902 une église et un presbytère, ce qui existe encore de nos jours.  L’évêque du temps, Mgr F.-X. Cloutier, morcela la paroisse Saint-Maurice (créée en 1837) en érigeant canoniquement la paroisse Saint-Louis-de-France.

Au total, treize curés se sont consacrés à la vie paroissiale locale de 1903 à 2005, année du remodelage de deux paroisses voisines, Saint-Louis-de-France et Sainte-Bernadette.  Ces deux communautés forment maintenant la paroisse ecclésiastique Père-Frédéric-Janssoone.

La municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-France fut érigée civilement le 4 janvier 1904, par détachement de la municipalité de Saint-Maurice. Le territoire de la nouvelle ville était borné par la rivière Saint-Maurice et les municipalités de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Saint-Maurice, Sainte-Marthe-du-Cap et Cap-de-la-Madeleine.

Au cours du XXe siècle, la ville se distinguait par la culture du tabac qui était cultivé par quelques fermes à tabac jaune par Aimé Fortin et Louis-Alma Pépin.

C’est le 4 juillet 2001 que le gouvernement du Québec décrète la fusion de six villes mauriciennes et c’est le 1er janvier 2002 que la ville de Saint-Louis-de-France a été fusionnée avec les villes et municipalités de Trois-Rivières, Trois-Rivières-Ouest, Pointe-du-Lac, Cap-de-la-Madeleine et Sainte-Marthe-du-Cap pour former la nouvelle ville de Trois-Rivières.

Historique de Saint-Louis-de-France

Cette ancienne ville de la région trifluvienne a été implantée à 11 km au nord du noyau urbain de Trois-Rivières, entre les rivières Champlain et Saint-Maurice, à l’ouest de la municipalité de paroisse de Saint-Maurice, d’où les pionniers louis-franciens sont originaires. La dénomination de cette entité administrative a été empruntée à celle de la paroisse érigée canoniquement en 1903 et civilement en 1904, par suite de son détachement de la paroisse de Saint-Maurice.

On avance que saint Louis (1214-1270) étant le premier titulaire de l’ancienne mission des Vieilles-Forges (1740), de laquelle Saint-Louis-de-France relevait jadis, rebaptisée en 1921 Saint-Michel-Archange-des-Forges, parfois Saint-Michel-Archange-des-Vieilles-Forges, c’est pour ce motif que son nom a été transplanté à la paroisse sur le territoire de laquelle les Forges du Saint-Maurice commençaient leurs activités en 1738.

Canonisé en 1297, Louis IX démontra un grand esprit de paix et de piété. Cependant, on a peut-être également tenu compte du fait que l’évêque de Trois-Rivières, monseigneur Laflèche (1818-1898), à qui des requêtes ont été soumises pour ouvrir une nouvelle paroisse, avait pour prénom Louis-François. Suivant une autre explication, Saint-Louis-de-France constituerait un calque de Saint-Louis-des-Français, nom de l’église nationale française de Rome.

Cette dénomination a toujours impressionné les nombreux ecclésiastiques canadiens qui ont visité Rome ou y ont étudié. Par ailleurs, plusieurs fils de roi ont porté le nom ou le titre de Louis de France, mais aucun n’a été sanctifié, semble-t-il.

Anciennement, la forme courante Saint-Louis-de-Champlain et dénomination du bureau de poste local entre 1902 et 1967 – allusion à l’ancien comté – pouvait être relevée. Au cours des années 1930, plusieurs fermes spécialisées dans la culture du tabac jaune ont vu le jour, bien que l’agriculture ait largement dominé l’économie louis-francienne.

De nos jours, la rapide augmentation de la population de même que la large urbanisation du territoire ont incité les autorités municipales à requérir le statut de ville, octroyé par le gouvernement du Québec en juillet 1993. En 2002, cette ancienne ville devient un secteur de la ville de Trois-Rivières.

Boulevard Kruger Trois Rivières

Boulevard Gene H. Kruger de Trois-Rivières. Crédit image : GrandQuebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *