Immeubles par localité

S’établir à Rimouski

S’établir à Rimouski

S’établir à Rimouski

La ville de Rimouski est le centre administratif de la municipalité régionale de comté de Rimouski-Neigette et la métropole de la région du Bas-Saint-Laurent. C’est un centre important d’enseignement et de recherches dans le domaine des sciences maritimes.

L’actuelle ville de Rimouski est issue du regroupement de l’ancienne ville de Rimouski, de la ville de Pointe-au-Père, des municipalités de Rimouski-Est, Mont-Lebel, Sainte-Blandine et Sainte-Odile-sur-Rimouski.

On y dénombre un grand nombre de commerces, de services professionnels, d’institutions de santé, des sièges sociaux d’organismes et de centres administratifs majeurs.

Rimouski, c’est aussi la plus grande concentration d’institutions culturelles de toute la région. On y trouve entre autres l’Orchestre symphonique de l’Estuaire, le Conservatoire de musique du Québec, trois bibliothèques, plusieurs musées, sites historiques et galeries d’art.

Les familles qui décident de s’y établir trouveront à Rimouski une quinzaine de gymnases et arénas, des dizaines de terrains de jeux, ainsi que des piscines intérieures et extérieures, des courts de tennis, des pistes de ski de fond et des patinoires extérieures.

La Ville de Rimouski possède une vaste réserve foncière. Actuellement, la zone des Prés du Saint-Rosaire (immeubles unifamiliales et multifamiliales) se développe activement.

Situé en face du Saint-Laurent, l`Institut maritime du Québec est le plus important établissement de formation maritime au Canada. Chaque été, l’Institut maritime ouvre ses portes au public intéressé par une visite de ses installations. C’est donc l’occasion de découvrir ses simulateurs de navigation et de salles des machines, son planétarium et son Centre de formation en plongée professionnelle, avec son simulateur d’évacuation d’urgence pour sous-mariniers. L’institut propose également une exposition à saveur maritime.

Mont-Lebel

Petite localité forestière créée en 1932 dans l’arrière-pays de Rimouski, dont elle est distante d’environ une vingtaine de kilomètres, entre Sainte-Blondine au nord, dont elle a été détachée, et Saint-Narcisse-de-Rimouski au sud.

L’endroit doit son nom à son premier maire, Jean-Baptiste Lebel, qui a présidé aux destinées de la municipalité de 1932 à 1934. On a tiré de ce patronyme le gentilé des citoyens, les Lebelmontois. Par ailleurs, d’autres municipalités du Québec comportent également l’anthroponyme Lebel dans leur dénomination : Lebel-sur-Quévillon dans le Nord-du-Québec et Pointe-Lebel sur la Côte-Nord, patronyme par ailleurs répandu dans le Bas-Saint-Laurent. Composé à l’origine de 41 lots situés dans le Troisième Rang des cantons de Macpès et de Neigette et de 33 lots dans le Quatrième Rang des mêmes cantons, le territoire de l’actuelle municipalité était autrefois désigné sous la dénomination de Rang-Double. Vers 1898, la petite localité a connu ce que l’on a depuis identifié comme le schisme de Sainte-Blandine. À l’occasion du choix du site de l’église paroissiale, le territoire du village de Sainte-Blandine ayant été retenu, certains fidèles apostasièrent et firent ériger une mitaine, transposition de l’anglais meeting house pour désigner un temple protestant, qui perdit rapidement de la vogue. L’économie locale repose essentiellement sur l’agriculture.

musée de rimouski

Musée de Rimouski. Image libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *