Îles-de-la-Madeleine

Îles-de-la-Madeleine

L’archipel des Îles-de-la-Madeleine, situé à 215 km des côtes de la Gaspésie et à environ 100 kilomètres de l’île du Prince-Édouard, s’étend sur une soixantaine de kilomètres dans le golfe du Saint-Laurent.

Une seule route, la 199, longue de 90 km, relie les six îles principales de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine, qui se nomment :

Un certain nombre d’îlots inhabités complètent l’archipel.

Vues du ciel, les îles de la Madeleine semblent s’accrocher les unes aux autres, reliées par de minces dunes de sable formant un long collier de falaises rouges et de plages blanches qui s’étendent sur 300 km et qui comptent parmi les plus belles d’Amérique du Nord. Ici, le vent souffle en permanence. L’été est plus frais que sur le continent, mais l’hiver est plus doux.

On y trouve des ports de pêche et de plaisance, des fumoirs à poissons, des maisons colorées et des «baraques», ces petits abris pour le foin formés de quatre poteaux et d’un simple toit.

Environ 95% des treize mille habitants sont francophones, pour la plupart d’origine acadienne. Les Anglophones sont les descendants d’Irlandais et d’Écossais qui habitent principalement sur l’île d’Entrée et sur la Grosse-île.

La vie des Madelinots est étroitement associée à la pêche au homard et au crabe, mais le tourisme commence à apporter des profits considérables à la région.

Aujourd’hui, les îles accueillent près de 50 000 visiteurs par an.

Les îles du Cap–aux-Meules et du Havre-Aubert représentent les destinations les plus populaires, mais la Grosse-île, l’île de la Grande-Entrée et l’île de l’Entrée sont également visitées par de nombreux touristes.

cormoran

Cormorans aux aguets. Îles-de-la-Madeleine. Tous droits réservés © Rosaire Lemay.

Golfe

Un golfe est un très vaste rentrant du littoral. Vu ses dimensions considérables, la baie des Chaleurs, entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, est plutôt un golfe.

D’une superficie de 250 000 kilomètres carrés, le golfe du Saint-Laurent est immense. Il est délimité au nord par la Côte-Nord et le Labrador, à l’est par Terre-Neuve et l’Atlantique, au sud par la Nouvelle-Écosse, et à l’ouest par la Gaspésie et le Nouveau-Brunswick. S’y jette la plus grand estuaire du monde, celui du Saint-Laurent. Il reçoit en moyenne 10 000 mètres cubes d’eau douce à la seconde, qui se mêlent aux eaux salées de l’océan.

La municipalité régionale de comté Le Golfe-du-Saint-Laurent s’étend de la rivière Natashquan jusqu’à Blanc-Sablon, à la frontière du Labrador. Sa superficie est de 63 000 kilomètres carrés et son littoral fait 375 kilomètres. Ses 4500 habitants ne disposent d’aucun lien routier continue et dovient être desservis par bateau ou par avion. La toponymie de certains villages et hameaux vaut d’être relevée : Bonne-Espérance, Harrington Harbor, Kegaska, La Romaine, La Tabatière, Mutton Bay, Tête-à-la-Baleine, Vieux-Fort.

Le paléogolfe de Laflamme est apparu lors de la dernière déglaciation, voici 9500 ans, quand le front du glacier a reculé vers le nord. Il constituait un grand bras de la mer de Champlain qui a recouvert la vallée du Saguenay et le bassin du lac Saint-Jean.

Voir aussi nos billets sur les îles :

3 Comments

  1. Gil Thériault

    2011/04/19 at 9:44

    50 000 visiteurs pas an, pas 5 000…

  2. Edwina Leblanc

    2011/11/30 at 4:16

    Rien sur Fatima….

  3. admin

    2011/11/30 at 8:03

    Merci, on en parlera sur Fatima dans les délais les plus brefs (disons, une semaine…)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *