Mauricie

Lac-à-la-Tortue

Lac-à-la-Tortue

Municipalité de Lac-à-la-Tortue

Aussi étrange que cela puisse paraître, le nom de la localité de Lac-à-la-Tortue ne vient pas du véloce petit reptile. En fait, l’appellation est due à une sorte d’argile locale utilisée comme élément d’isolation dans la construction de poêles.

Avant 2001, Lac-à-la-Tortue était une municipalité de la région administrative de la Mauricie, constituée vers la fin du XIXe siècle et ayant une population d’environ 2700 Tortulinoises et Tortulinois. Toutefois, en 2001, Lac-à-la-Tortue est devenue un secteur de la ville de Shawinigan.

Le village de Lac-à-la-Tortue a toujours été essentiellement agricole, mais une partie des revenus de la localité sont maintenant issus des activités touristiques et on y trouve de nombreux chalets et des terrains de camping.

Lac-à-la-Tortue est connue au Québec pour sa réserve écologique située à six kilomètres au sud de Grand-Mère, un autre secteur de la ville de Shawinigan. D’une superficie de 566 hectares, la réserve de Lac-à-la-Tortue assure la protection d’une tourbière ombrotrophe (c’est une tourbière dont la nappe phréatique se situe généralement près de la surface et qui est souvent très acide), caractéristique de la Mauricie.

Cette tourbière se divise en deux parties. À l’est, elle s’étend sur onze kilomètres entre le lac à la Tortue et le lac Troptôtchaud, alors que la partie ouest s’étire du lac Troptôtchaud jusqu’au rang Saint-Mathieu en direction nord-ouest.

La flore de la réserve écologique du Lac-à-la-Tortue comprend au moins deux espèces menacées: la platanthère à gorge frangée et le xyris des montagnes.

Lac-à-la-Tortue est également connue comme berceau de l’aviation commerciale du Canada et le premier avion qui a atterri au pays, l’a fait ici vers le début des années 1920. À cinq kilomètres environ à l’est de la localité se trouve le petit aéroport de Lac-à-la-Tortue. Il y a aussi une base d’hydravions sur le lac et un petit musée de l’aviation conserve la mémoire des époques passées.

Historique de Lac-à-la-Tortue

Tout près de Grand-Mère en Mauricie se dresse le petit village de Lac-à-la-Tortue, érigé sous la dénomination de Saint-Théophile en 1895, en rappel du premier prêtre desservant, l’abbé Joseph-Théophile Sicard de Carufel, ancien curé de Sainte-Anne-de-la-Pérade (1882-1884) qui vécut de 1840 à 1884.

Cette appellation reprenait celle de la paroisse desservie comme mission à partir de 1880 et érigée canoniquement en 1894. Étant donné que le bureau de poste portait depuis 1882 le nom de Lac-à-la-Tortue, tiré de celui du lac le plus important du territoire et ainsi nommé probablement en raison de la présence en ces lieux de ce reptile, la dénomination courante est rapidement devenue Saint-Théophile-du-Lac-à-la-Tortue.

En 1981, les autorités municipales procédaient à l’adoption définitive de l’appellation présente par soucie de conformité à l’usage qui abrégeait régulièrement une dénomination trop longue et pour assurer la correspondance entre le nom du bureau de poste et celui de la municipalité. Défriché vers 1875, cet endroit est devenu un centre de villégiature assez populaire qui attire principalement les adeptes des sports nautiques, non sans avoir connu à la fin du XIXe siècle une période industrielle prospère, puisque l’on y extrayait du minerai de fer destiné aux forges de Trois-Rivières pour la fabrication de poètes et d’autres objets requérant ce métal. Les Tortulinois considèrent leur village comme le berceau de l’aviation commerciale au Canada, car le célèbre aviateur Roméo Vachon (1896-1954) y pilotait des vols commerciaux dès 1920. On y trouve une importante base d’hydravions et un aéroport. Qui comptent parmi les plus anciens au Québec.

lac à la tortue

Vue aérienne de Lac-à-la-Tortue. Source de la photographie : lagriffedalpha.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *