Lanaudière

MRC de l’Assomption

MRC de l’Assomption

Municipalité régionale de comté de l’Assomption

La Municipalité régionale de comté de l’Assomption (code géographique 600) a été constituée le 1er janvier 1983. La MRC de l’Assomption se trouve dans la région administrative de Lanaudière. La population de l’Assomption avoisine les 115 mille personnes. Le territoire de la MRC est de 256 kilomètres carrés.

Les premiers colons à s’établir sur les terres longeant le fleuve Saint-Laurent, se sont installés  dès 1640, année de l’octroi de la seigneurie de Repentigny à Pierre Le Gardeur de Repentigny, un militaire français qui habite en Nouvelle-France depuis 1623.

Au fil des ans, les colons occupent des terrains le long des rivières l’Assomption et l’Achigan. Leur nombre, cependant, n’est pas très élevé et le développement urbain de la MRC de l’Assomption ne débute que dans les années 1950. Depuis, on y constate une croissance démographique constante, ce qui peut s’expliquer par la localisation de la MRC de l’Assomption qui se trouve à 20 minutes de Montréal.

Ses terres sont caractérisées par un relief plat. Plusieurs cours d’eau sillonnent la MRC, dont les rivières l’Assomption, l’Achigan et des Prairies. Au sud, la MRC est bordée par le Saint-Laurent.

L’agriculture occupe une place importante sur le plan économique de la MRC, mais d’autres activités, tant commerciales que récréatives ou industrielles, s’y développent.

Soulignons la présence de nombreux projets de développement résidentiel. En effet, la MRC de l’Assomption est située à l’extrémité Est de l’Île de Montréal et elle est desservie par les autoroutes 40 et 640, ce qui lui confère une situation exceptionnelle pour se développer.

De plus, la route 138, le Chemin du Roy traverse la MRC d’est en ouest.

La MRC de l’Assomption se trouve parmi les plus peuplées de la région de Lanaudière. En été, la MRC de l’Assomption offre des possibilités d’activités de loisir sur ses rivières.

Pour les amateurs de randonnées à vélo, la Route verte traverse le territoire.

En hiver, buttes à glissade et patinoires sont aménagées en grand nombre dans chaque municipalité, ainsi que des sentiers de motoneige. En février, on célèbre le Festival Feu et Glace.

La région est connue pour ses activités agrotouristiques et pour sa gastronomie typiquement régionale.

Coordonnées de la MRC de l’Assomption :

300A, rue Dorval
L’Assomption
Québec
J5W 3A1

Téléphone : 450 589 2288

Site internet de la MRC de l’Assomption : mrclassomption.qc.ca.

Rivière l'Assomption

La rivière l’Assomption vers 1940. Photo ancienne libre de droits.

Hameau de Vaucluse

Les voyages forment la jeunesse, dit-on, notamment parce qu’il procurent spontanément de l’expérience, mais aussi parce qu’ils demeurent longtemps, par la suite, une source d’inspiration privilégiée pour quiconque doit faire appel à son sens créatif. La toponymie se prête bien à cet exercice, particulièrement lorsqu’il devient nécessaire ou approprié de donner un nom à un lieu de son proche environnement. Les emprunts de noms de lieux étrangers lorsqu’il devient nécessaire ou approprié de donner un nom à un lieu de son proche environnement.

Les emprunts de noms de lieux étrangers sont alors souvent le fruit d’une analogie évidente au plan des paysages géographiques ou relative à des événements marquants, mais ce peut être aussi le résultat d’un simple coup de cœur pour un lieu qui a charmé un visiteur à l’occasion d’un heureux voyage. Cette dernière hypothèse semble être la plus plausible pour expliquer l’apparition au Québec du toponyme Vaucluse, au début du XXe siècle. Depuis environ 100 ans, ce nom appartient à un hameau de la région de Lanaudière, situé sur la rive gauche de la rivière L’Assomption, à moins de 10 km au nord de la ville de L’Assomption. Il est le cœur de la municipalité de la paroisse de Saint-Gérard-Majella.

Les premiers colons s’étaient installés en ces lieux, connus sous le nom de Haut-de-L’Assomption, à partir du milieu du XVIIIe siècle, mais ce n,est qu’en 1904 que la paroisse a vu le jour, sous la dénomination de Saint-Pierre-de-Vaucluse. Selon toute vraisemblance, le nom de Vaucluse aurait été choisi par l’ancien provincial des Oblats, le père Prisque Magnan 1859-1932), originaire de la municipalité voisine, L’Épiphanie, après sa visite de la chartreuse de Vaucluse (commune d’Onoz), dans le Jura français.

Le hameau de Vaucluse, de même que le bureau de poste, existent encore sous ce nom d’origine, mais le nom légal de la municipalité est Saint-Gérard-Majella depuis 1905, bien que la graphie Magella ait persisté jusqu’en 1982. En consacrant cette appellation, on avait voulu perpétuer le souvenir de la canonisation de saint Gérard Majella (1726-1755), survenue en 1904. Sur le plan odonymique le nom de Vaucluse, qui a pour origine une formation médiévale pour désigner une vallée fermée, est peu répandu au Québec : une rue à Saint-Gérard-Majella et deux autres à Laval et L’Ancienne-Lorette. Dans ces deux derniers cas toutefois, le nom rappelle le département français (Vaucluse) qui fait partie de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Rappelons que c’est un site géographique et touristique remarquable, la Fontaine de Vaucluse, qui prête son nom au département ; cette résurgence spectaculaire donne ainsi naissance à la Sorgue, affluent du Rhône.

Code                                      Municipalité

  • 60005                                   Charlemagne
  • 60028                                   L’Assomption
  • 60035                                   L’Épiphanie
  • 60040                                   L’Épiphanie
  • 60013                                   Repentigny
  • 60020                                   Saint-Sulpice

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *