Histoire de Montréal

Protection contre la diphtérie

Protection contre la diphtérie

Protégez-les contre la diphtérie

Par le Dr Adrien Plouffe, collaboration spéciale au journal Le Canada, le 20 février 1941. Le bulletin de la bonne santé

Ce n’est par la première fois, chère madame, qui vous entendez parler de l’immunisation contre la diphtérie et si les médecins hygiénistes reviennent à la charge, c’est qu’un grand nombre d’enfants ne sont pas encore protégés contre la diphtérie. Ce sont précisément ceux que cette maladie menace le plus qui n’ont pas encore été immunisés. Nous avons dit et redit que c’est durant les premières années de la vie que la diphtérie recrute ses petites victimes. Voilà pourquoi nous demandons que tous les bébés soient immunisés le plutôt possible après l’âge de six mois. De cette façon, si nos instructions étaient suivies à la lettre, il n’y aurait pratiquement plus de cas de diphtérie à Montréal.

Les chiffres ont une éloquence indéniable et qui est de nature, dans le domaine de l’hygiène publique, à susciter des méditations salutaires.

En 1939, par exemple, à Montréal, chez les enfants de cinq à quatorze ans, âge scolaire – le nombre des décès attribuable à la tuberculose a été de 31 et le nombre de décès causés par la diphtérie a été de 12, c’est-à-dire que pour les malades contagieuses, c’est la diphtérie qui cause le plus de décès, après la tuberculose, chez les enfants d’âge scolaire. Chez ces derniers le taux de la mortalité par diphtérie tend à augmenter, ce qui est une preuve évidente que les enfants n’ont pas été immunisés quand ils étaient bébés, comme ils auraient dû l’être : le plus tôt possible après l’âge de six mois.

Le Dr. Adélard Groulx, directeur du Service de Santé, ne perd jamais l’occasion quand il parle à la population, d’insister sur ce point: l’importance de l’immunisation de tous les bébés vers l’âge de neuf mois. Si le docyteur Groulx recommande cette précaution, c’est qu’il connaît les effets de l’immunisation massive de tous les enfants dès le plus bas âge. On peut immuniser les enfants dès qu’ils ont six mois, mais en principe, tout bébé de neuf mois devrait être protégé contre la diphtérie. Si toutes les mamans avaient suivi les recommandations du Service de Santé, il n’y aurait pas eu, en 1939, un seul cas de diphtérie à Montréal et nous n’aurions pas eu à déplorer pour cette année-là, la mort de treize enfants !

S’il s’agissait d’une intervention compliquée, on pourrait comprendre à la rigueur l’obstination de certaines mamans, mais l’immunisation par l’anatoxine de Ramon consiste en trois petites piqûres inoffensives et qui ne causent jamais de réactions graves. Combien de fois devrons-nous répéter et répéter la même chanson pour que toutes les mamans comprennent l’intérêt qu’elles ont de protéger la vie de leurs enfants.

Vous avez des enfants, madame, qui peuvent avoir la diphtérie et qui peuvent en mourir. Pourquoi prendre ce risque terrible quand vous avez à votre portée le moyen efficace de prévenir ce malheur inévitable ?

Vous pouvez assurer votre enfant contre la diphtérie, ne négligez donc pas, madame, la précaution élémentaire que le mettra à l’abri d’une grave menace.

Par Dr. Adrien Plouffe, texte publié le 20 février 1941 dans le quotidien Le Canada.

Nous avions depuis longtemps cessé de nous écrire, mon père et moi. Hélas ! nous n'avions rien à nous dire. Il ne croyait pas à mon avenir d'écrivain et je croyais moins encore, s'il eût été possible, à la compétence de son diagnostic. Mépris pour mépris. Enfer et silence des deux côtés. (Léon Bloy Le Désespéré (1886). Photographie : Insideous. Wellness Group. IceFest, Toronto, un décembre. Photo par Megan Jorgensen.
Nous avions depuis longtemps cessé de nous écrire, mon père et moi. Hélas ! nous n’avions rien à nous dire. Il ne croyait pas à mon avenir d’écrivain et je croyais moins encore, s’il eût été possible, à la compétence de son diagnostic. Mépris pour mépris. Enfer et silence des deux côtés. (Léon Bloy Le Désespéré (1886). Photographie : Insideous. Wellness Group. IceFest, Toronto, un décembre. Photo par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *