Immeubles par localité

Immeuble à La Tuque

Immeuble à La Tuque

Vivre dans la Ville de La Tuque

La Ville de La Tuque se trouve sur un vaste territoire d’environ 30 mille kilomètres carrés. Il est donc difficile de décrire en détails les particularités de chaque secteur de cette grande agglomération qui embrasse le territoire urbain de La Tuque et les secteurs de La Croche, La Bostonnais, Lac-Édouard et Parent.

La Tuque est un centre régional reconnu de services et plusieurs compagnies de renommée internationale, comme Abitibi-Consolidated, y ont leurs usines.

  • Le secteur de Parent est parsemé de lacs au milieu d’une vaste forêt qui constitue la porte d’entrée d’un immense territoire exploité par plusieurs pourvoiries.
  • Le secteur de La Croche se trouve dans la vallée de la rivière Croche et c’est également une vaste zone forestière. Deux centrales hydro-électriques y sont installées.
  • Lac-Édouard est une municipalité touristique avec plusieurs pourvoiries, des zecs et des réserves écologiques.
  • La Bostonnais est un autre secteur touristique situé sur les bords de la rivière La Bostonnais.

Finalement, le territoire de La Tuque est l’endroit idéal pour ceux qui désirent mener une vie paisible à proximité d’une nature sauvage et grandiose.

Lac Wayagamac

Ce lac, qui reçoit les eaux du Petit lac Wayagamac à l’est et du lac Tom au sud, se décharge dans le Saint-Maurice par la Petite rivière Bostonnais. Il est situé à 10 km au sud-est de La Tuque. Long de 9 km et presque aussi large, il se déploie parmi les monts des Laurentides qui le surplombent de 125 m environ. Appartenant à la langue algonquine, l’expression waweia gamal signifie au lac rond, d’après le père G. Lemoine. Pour le père Joseph-Étienne Guinard, waiagamak, mis pour wawiagamaw, a pour sens lac rond. Pourtant sa forme est plutôt triangulaire que ronde. Ce nom, sous la forme de Wayagamack était mentionné en 1876 dans un des rapports de l’arpenteur Télésphore Chavigny De La Chevrotière. À compter de 1913, Wayagamack a identifié une usine de pâtes et papier établie à Trois-Rivières.

Circonscription électorale de Laviolette

Tirée du district électoral de Champlain en 1930, la grande circonscription de Laviolette couvre de nos jours un territoire de 33 789 km carrés dont les limites touchent à douze circonscriptions électorales. Sa population se concentre dans la partie étroite, au sud de la circonscription, de même qu’à l’est du Saint-Maurice. On compte dix-sept municipalités, dont Grand-Mère et La Tuque qui réunissent plus de la moitié de la population totale, quinze territoires non organisés, trois réserves indiennes attikameks, soit Coucouche, Obedjiwan et Weymontachie, et enfin les hameaux de Clova, d’Oskélanéo et de Sanmaur. La centaine d’entreprises manufacturières qu’elle compte se retrouvent dans le sud, concentrées particulièrement à Grand-Mère, véritable pôle économique de la circonscription. Le nord est voué à l’exploitation forestière ayant comme centre industriel La Tuque est son usine de pâtes et papier. Ce toponyme électoral est dédié à la mémoire de Laviolette, fondateur de Trois-Rivières en 1634.

Vue aérienne de la ville de La Tuque. Photo lbire de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *