Immeubles par localité

Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Vivre à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Les citoyens de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier bénéficient d’un milieu de vie d’une qualité exceptionnelle dans la vraie nature, aux portes de Québec. Le noyau central de la municipalité revêt un caractère plus urbain avec une multitude de services, ce qui fait de la localité le pôle de services à l’ouest de la MRC de La-Jacques-Cartier.

Vivre ici, c’est découvrir les avantages de résider dans un milieu de vraie natire, de s’imprégner de la beauté des paysages, de nombreux lacs et rivières, c’est bénéficier  sur le réseau d’aqueduc d’une eau potable de grande qualité, ne nécessitant aucun traitement. C’est aussi profiter d’une foule d’activités au niveau sports, loisirs, vie communautaire, sans oublier la culture.

Au fait, la forte croissance démographique et économique, plus rapide que la moyenne de la région de Québec, démontre le dynamisme de la municipalité. D’ailleurs, le taux de chômage se trouve parmi les plus bas de la région de Québec et le taux d’activités continue de progresser.

C’est aussi un milieu de vie idéal pour la famille avec ses institutions d’enseignement, du primaire jusqu’au secondaire 3, ainsi qu’avec son école de foresterie et de technologie du bois à la fine pointe des plus récentes innovations. Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier ne ménage aucun effort pour aider les jeunes à s’épanouir. Garderie, maison des jeunes, parc des loisirs, bibliothèque, sans compter la richesse de la nature environnante, constituent pour eux un milieu de vie de choix.

MRC de La Jacques-Cartier

D’une superficie de 3 310 km carrés, cette municipalité régionale de comté est située dans la région de Québec. Sa partie sud, où se concentre la population, appartient aux Laurentides méridionales, tandis que l’arrière-pays, inhabité et constitué du territoire non organisé de Lac-Croche, se trouve dans la lisière sud de la région naturelle de Laurentides boréales. Le lac Batiscan, dans la partie nord, et le lac Saint-Joseph, en zone habitée, sont les nappes d’eau les plus vastes. L’accident géographique le plus spectaculaire demeure sans contredit la rivière Jacques-Carrier et sa vallée. Le territoire de la municipalité régionales de comté comprend la partie inférieure de la vallée encaissée, de même que le cours moyen de la rivière elle-même. Les contreforts des Laurentides accueillent pour leur part plusieurs centres de ski. Établie en avril 1981, la MRC de La Jacques-Cartier se compose de neuf municipalités dont Lac-Beauport, la plus peuplée, et d,un territoire non organisé qui recouvre plus de la moitié de sa superficie. La population est essentiellement rurale quoique non agricole. C’est une région à forte majorité francophone qui compte en son sein une minorité anglophone (10%), irlandaise principalement, mais en déclin très rapide par rapport à la situation de 1971 (alors 21,5 % de la population des municipalités qui composent aujourd’hui la MRC). Il faut noter l’importance de la population saisonnière en quelques endroits, en particulier sur le pourtour du lac Saint-Joseph durant l’été. La vie économique de la MRC repose avant tout sur l’exploitation du loisir de plein air autour de quelques lacs, dans la vallée de la Jacques-Cartier et sur les pentes des centres de ski, d’une part, de même que sur les activités de l’importante base militaire de Valcartier, de l’autre. La municipalité régionale de comté a été constituée à même le territoire des anciennes municipalités des comtés de Portneuf et de Québec. Elle emprunte son nom à la rivière Jacques-Cartier.

Sainte-Catherine de la Jacques Cartier

Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier en hiver. Photo : Vanou

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *