Laurentides

Parc de Carillon

Parc de Carillon

Parc de Carillon

Le Parc de Carillon se trouve à côté du Lieu historique national du Canada du Canal-du-Carillon, à proximité de la centrale la plus puissante de la rivière des Outaouais.

Dans le Parc de Carillon se dresse un monument composé de 18 monolithes qui représentent les 17 compagnons français de Dollard des Ormeaux et certains Amérindiens qui étaient avec le groupe.  Le monument a été érigé selon les plans de l’architecte et écrivain Jacques Folch-Ribas, avec la collaboration de Jordi Bonet. Cette oeuvre fut réalisée en 1964-1965.

Au sommet du monument trône une figure féminine, symbole de la Nouvelle-France. L’œuvre repose sur une pierre de granit portant à sa base un médaillon représentant un jeune homme. L’inscription «Ici ont généreusement donné leur vie pour la Nouvelle-France» est gravée sur la pierre. Elle est suivie des noms des 17 soldats morts avec Dollard des Ormeaux en mai 1660.

Plus loin, dans le village de Carillon (terrain adjacent à l’église) se trouve une autre sculpture, celle produite en 1919 par Alfred Laliberté. La première ne comporte aucune figure et/ou médaillon. La seconde, oui, toutefois elle fut vandalisée et, aujourd’hui, dans son état actuel, il ne reste que le socle et l’inscription dans la pierre.

Des aires de jeux, un mini-gof, un emplacement pour pique-niquer et un terrain de camping rustique sont aménagés dans le parc.

À proximité se trouve l’église anglicane du Christ, érigée en 1819 et classée monument historique.

En outre, on peut aussi faire une visite guidée de la centrale qui permet de découvrir l’intérieur d’un groupe turbine-alternateur et d’admirer l’ampleur des équipements.

Note de GrandQuébec.com : Nous sommes très reconnaissants à M. Karl-Gilbert Murray, historien d’art, pour les renseignements et les corrections apportés à ce petit article.

Historique de la municipalité de village de Carillon

Entre Saint-André-Est et Chatham, dans la région des Laurentides se situe la municipalité du village de Carillon qui existe depuis 1887. Par ailleurs, le site de cette entité municipale baigne dans un territoire historiquement riche puisqu’il est au bas du Long-Sault de la rivière des Outaouais où Dollard Des Ormeaux et ses compagnons en 1660, ont, selon la tradition, sauvé la Nouvelle-France de la furie iroquoise.

D’abord poste de traite au début du XVIIe siècle, puis relais pour les voyageurs, Carillon est devenu aujourd’hui un petit village sympathique. Son nom provient d’un officier du régiment de Carignan, dénommé Philippe Carion (Carrion), sieur Dufresnoy qui a obtenu la concession d’un arrière-fief dans la seigneurie de l’Île-de-Montréal en 1671 de la part de Dollier de Casson et qui y aurait établi un poste de traite. L’appellation Carillon, également attribuée à une île située à peu de distance, plus au sud-est, et qui figure également dans les documents anciens sous les graphies de Carion ou Carrion, est signalée en 1686 dans le journal du chevalier de Troyes.

canal de carillon

Canal historique de Carillon, photo : pc.qc.ca.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. louise boire

    2016/06/28 at 7:01

    Bonjour, j`aimerais savoir si il y a des activités (ex. feux d`artifice..) pour la fête du Canada. Merci de votre réponse hative.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *