Photos de Montréal

Oratoire Saint-Joseph

Oratoire Saint-Joseph

Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Une mission, un engagement, une présence

L`Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal est un centre de pèlerinage. Sa mission première est d’accueillir les pèlerins et de les accompagner dans leur démarche. Saint Joseph et saint frère André y sont des guides privilégiés aidant les pèlerins à accueillir le message évangélique.

Sanctuaire international qui offre un espace de silence, de prière, de paix favorisant l’ouverture au mystère de Dieu, l’oratoire est un lieu de foi chrétienne selon les diverses expressions de la prière de l’Église tout en privilégiant la dévotion à saint Joseph.

Ce sanctuaire demeure un signe qui s’élève pour interroger une autre dimension de la vie et l’Oratoire Saint-Joseph favorise une démarche spirituelle individuelle ou collective. Sa situation géographique lui permet d’établir un climat de recueillement dans le mouvement incessant de la cité.

Fondé en 1904 par saint frère André et ses amis, comme une petite chapelle, le sanctuaire connaît un développement progressif impressionnant tout au long du XXe siècle pour devenir finalement le plus important sanctuaire au monde dédié à saint Joseph. Un projet qui se poursuit jusqu’à nos jours grâce à l’inspiration de son fondateur.

pelerins st-joseph

Pas moins de 283 marches mènent vers le portique de l’Oratoire Saint-Joseph du chemin Queen Mary. Au centre de l’escalier, 99 marches en bois sont réservées à la prière et servent aux pèlerins qui montent à genoux. Photo : © V. Petrvosky.

st joseph

Statue de Saint-Joseph. L`Oratoire, don de Dieu, révèle sa vitalité dans le don qui circule entre le sanctuaire et les personnes qui le fréquentent. Des milliers de personnes cherchent ici réconfort et soutien à travers les services offerts et un accueil qui se veut chaleureux et inconditionnel. Photo : © V. Petrvosky.

basilique st joseph

La première petite chapelle est érigée en 1904. Elle devient rapidement insuffisante pour recevoir tous ceux qui s’y rendent, alors on l’agrandit en 1908 et encore en 1910, mais c’est toujours trop peu. En 1917, on inaugure la crypte capable de recevoir mille personnes, mais qui est la base d’un projet encore plus grandiose. Toute sa vie, frère André s’emploiera avec ses amis à construire un oratoire qui deviendra le plus grand sanctuaire au monde dédié à saint Joseph. Photo : © V. Petrvosky.

salle de l'oratoire

À l’instar du frère André, le personnel de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal cherche à se rendre attentif aux personnes, à leurs souffrances et à leurs préoccupations. Photo : © V. Petrvosky.

musee saint joseph

Logé au cœur de l’un des bâtiments les plus majestueux de l’île de Montréal, le musée de l’Oratoire Saint-Joseph est un joyau bien caché. Ce musée présente les expositions temporaires et permanentes qui permettent de découvrir le patrimoine historique, artistique et religieux du Québec et d’ailleurs. Venez admirer l’exposition Les crèches du Québec à l’honneur qui propose une sélection de scènes de la Nativité du Québec  ainsi qu’un choix de crèches du monde, soit au total plus de deux cents crèches provenant de plus de cent pays. Photo : © V. Petrvosky.

archanges st joseph

Sous la supervision du vice-recteur à la pastorale, le comité des bénévoles est formé de directeurs, d’adjoints et de coordonnateurs travaillant au sein de l’équipe de l’Oratoire Saint-Joseph. On y retrouve les personnes occupant les fonctions de direction au Bureau d’accueil et des pèlerinages, de coordination des pèlerinages, de coordination de l’œuvre du pèlerinage des malades ainsi que de direction adjointe à la sacristie et aux luminaires et d’adjointe administrative au Service du développement. Ce comité est chargé de recruter, d’orienter, d’encadrer, d’évaluer et de former les bénévoles.Photo : © V. Petrvosky.

st joseph statue

Les activités de l’oratoire s’inscrivent dans la perspective d’une évangélisation qui invite les pèlerins à lire leur expérience à la lumière de l’Évangile, en présentant la Parole de Dieu dans un langage clair et adapté aux multiples réalités de la vie. L’annonce de Jésus-Christ, à travers son message d’amour et de compassion, suscite la rencontre avec Jésus Sauveur. Photo : © V. Petrvosky.

oratoire vue depuis la colline

Vue de l’Oratoire depuis la montagne. Le petit groupe de personnes qui accompagnait frère André lors de la fondation de l’Oratoire Saint-Joseph en 1904 partageait son rêve d’accueillir sur le mont Royal des hommes et des femmes venant rendre hommage à saint Joseph. Photo : © GrandQuebec.com.

cripte

Les gens assistaient frère André par leur action et par leur prière. Plusieurs se joignaient même à lui pour « prier le chemin de la croix » comme l’on disait à l’époque. Photo : © GrandQuebec.com.

frere andre

Des gens affirmaient avoir reçu de frère André le don de guérir. Et pourtant, frère André a toujours fermement nié avoir quelque don naturel de guérisseur : « Je n’ai pas le don et je ne peux pas en donner » répétait-il. Lui, il suggérait de faire une neuvaine à saint Joseph, de se frictionner avec de l’huile ou une médaille du saint, voyant là « autant d’actes d’amour et de foi, de confiance et d’humilité. ». Photo : © V. Petrvosky.

oratoire la soirée

L`Oratoire dans le crépuscule. La pastorale de l’Oratoire Saint-Joseph est animée d’un esprit d’accueil et de prière au service des pèlerins et des fidèles de tous horizons. Photo : © V. Petrovsky.

nef centrale

Nef centrale de l’oratoire. Les gens prient pour que le Seigneur, par l’intermédiaire de saint Joseph et de frère André, donne force et réconfort. Photo : © V. Petrovsky.

chapelle ardente

La chapelle ardente. Photo : © V. Petrovsky.

coeur du frère andré

Comme au temps de frère André, des gens offrent leur assistance bénévole afin de poursuivre l’accueil des fidèles, avec compassion dans un climat de prière. Ces attitudes marquent la vie du sanctuaire depuis ses débuts. Photo : © V. Petrovsky.

frere st andre

Toute sa vie, frère André s’emploiera avec ses amis à construire un oratoire qui deviendra le plus grand sanctuaire au monde dédié à saint Joseph. Pourtant, jamais il ne parle de « son œuvre ». Au contraire. Quand les foules viennent à l’Oratoire pour des grandes célébrations, il s’efface, se cache presque, derrière le chœur pour prier en solitaire. Photo : © V. Petrovsky.

fenetres vitrails

Frère André, enraciné dans le sol du Québec, a été un éveilleur et un entraîneur. Il est encore un vivant symbole du renouvellement chrétien auquel nous sommes tous conviés. Ce qu’avec la grâce de Dieu, frère André a pu vivre, nous pouvons le vivre, nous aussi, avec la même grâce de Dieu. Photo : © V. Petrovsky.

allez a

Frère André a passé sa vie à parler des autres au bon Dieu et du bon Dieu aux autres. Photo : © V. Petrovsky.

vue sur cote des neiges

Vue sur Côte-des-Neiges de l’Oratoire Saint-Joseph. Photo : © V. Petrovsky.

Fontaine de la Rédemption du Jardin du Chemin de Croix

Jardin du Chemin de Croix

Vue panoramique sur Côte-des-Neiges depuis la terrasse de l’Orartoire.

Crypte: La chapelle du frère André étant devenue trop petite, la crypte est construite de 1915 à 1917 selon les plans des architectes Dalbé Viau et Alphonse Venne. La statue du maître-autel est une oeuvre en marbre de Camare sculptée par l’artiste italien Giacomini et installée en 1917. Les huit vitraux, réalisés dans les ateliers Perdriau et O’Shea de Montréal, sont installés en 1919. Ils représentent les épisauds de la vie de saint Joseph.

Tombeau du frère André: Ici repose le corps de frère André, décédé le 6 janvier 1937, à l’âge de 91 ans. D’abord érigé dans la crypte, puis déplacé temporarirement en 1944, le tombeau a été transféré dans cette alc¸ove en 1949. Le tombeau de granit noir est un don de l’honorable Maurice Duplessis premieer ministre de la province de Québec, de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. En 1937, l’artiste Henri Charlier réalise la fresque au-dessus du tombeau. Celle-ci dépeint les instruments de la passion et de la dévotion centrale dans la vie de foi du fondateur de l’Oratoire et lui rend hommage par ces trois mots en latin: Pauper, Servus et Humilis (pauvre, obéissant et humble)

Ô Marie, ma douce mère et mère de mon doux Sauveur, soyez-moi propice et secourez-moi, Joseph.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *