La guerre et le Québec

Une journée comme les autres en août 1942

Une journée comme les autres en août 1942

Une journée ordinaire de la guerre en Europe, le 11 août 1942

Les Nazis mitraillent la foule à Paris

Londres. L’Exchange Telegraph de Londres a entendu hier la radio de Paris contrôlée par les nazis faire la description d’un incident au cours duquel un grand nombre de personnes, y compris des femmes et des hommes de police, ont été blessés, quand on se servit de mitrailleuses contre 15 « terroristes » antinazis.

Chiens demandés

Londres. L’appel aux armes des hommes plus âgés à amené en Angleterre une plus grande demande de chiens. Les hommes désirent les laisser à leur femme à l’occasion de leur départ.

25 jeunes filles vont au Macdonald

Pour aller suivre un cours d’instruction militaire dans le C.F.A.C. Ce sont des volontaires. – On en a besoin de 400 autres
On annonce le départ de 25 autres jeunes filles pour le collège Macdonald de Ste-Anne-de-Bellevue. Elles suivront le cours d’instruction militaire de base donné à cet endroit pour le Corps féminin de l’Armée canadienne. En même temps, cinq autres jeunes filles, qui ont déjà le grade de cadets du district militaire #5, sont allées suivre un cours d’officiers au même endroit.

Les futurs officiers sont les cadets M. des Rivières, E. Brousseau, J. Chabot, A. Roussel et V. Tapp.

Les autres sont les volontaires : B. Albert, C. B.langer, P. Blanger, G. Borgia, F. Brousseau, P. Côté, R. Côté, J. Daigle, A. Dupuis, M. Desseault, G. Gagné, C. Lachine, C. Lavoie, M. Lacouvie, R. Lepage, R. L’Espérance, M. Mathieu, S. Potvin, C. Riboud, G. St-Hilaire, F. Talbot, F. Mills, A. – M.Pitt.

Le C.F.A.C. Poursuit actuellement une grande campagne de recrutement. On a besoin de quatre cents (400) filles pour le district et toutes celles que l’on recrutera seront envoyées au collège Macdonald, à Ste-Anne-de-Bellevue.

Chapeaux masculins

Une nouvelle ordonnance fédérale défend aux manufacturiers de mettre des doublures aux chapeaux bon marché et lui prescrit une réduction du nombre de ses types et de ses teintes. Elle li ordonne en outre de rogner les bords et les bandes, sauf évidemment pour les chapeaux de cowboy. Les fabricants sont obligés de réduire de 33 et demi pour cent le nombre de leurs échantillons.

Tout fabricant de feutre devra limiter sa gamme de couleurs à 15 teintes foncées outre le noir et à teintes médium. Le largeur de la bande intérieure en cuir est réduite à un pouce et 7-8 et toute imprimerie sur cette bande dont se limiter à la marque de fabrication. Les feutres devront être fabriqués en série de six (un de chaque pointure ordinaire). Le manufacturier en vendra à chacun de ses clients ordinaires la même protection de sa production qu’en 1949 et 1941. Ce décret permettra des économies appréciables dans le matériel et dans les heures de travail.

Tchèques exécutés

La BBC a dit aujourd’hui que, suivant une information donnée par Radio-Berlin, six autres Tchèques avaient été exécutés sous prétexte qu’ils préparaient des actes de haute trahison et favorisaient l’ennemi. « Une dépêche de Zurich, Suisse, à l’agence d’information hollandaise Aneta, dit que 200 autres otages ont été arrêtés en Hollande et seront responsables de la conduite du peuple hollandais advenant une invasion de la Hollande par les Britanniques. Plus de 1,500 personnes en vue ont déjà été arrêtées comme otages en Hollande.

Collision fatale à des soldats nazis

Une dépêche Reuters de Stockholm mande aujourd’hui que plusieurs soldats allemands ont été tués et d’autres blessés par une explosion qui suivit une collision entre un train de troupes allemandes et un convoi de carburants sur le chemin de fer Douai-Arras en France occupée. La dépêche ne mentionne pas la cause de la collision.

Accalmie en Égypte

Le Caire. Le commandement des forces britanniques en Moyen-Orient annonce aujourd’hui dans son communiqué quotidien que ses troupes ont fait d’autres prisonniers sur le front d’El Alamein, 80 milles à l’ouest d’Alexandrie, mais que les armées en présence sont encore inactives. Dans l’air, les opérations de la Royal Air Force au-dessus de l’Afrique du Nord et de la méditerranée n’ont pas été considérables.

Duel d’artillerie

Londres, 13 août 1942. Les grosses artilleries britannique et allemande chaque côté de la Manche se sont livrés la nuit dernière au violent duel qui commença à minuit et dura presque jusqu’au jour. Des observateurs disent que la canonnade a été plus forte que d’habitude. Les nazis, dont les batteries furent les premières à ouvrir le feu, ont paru employer plus de canons. Ils tiraient des salves de six obus à la fois.

Les pompiers ont combattu deux incendies

La brigade des incendies a eu à combattre deux commencements d’incendies, hier. Le premier s’est déclaré, hier matin, dans l’édifice Bossé, à l’angle des rues Dalhousie et Côte de la Montagne. Le second a eu lieu dans le logis de madame veuve Lorenzo Simard, 60 1-2 rue des Commissaires.

Au premier endroit, les pompiers ont été appelés, un peu après onze heures, hier matin, à l’édifice Bossé, où l’on venait de constater un commencement d’incendie sous un escalier. Le feu fut rapidement maîtrisé. La ville héberge actuellement plus d’une vingtaine de familles dans cet édifice sis à l’intersection de la côte de la Montagne et de la rue Dalhousie. On peut imaginer facilement quel aurait été le sort de ces familles si cet incendie avait éclaté pendant la nuit.

Les pompiers de cinq postes ont dû travailler pendant près d’une heure, hier après-midi, avant de pouvoir maîtriser un incendie qui avait débuté dans un appartement habité par Mme Yves I. Simard, 60 1-2, rue des Commissaires. L’alarme sonnée vers les deux heures à la boîte 541, fit accourir sur les lieux les pompiers des postes 3,5,6,7 et 8, sous la direction du chef Wagner.

Deux jets d’eau durent être installés. La cause de l’incendie, qui a origine dans une armoire, dans la cuisine du logement habité par Mme Simard, est inconnue. Les dégâts chez Mme Simard elle-même sont assez considérables. Une épicerie sise à l’étage inférieur a subi des dommages par l’eau et la fumée

Collision entre trois autos rue Saint-Vallier

Trois automobiles ont été endommagées, hier après-midi, sur la rue St-Vallier, à proximité du pont Scott, lorsqu’elles sont entrées en collision. Les trois véhicules ont subi des dommages assez considérables. Ce sont les constables O.Robitaille et Léo Demarais, du poste #12, qui ont fait enquête sur cet accident.

Deux véhicules en question venaient en sens inverse sur la rue St-Vallier, le taxi portant la licence 851, conduit par M. Alph. Beaupré, de Loretteville, se dirigeant vers l’ouest et l’automobile portant la licence 14-576, propriété du Québec Railway et conduite par M. Marier, dans le sens contraire. Au moment où les deux machines allaient se croiser, le conducteur du Québec Railway, M. Marier, voulu éviter un camion et obliqua à gauche, pour frapper le taxi de M. Beaupré qui, à son tour, alla donner contre l’automobile portant la licence de la province d’Ontario 85-A-15, propriété de Mé Henry Pelton, de Toronto, stationné le long du trottoir, vis-à-vis les chantiers de la maison Deschamps, de Montréal.

Émeutes appréhendés

Atlanta, Georgie. 12 août 1942. Le colonel Lindley W. Camp, affirmant que des agents tentent d’inciter les noirs à exiger certains privilèges non accordés en Georgie, a déclaré hier soir qu’il avait ordonné à la garde nationale de se tenir sur le qui-vive afin de prévenir toute manifestation raciste.

Truman lance des accusations contre le trust de l’acier

Le président de la commission sénatoriale de la défense aux États-Unis annonce que les grandes aciéries ont négligé de donner à leurs usines une expansion véritable et se sont surtout préoccupées d’étouffer les petits industriels

Washington. 12 août 1942. Le président de la commission du Sénat pour la défense, Harry Truman, a attribué aujourd’hui la pénurie d’acier retardant actuellement la production des usines de guerre aux États-Unis à un manque de « véritable expansion » dans L’industrie sidérurgique.

Truman, qui enquêtait depuis six mois dans ce domaine, a dit aux reporters qu’il était arrivé à la conclusion que l’industrie de l’acier n’avait subi aucune expansion véritable, et que les grandes sociétés sidérurgiques avaient simplement fait donner leur plein rendement à leurs usines, tout en asphyxiant les lamineries plus petites, qui étaient menacées d’extinction.

Il a dit que Donald Nelson, le directeur de la Commission des productions de guerre, devrait user de son autorité et réorganiser la division du fer et de l’acier de la Commission de façon qu’elle agisse.

Truman a dit avoir appris que nulle part un nouveau haut-fourneau ou une nouvelle mine de fer n’était apparu, bien qu’il y eût en Basse-Californie dans l’état de Washington et en Colombie-Canadienne une abondance de matières premières non exploitées.

Il a ajouté qu’il avait été particulièrement frappé frappé du récit d’un industriel de la côte occidentale, Henry J. Landahl, qui a raconté devant la commission sénatoriale hier qu’il avait essayé pendant 30 ans d’obtenir les crédits voulus pour construire un haut-fourneau dans le nord-ouest, mais qu’il avait constamment été contrecarré par la United States Steel Corporation et par les banques J.P. Morgan, qui redoutaient cette nouvelle concurrence pour leurs entreprises.

Les plus grandes sociétés sidérurgiques, comme la United States Steel et la Bethlehem, font donner leur plein rendement à leurs propres usines, dit Truman, tandis que les petites lamineries manquent de matières premières et sont menacées d’extinction.

Berlin commente l’exécution des Nazis

New-York. Dans son premier commentaire sur l’exécution de six saboteurs nazis aux États-Unis, la radio allemande a déclaré que par cet acte des États-Unis perdaient le droit de protester contre la condamnation des saboteurs dans les territoires occupés par l’armée allemande.

La radio a ajouté, sans donner la source de son information, que les autorités militaires des États-Unis n’avaient pas prouvé la culpabilité des six accusés condamnés à mort.

Le bourreau

Joseph Francel, le bourreau de l’état de New-York, qui demeure à Caire, était absent de chez lui samedi et son épouse a dit qu’elle ignorait où il était. On présume qu’il était à Washington, occupé à envoyer dans l’autre monde les six saboteurs allemands électrocutés le même jour dans la capital américaine. International News).

Un entrepôt s’écroule

Milwaukee, 11 août. Douze hommes ont été ensevelis hier soir sous des tonnes de débris de toutes sortes, à Milwaukee, quand un entrepôt de quatre étages s’écroula soudain sur eux. Six autres hommes, qui étaient avec eux, ont pu être dégagés à temps et ont reçu des blessures superficielles.

La reconnaissance est la mémoire du coeur.
La reconnaissance est la mémoire du coeur. (Hans Christian Andersen). Image de Natahin_S.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *