Laurentides

Laurentides

Les Laurentides, c’est une vaste région peu peuplée, un domaine de grands espaces, de vastes forêts et de lacs qui se comptent par dizaines de milliers.

Avant l’arrivée des Français, la région est le terrain de chasse et de pêche des Algonquins et c’est en 1673 que le comte de Frontenac y crée quatre seigneuries le long de la rivière des Mille-îles, laquelle borde Ville-Marie au nord. Cependant, ces terres n’intéressent pas grand monde jusqu’à l’époque de la coupe du bois qui commence dans les années 1830.

À cette époque, la misère est tellement grande un peu partout au Québec que des Canadiens français émigrent massivement vers les États-Unis. Plus d’un demi-million de Canadiens français traversent la frontière au XIXe siècle.

Le père Antoine Labelle, curé de Saint-Jérôme, se charge d’enraciner les familles des Canadiens français dans les Laurentides. Ce « roi du Nord » travaille sans repos pendant des décennies pour peupler les Laurentides avec des familles d’agriculteurs.

Mais les terres se sont avérées peu fertiles et les hivers trop froids et trop longs pour pouvoir développer une agriculture prospère.

Le curé Labelle pense trouver la solution dans la construction d’un chemin de fer : le P’tit Train du Nord. En 1888, il est nommé sous-commissaire de l’Agriculture et de la Colonisation du Québec. Il est ainsi le premier prêtre à devenir ministre dans l’histoire du Québec. Mais ses efforts pour assurer le développement des Laurentides ne remportent pas un grand succès.

Au XXe siècle, le tourisme se présente comme une solution à long terme.

Le ski devient un sport à la mode, des auberges, des hôtels, des gîtes, des chalets à louer sont construits, les villes trouvent un second souffle.

Chaîne de montagnes Les Laurentides

La chaîne montagneuse des Laurentides, de 500 à 900 m d’altitude, constitue, au Québec, le rebord méridional du Bouclier canadien depuis le lac Témiscamingue jusqu’au Labrador. À partir de Gatineau, ce massif s’incurve vers le nord-est, en arrière de Lachute, passe à Saint-Jérôme, au nord de Joliette, à Shawinigan, à Grand-Mère et rejoint la rive gauche du Saint-Laurent au nord-est de la ville de Québec, au cap Tourmente. Il forme l’arrière-pays de la Côte-Nord, au delà du Saguenay. Les points culminants atteignent 960 m au nord de Montréal et plus de 1170 m au nord de Québec.

L’historien François-Xavier Garneau est le créateur du nom de lieu Laurentides. Dans son “Histoire du Canada” (1845), il écrit “Cette chaîne n’ayant pas de nom propre et reconnu, nous lui donnons celui de Laurentides qui nous paraît bien adapté à la situation de ces montagnes qui suivent une direction parallèle au Saint-Laurent.”

Entre autres dérivés de Saint-Laurent, il faut citer Laurentien, Laurentidien, Laurentie, Translaurentie. Antérieurement, des parties de ce massif avaient porté des noms spécifiques : Monts Pirénées, Monts Trinité, Monts Pels, Pays d’en Haut. L’appellation Laurentides connaît très tôt après sa création en 1845 la faveur du public. Elle sert à déterminer, en particulier, des entités et espaces géographiques du territoire. Par exemple, la municipalité du village de Saint-Lin (1856), dans la circonscription e L’Assomption, prend le nom de Ville des Laurentides en 1883. De même, au nord de Québec, le parc des Laurentides – maintenant la réserve faunique du même nom – est créé en 1895.

Le nom Laurentides s’applique notamment à une région administrative située au nord de Montréal, à la municipalité régionale de comté des Laurentides, à un centre éducatif forestier à Saint-Faustin, dans la MRC des Laurentides, à une zone d’aménagement et de conservation dans la MRC de La Côte-de-Beaupré, à une circonscription électorale municipale de la municipalité de Prévost, dans la MRC de La Rivière-du-Nord. La municipalité de la paroisse de Notre-Dame-des-Laurentides, au nord de Québec, érigée en 1910 et devenue ville en 1965, a fusionné à celle de Charlesbourg en 1976, où le nom désigne maintenant une circonscription électorale municipale.

centre interprétation de la courge

Centre d’Interprétation de la Courge dans St-Joseph-du-Lac. Photographie : © GrandQuebec.com.

Voici le répertoire de nos textes sur la région des Laurentides (liste non exhaustive) :

6 Comments

  1. Henri Labelle

    2010/08/08 at 1:49

    Belle région!

  2. roger germain

    2012/12/23 at 3:02

    je voudrais savoir ou est le jardin les roches pleureuses ou peut-être le nom est st-Gérome en fleur. merci

  3. roger bertrand

    2013/03/14 at 3:09

    bonjour cher sage, 15 mai,1900
    Je trouve ce site très zen, je suis enchanté de savoir plein d’informations sur les laurentides! Merci cher noble, votre site ma appris plein de noblesse! Hier mon chien à fait pipi dans le salon! Quel coquin me suis-je dit! Il m’hérite une punition! haha je vous fais une petite tranche de vie hein! Alors c’est tout, demain je part en Floride en train et cela sera une très bonne aventure 🙂 Je vous souhaite une très bonne journée, je suis très content du nouveau pape 1er Francois, Merci et bonne journée

  4. Mégalie J. (Marguerite)

    2014/12/02 at 6:37

    Merci!

  5. Mégalie J. (Marguerite)

    2014/12/02 at 6:38

    C’est vraiment vraiment très beau là-bas, merci pour le texte!

  6. Mégalie J. (Marguerite)

    2014/12/02 at 6:41

    hahaha vraiment drôle pour votre petit chien, mais on avait pas vraiment besoin de savoir ça. Très contente pour vous, c beau la Floride, il y a plein de perroquets. Bon voyage! merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *