Immeubles par localité

Maison à Princeville

Maison à Princeville

S’établir à Princeville

Princeville est située au Centre-du-Québec, dans la municipalité régionale de comté de l’Érable, au pied de la chaîne de montagnes des Appalaches. La ville, berceau des Bois-Francs, compte environ 6000 résidents.

Princeville possède des opportunités d’emplois dans diverses industries ainsi que dans les entreprises agricoles qui parsèment son territoire.

Quand vient le temps des loisirs, on y trouve trois terrains de golf, une patinoire intérieure, une piscine couverte, un aréna, un centre aquatique du lac Mirage, une salle de quilles, une bibliothèque et un parc linéaire qui fait partie de la Route Verte du Québec et où l’on peut rouler à bicyclette.

Princeville offre un bon choix d’activités pour les jeunes, du hockey jusqu’au patinage artistique en passant par divers mouvements scouts.

Les écoles primaire et secondaire offrent des programmes en musique, en langues et en informatique.

Un réseau de sentiers de VTT et de motoneige est également accessible.

Princeville est une ville en développement constant dont la position géographique au centre du Québec favorise l’activité économique.

Plusieurs projets domiciliaires sont effectués actuellement à Princeville, notamment dans les rues Desharnais, Morissette, Girouard, Fréchette, Lecomte, Lecours, Lavergne et quelques autres.

On accède à Princeville en suivant la Route 116 et la Route 263, via l’Autoroute 20.

Canton de Stanfold

Proclamé en 1807, borné en front par la rivière Bécancour où se jettent les rivières Noires et Bourbon, arrosé au sud par la rivière Bulstrode et son affluent, la rivière L’Abbé, ce canton, assez marécageux dans la moitié nord d’une altitude inférieure à environ 100 m, s’élève un peu plus dans la moitié sud où le relief atteint 160 m. Répartie dans cette moitié sud, plus le long d’une route servant de limite à l’ouest, la population se concentre néanmoins dans Princeville située au contact des deux régions, et, à un moindre degré, dans la moitié nord, à Plage-Duberger de 1795, est emprunté à la toponymie anglaise et a le sens général de petite ferme construite en pierre.

Historique de Princeville

Vaste territoire des Bois-Francs, sur lequel coulent les rivières Bourbon et Bulstrode, situé à une douzaine de kilomètres à l’ouest de Plessisville, la municipalité de la paroisse de Princeville a été dénommée ainsi en l’honneur de l’un des ses premiers colons, Pierre Prince. Ce dernier logeait les missionnaires au début de la colonie et il a cédé, pour une somme symbolique, le terrain devant servir à l’édification de l’église de même que d’une maison d’enseignement.

Le nom de Princeville a également contribué à identifier le bureau de poste local à compter de 1914, lequel portait le nom de Stanfold depuis 1849. Toutefois, la municipalité n’a reçu sa dénomination actuelle qu’en 1969, car, lors de sa création en 1845, elle portait le nom de Stanfold, puis de Saint-Eusèbe-de-Stanfold lors de son rétablissement, en 1855.

Stanfold évoque le canton dans lequel elle se situe, alors que Saint-Eusèbe-de-Stanfold identifiait la paroisse fondée en 1838 et érigée canoniquement en 1848.

En 1987, en se fondant sur le large usage que revêt l’appellation originelle Saint-Eusèbe, les autorités municipales ont manifesté le désir de voir le nom de la municipalité modifié en Saint-Eusèbe-de-Princeville, intention qui n’a pas connu de suite concrète.

Le premier colon, Édouard Leclerc, natif de Saint-Grégoire, dans la région de Nicolet, s’établit dans le canton de Stanfold en 1832. Par la suite, l’exploitation de belles terres agricoles assurera la prospérité à Princeville, complétée par l’industrie laitière, et l’acériculture.

Grâce aux bois francs, la fabrication de la perlasse et de la potasse constituait autrefois une activité importante. En raison de son ancienneté, Princeville a reçu le surnom de Berceau des Bois-Francs. La dénomination collective identifiant les citoyens de cette municipalité de paroisse, les Princiliens, se révèle originale dans la mesure où le suffixe -ville a été remplacé par la voyelle « i » et la consonne « l », auxquelles on a adjoint la finale « -ien ».

Historique de la ville de Princeville

Instaurée deux ans après la municipalité de la paroisse de Princeville, soit 1857, la municipalité de la paroisse du village homonyme allait voir son statut modifié en celui de ville en 1964. Forte d’une population près de trois fois plus élevé que celle de la municipalité de paroisse, la ville dispose toutefois d’un territoire 65 fois moins étendu, circonscrit de toutes parts par celui de la municipalité de paroisse.

Les Princevillois tirent leur subsistence, en partie de l’exploitation agricole, mais surtout de la fabrication d’importants produits nautiques. Plusieurs industries se greffent à ces activités, dont le bois destiné à la parqueterie. On y retrouvait le chemin de fer qui a joué un rôle de lien avec les principaux centres, tout comme le réseau routier qui conduit à Québec, à Montréal et à Sherbrooke.

Princeville

Princeville. Photographie libre de droits.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *