Légendes du monde

Circuit des légendes

Circuit des légendes

Circuit des légendes de Trois-Pistoles

Site A : Légende de la Maison hantée

Itinéraire : Entre Rivière-Trois-Pistoles et Saint-Éloi, sur le chemin de la Grève-de-la-Pointe, située à 5 km à l’ouest du Bureau d’information touristique de Trois-Pistoles sur la route 132. On ne peut toucher à l’histoire des pilotes du Saint-Laurent sans frôler la pierre plus que centenaire de la « Maison hantée » dont la construction remonte à 1830. La maison serait l’œuvre de Magloire Delisle et de ses frères, une célèbre famille des pilotes du Saint-Laurent. Profitez-en pour observer la beauté du fleuve et les « légendaires » couchers de soleil de la région de Trois-Pistoles.

Cette maison fut jadis un poste de transfert de pilotes, où les bateaux étrangers faisaient embarquer à bord les pilotes, car ceux-ci connaissaient très bien le fleuve pour naviguer jusqu’à Québec.Les marins y organisaient assez souvent des beuveries et les bagarres n’y manquaient pas. Or, l’une d’elles tourna au tragique et un homme fut tué.

Pour cacher le crime, on enterra le cadavre dans la cave et personne n’en souffle mot. Toutefois, l’âme de la victime depuis lors, ne cessa d’exiger qu’on transporte les restes en terre bénie et on dut abandonner la maison tellement les bruits et le désordre y étaient insoutenables.

Selon plusieurs encore aujourd’hui, on y entendrait encore des bruits durant la nuit émanant de l’âme de la victime qui demande d’être enterrée en terre bénie.Site A : La Maison hantée

Site B : Légende de la Rivière Trois-Pistoles

Itinéraire : Il faut longer le chemin de la Grève jusqu’à la croix commémorant la célébration de la première messe en 1664. Profitez de ce site pour contempler la rencontre des eaux douces et salées.

En 1621, un navire s’échoue à l’ouest de l’île aux Basques. Les provisions d’eau douce s’étant épuisées, deux matelots se rendent à la rivière qui se trouve en face pour y remplir des tonneaux.

Pendant que les matelots font le remplissage, l’officier sort un gobelet, mais en voulant le remplir, il l’échappe à la rivière et s’écrie : « Voilà trois pistoles de perdues! » Comme cette rivière ne portait pas encore de nom, on la désigna comme la rivière des Trois-Pistoles.

Site C : Légende de la Maison seigneuriale et du gobelet d’argent

Itinéraire : Maison privée, située au 230, rue du Parc à Trois-Pistoles.

Cette imposante résidence est directement liée à l’histoire seigneuriale. Construite sur le domaine seigneurial, elle a été le témoin d’importants chapitres de l’histoire locale. Cette résidence-manoir est celle des seigneurs Riou-x depuis plus de dix générations.

En 1769, alors que le Père Ambroise Rouillard s’apprête à partir de Rimouski, le seigneur Rioux lui fait accepter un gobelet d’argent en disant : « Si vous le perdez, le Bon Dieu me le rendra ».

Le Père Rouillard allait connaître la mort au cours de ce voyage, son canot ayant chaviré durant une tempête. Mais avant que la nouvelle ne soit connue à Trois-Pistoles, la femme du seigneur s’était s’écria : « Le Père Ambroise est mort! » En allant dans la chambre de compagnie, elle avait trouvé sur la table le gobelet d’argent qui y était revenu.

Site D : Légende due quai de Trois-Pistoles

Itinéraire : Poursuivre sur la rue du Parc en direction du quai de Trois-Pistoles.

Le secteur du quai et de la Marina est le carrefour des activités maritimes de Trois-Pistoles. Profitez de l’occasion pour observer les « allées et venues » du bateau d’excursion à l’Île aux Basques, les kayaks de mer ainsi que de la Traverse Trois-Pistoles/Les Escoumins.

Un partisan du vieux chemin près du fleuve aurait juré un jour : « Je veux que le diable m’emporte si je viens à passer par le chemin d’en haut! »

Le chemin d’en bas ayant été abandonné, il y passa et le diable se présenta pour le réclamer. Il ne dut son salut qu’au curé qui lui enjoignit de tenir dans ses bras son plus jeune enfant quand bien même il prendrait la forme de bêtes féroces ou hideuses.

Ce qu’il fit de sorte que le diable n’eût plus qu’à s’enfuir, disparaissant dans la fontaine de la cour.

Site E : L’église de Notre-Dame-des-Neiges

Itinéraire : Coin des rues Jean-Rioux et Notre-Dame.

La construction de la « cinquième » église devait effacer les querelles concernant le choix de site de l’église. Avec la nouvelle construction, le chemin d’en haut l’emporta sur celui d’en bas à cause de la présence de la nouvelle route et de l’implantation de chemin de fer. L’église s’inscrit dans le style composite, caractéristique des édifices religieux du 19e siècle et fut bâtie de 1882 à 1887.

L’architecture intérieure inusitée est le triomphe du baroque et l’œuvre de l’architecte Joseph-Pierre Ouellet. Corniches, pilastres, frises, etc. méritent une visite.

Site F : Légende du cheval noir

Lors de la construction de la cinquième église de 1882 à 1887, on put compter sur un cheval noir d’une vigueur exceptionnelle. Ce cheval apparut sans que personne ne sache d’où il venait et l’on s’en servit pour transporter la pierre de l’église d’en bas jusque sur la côte où l’on érigeait la nouvelle construction.

Or, c’était le diable lui-même à qui on ne devait jamais enlever sa bride. Malheureusement, quelqu’un passa outre la recommandation et le cheval disparut aussitôt, les travaux n’étant pas encore terminés. D’ailleurs, une pierre manque toujours à l’église au sommet d’un des murs.

Site G : Légende du Quêteux

Proposant le calme d’une petite route de campagne et d’une vue magnifique du fleuve, le rang 2 de Notre-Dame-des-Neiges offre la possibilité d’un contact avec les lieux de tournage des téléromans L’Héritage et Bouscotte de Victor-Lévy Beaulieu.

Au bout du rang 2 est, observez les maisons des Galarneau. Pour le retour, empruntez la route Zéphirin Rioux (Firmin Rioux) jusqu’à la route 132 puis tournez à gauche.

Un soir, un quêteux se présenta chez un cultivateur du deuxième rang. On lui offrit à manger et à coucher. En reconnaissance, le quêteux révéla qu’un trésor se trouvait enterré sur la montagne derrière la maison. Il fallait s’y rendre le 26 août à minuit.

À la date convenue, il ventait fort, il pleuvait et le tonnerre grondait. Personne n’osa s’aventurer sur la montagne et tous ceux qui ont voulu tenter leur chance par la suite ont tous rebroussé chemin.

Du quêteux qu’on ne revit plus jamais, il restait une empreinte de pied et celle du bout d’un bâton gravées dans le roc.

Les ruines de la Maison hantée. Source de la photographie :
notredamedesneiges.qc.ca/category/nos-legendes.
Les ruines de la Maison hantée. Source de la photographie :
notredamedesneiges.qc.ca/category/nos-legendes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *