Histoire du Québec

Toponyme de Pontchartrain

Toponyme de Pontchartrain

Toponyme de Pontchartrain, son utilisation au Québec

Dans L’actuel département des Yvelines, en Île-de-France, à quelques kilomètres au nord-ouest de Maurepas, à environ 20 km à l’ouest de Versailles et à quelque 45 km au sud-ouest de Paris, se trouve la commune de Jouars-Pontchartrain, arrondissement de Rambouillet; la localité de Pontchartrain, sise sur le ru d’Élancourt, tient son nom de sa position à la limite des territoires de deux peuples gaulois, les Carnutes et les Parisii. On peut y découvrir notamment le château de Pontchartrain. Cet édifice fut réalisé par l’architecte Mansart au cours du XVIIe siècle.

L’un de ses propriétaires s’appelait Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain. Né à Paris en 1643, cet habile membre de la noblesse de robe fut successivement conseiller au parlement de Bretagne (1677), puis intendant des Finances (1687), avant de devenir, grâce à Louvois, contrôleur général des Finances (1689-1699). Suite à la mort du marquis de Seignelay, Louis XIV nomma Phélypeaux de Pontchartrain secrétaire d’État à la Maison du roi et à la Marine (1690-1699). De cette dernière fonction relevait la politique et l’administration générale de la France face à ses colonies. Il eut donc un rôle considérable à jouer dans l’histoire de la Nouvelle-France. Depuis 1689, son parent, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, occupait pour la deuxième fois le poste de gouverneur général de la colonie.

Cela n’empêcha toutefois pas Pontchartrain de le blâmer, vers 1694, pour sa conduite hostile à l’égard du Conseil souverain, composé de gens de l’élite et habilité à rendre la justice au Canada. Le ministre soutient également les lois sociales que fit promulguer Jean Bochart de Champigny, intendant de la Nouvelle-France entre 1686 et 1702, ainsi que le projet d’Antoine Laumet dit le Lamothe Cadillac, consistant à faire du poste de traite de Détroit une véritable colonie de peuplement (1698).

Après avoir été chancelier de France (1699-1714), Pontchartrain se retira, et rendit l’âme en 1727, dans son château de Pontchartrain.

Au Québec, le nom de Pontchartrain désigne un canton de la Basse-Côte-Nord, proclamé en 1907, de même qu’une rue de la ville de Québec et, depuis le 15 février 1961, une importante entité topographique du Nord-du-Québec, située au-delà du 62e parallèle. Voisin occidental du promontoire Maurepas, le promontoire Pontchartrain, s’étendant sur 15 km de côte le long du détroit d’Hudson, entre les baies Ulujjuvik, à l’ouest, et Nanuttuvik, à l’est, constitue un cap imposant par ses dimensions, mais aussi par son abrupt puisqu’il s’élève jusqu’à 460 m d’altitude. Ces deux gigantesques masses rocheuses ont été dénommées simultanément pour rappeler deux membres de la même famille Phélypeaux. En France, les communes de Jouars-Pontchartrain et de Maurepas sont distantes de quelques kilomètres seulement.

Canton de Pontchartrain

Sur la basse Côte-Nord du golfe du Saint-Laurent du golfe du Saint-Laurent, à 40 kilomètres à l’ouest de la baie de Brador, se trouve le canton de Pontchartrain, proclamé en 1907.. De forme irrégulière, il s’étend de la baie des Esquimaux au nord-est, jusqu’à la baie des Homards, au sud-ouest. On y rencontre les villages de Rivière-Saint-Paul et de Vieux-Fort ainsi que le lac du Vieux Fort, le plan d’eau le plus important. Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727), né à Paris, a été contrôleur général des Finances (1689-1699), secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies dont relevait l’administration de la Nouvelle-France, puis chancelier de France (1699-1714). C’est aussi pour rappeler ce personnage que furent dénommés le canton de Phélypeaux, situé à proximité, le lac Pontchartrain, en Louisiane, de même que le fort Pontchartrain, qui allait devenir Detroit.

Cerises en fleurs

Cerises en fleurs. Photographie par Grandquebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *