Histoire du Québec

Voie maritime du St-Laurent

Voie maritime du St-Laurent

La voie maritime est ouverte

La voie maritime du Saint-Laurent, l’une des plus grandes artères maritimes du monde, est ouverte à la circulation depuis samedi matin (25 avril 1959). Dans les premières 24 heures qui ont suivi son inauguration, pas moins de 26 navires, 5 vers l’est et 21 vers l’ouest, ont franchi les sept écluses qui séparent les Grand Lacs de la mer.

Le Simcoe, premier navire à s’engager dans la voie à la suite des brise-glaces Montcalm et D’Iberville, a mis 20 heures à parcourir les 121 milles que compte la nouvelle voie d’eau. Le vieux canalier se rendait allégé à Kingston, Ontario, pour y prendre une cargaison de céréales.

Venant de l’Ouest vers Montréal, le canalier Humberdoc a apporté une cargaison semblable d‘Iroquois, Ontario, à Montréal en 16 heures seulement, soit deux fois plus rapidement que s’il avait emprunté l’ancien canal.

Lorsque le brise-glace D’Iberville a inauguré la voie maritime samedi, avec à son bord le ministre des transports du Canada, l’honorable George Hees, et de nombreux dignitaires, près d’une centaine de canaliers et d’océaniques ont levé l’ancre à leur tour pour emprunter les écluses. Tous les navires étaient pavoisés.

Le premier ministre du Canada n’a pas assisté à l’inauguration. Retenu à son bureau, où il a préparé le programme parlementaire de la semaine prochaine, il a préféré décliner l’invitation que lui avait été faite.

Une foule nombreuse, estimée à plusieurs milliers, s’était rendue à bonne heure tout le long de la digue qui se prolonge du pont Jacques-Cartier au pont Victoria. Les préposés aux écluses n’ont eu aucun incident à signaler. Longue de plus de 700 pieds, celle de Saint-Lambert peut accommoder deux navires à la fois. On prévoit que 25 millions de tonnes de marchandises passeront par le nouveau canal. Ce chiffre sera double en 1965, prévoit-on.

Le péage exigé aux navires dans la nouvelle voie est de six cents du tonneau du navire, plus 95 cents la tonne de cargaison général et 42 cents la tonne de cargaison brute. Ce péage autorise aussi la circulation dans le canal Welland, aménagé il a 27 ans afin de permettre aux navires de contourner les chutes Niagara entre les lacs Ontario et Erie. Des tarifs fragmentaires seront perçus pour des voyages partiaux.

Le nouveau canal peut accommoder des navires de 730 pieds de longueur. Pour l’instant, le tirant d’eau est limité à 22 pieds 6 pouces, mais une fois terminés les travaux de dragage, le tirant d’eau sera porté à 25 pieds 6 pouces. Les écluses ont 27 pieds de profondeur

(C’est arrivé le 25 avril 1959).

Musée de St.Catharines à l’Écluse #3

Le Musée de St. Catharines à l’Écluse n° 3 (St. Catharine’s Museum at Lock 3) retrace l’histoire des quatre canaux Welland, qui se sont succédé depuis 1829. Ce musée témoigne du développement industriel, social et culturel de la ville de St. Catharines et de la région du Niagara, et principalement de ces canaux qui relient depuis près de deux siècles le lac Ontario au lac Érié. L’actuel canal Welland fut construit en 1932.

Le musée a ouvert ses portes en 1967, année du Centenaire du Canada. C’est à partir de 1991 que le musée s’installe sur le site de l’Écluse n° 3.

Une vidéo raconte l’histoire des canaux, des origines à nos jours.

L’exposition North Star est consacrée à un chapitre spécial de l’histoire de St. Catharines, soit le rôle joué dans la région par le Chemin de Fer clandestin, trajet suivi par des milliers d’esclaves en provenance du sud des États-Unis, qui venaient se réfugier au Canada.

L’Ontario Lacrosse Hall of Fame témoigne du développement de la crosse, le plus ancien sport canadien, dont St. Catharines est le centre indiscutable.

Une plateforme aménagée sur le site de l’écluse permet d’observer les bateaux qui y viennent de tous les coins de la planète.

Remarquez que les visites au Musée de St. Catharines sont proposées en anglais et en français. Des brochures, des vidéos et différentes publications sur l’histoire du canal Welland sont également disponibles en français.

ecluse

Une vieille écluse du canal Lachine. Photo : © GrandQuebec.com.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *