Laurentides

P’tit Train du Nord

P’tit Train du Nord

Parc linéaire Le P’tit Train du Nord

À la fin des années 1860, le curé Antoine Labelle propose aux autorités de Montréal de construire une ligne de chemin de fer reliant la ville aux Laurentides. Le projet est toutefois jugé non prioritaire. Le rigoureux hiver de 1872 fait changer d’avis et la pénurie du bois de chauffe, palliée en partie par les activités du père Labelle relancent cette idée.

En 1876, la ligne de chemin de fer Montréal/Saint-Jérôme est inaugurée et le curé rêve de prolonger la voie encore plus au nord.

En 1892, un an après la mort de Mgr Labelle, le chemin Saint–Jérôme/Sainte-Agathe est ouvert. Il faudra attendre cependant encore dix-sept ans pour que le train arrive à Mont-Laurier. Finalement, en 1909, le chemin de fer est ouvert sur toute sa langueur et devient aussitôt la clé du développement de la région. Dès l’entrée en gare des premières locomotives, des stations de villégiature prennent vie.

Ce trajet devient si populaire que, chaque fin de semaine, la Canadian Pacific met en place des trains de neige afin de transporter des centaines de Montréalais en quête de nature. Ainsi, le P’tit Train du Nord a favorisé l’essor de l’industrie touristique dans les Laurentides. Le chemin de fer connaît un succès sans précédent particulièrement au cours des années 1920-1940. L’hiver venu, de joyeux convois quittent Montréal chaque week-end, transportant des skieurs avides de grande nature et animés d’un goût de la fête, venant s’actionner à la pratique du ski, nouveau sport en vogue.

C’est en 1976 que le Canadien Pacifique demande l’autorisation d’abandonner son service passagers entre Montréal et Mont-Laurier.

La belle époque du P’tit Train du Nord dure jusqu’à la fin des années 1940, mais le développement du réseau routier lui enlève sa popularité. Le 15 novembre 1981, le train effectue son dernier déplacement de voyageurs. En 1989, cesse le transport de marchandises et la ligne est définitivement fermée.

Dans les années 1980, l’idée est née de faire de cette voie oubliée un parc protégé.

L’idée se concrétise en 1996, quand le parc linéaire du P’tit Train du Nord est ouvert. Au fait, le gouvernement provincial est officiellement devenu propriétaire de l’emprise de l’ancienne voie ferrée du Canadien Pacifique, reliant Saint-Jérôme à Montréal, en 1994 pour en faire un parc linéaire de 200 kilomètres. le plus long au monde, pour la pratique de sports de plein air. L’emprise a été achetée au coût de 3,5 millions de dollars. Une quarantaine de municipalités ont participé au financement du projet.

Aujourd’hui, plus de 200 kilomètres sillonnent la rivière du Nord et des paysages naturels composés de forêts, de milieux humides et de lacs.

Ponctué de nombreux villages pittoresques et de gares d’époque renouvées, le parc offre une expérience de plein air et culturelle unique.

Des anciennes gares sont transformées en cafés et restaurants, servant de relais. Les régions s’occupèrent d’aménager en aires de repos et de rafraîchissement les huit gares sur 17, encore debout à ce moment, ce qui a entraîné des retombées pour l’économie des municipalités où sont situés ces immeubles.

On peut l’emprunter à pied, en patins à roues alignées ou à vélo en été, mais aussi à ski de fond ou en motoneige en hiver.

Tout comme le faisait le P’tit Train du Nord, la ligne traverse les villages de Prévost, Piedmont, Mont-Rolland, Sainte-Adèle, Val-Morin et Val-David.

À partir de Sainte–Agathe-Sud, soit à 50 km au nord de Saint-Jérôme, en hiver, la piste est réservée aux motoneigistes.

En fait, le rêve du légendaire curé de Saint-Jérôme est toujours vivant : amener dans la région un flot de visiteurs en quête d’évasion et de plein air.

Le parc linéaire des Basses-Laurentides, entièrement asphalté, se raccorde au parc Le P’tit Train du Nord à la place de la gare, coeur piétonnier de Saint-Jérôme, tout indiquée pour prendre une pause à l’une des charmantes terrasses. La piste de patin à roues et de vélo des Basses-Laurentides parcourt de typiques paysages ruraux jusqu’à Blainville.

Profil du parc linéaire Le P’tit Train du Nord :

  • Vélo
  • Patin à roue alignée
  • Motoneige (réglementation sur la circulation à motoneige du gouvernement du Québec est en vigueur
  • Ski de fond
  • La marche (en hiver, les marcheurs sont les bienvenus sur les corridors spécialement aménagés pour eux)

Revêtement de la piste : poussière de pierre, asphalte. Niveau de difficulté : facile. Pente moyenne : 2%.

velo quebec

La piste dans les environs de Lac-Saguay. Source de la photo www.lacsaguay.qc.ca

Pour en apprendre plus :

4 Comments

  1. Pingback: L’hôtel spa Watel, pour décrocher, à flanc de montagne dans les Laurentides | Dans notre maison

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *