Histoire du Québec

Immigration au Québec

Immigration au Québec

Immigration au Québec en photographies

Dès le XIXe siècle, le Québec connaît plusieurs vagues migratoires, principalement d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande. Les loyalistes, colons américains fidèles à l’Angleterre, figurent parmi les premiers immigrants; ils ont quitté les treize colonies de l’Atlantique avant l’indépendance américaine.

Au tournant du XXe siècle, les immigrants proviennent essentiellement d’Europe. Le recensement de 1911 dénombre, outre les Irlandais, environ 8 000 personnes originaires d’Allemagne.

Dans les premières décennies du XXe siècle, la métropole montréalaise accueille de nombreuses communautés, dont les Français, les Britanniques, les Écossais, les Irlandais, les Italiens, les Juifs, les Polonais, les Portugais et les Ukrainiens. Il faut toutefois préciser qu’à l’époque, l’immigration était entièrement sous la juridiction du gouvernement fédéral.

Dans les années 1960, le Québec revendique le droit fédéral de participer à la sélection des immigrants sur son territoire : en 1965 est créé le service d’immigration du Québec puis en 1968 le ministère québécois de l’immigration.

En 1971, les fonctionnaires québécois obtiennent le droit de s’installer dans les ambassades étrangères et à partir de 1978 le Québec peut choisir ses immigrants selon des critères propres à un système de points d’appréciation établi par son ministère. Depuis la fin des années 1980, on note l’arrivée de personnes d’origine algérienne, marocaine, indo-pakistanaise et haïtienne, bien que la provenance des immigrants soit très diverse.

Aujourd’hui, les autorités québécoises espèrent que l’immigration massive pourra résoudre les problèmes de main d’œuvre liée associés au déclin démographique et au vieillissement de la population. Cet impact appréhendé de l’immigration est cependant mis en doute par de nombreux chercheurs et spécialistes1.

L’une des difficultés reconnues de la politique d’immigration est que la très grande majorité des immigrants s’installe dans les quartiers de Montréal et que peu de non-Montréalais ont un contact régulier avec les communautés culturelles. Il est estimé que pas plus d’environ 40 % des immigrants ont une connaissance de base de la langue française.

Pour compléter la lecture :

Voici quelques photos qui ont éternisé pour les générations à venir des dizaines d’immigrants en provenance de plusieurs pays européens à leur arrivée à Québec. On croit qu’il s’agit de photographies commandées par le ministère de l’Intérieur du Canada.

Ces photographies ont été prises par William James Topley en octobre 1911. Elles se conservent dans la Bibliothèque et Archives Canada, et toutes ces images font partie du domaine public.

immigrants autrichiens

Immigrants autrichiens.

immigrants de hambourg

Immigrants venant de Hambourg, Allemagne

immigrantes ecossaises

Un groupe de femmes immigrantes en provenance de l’Écosse.

immigrants polonais

Deux immigrants polonais.

domestiques

Immigrantes pour le service domestique.

famille yanaluk

La famille Yanaluk.

trois allemands

Trois immigrants allemands.

immigrants polonais

Immigrants polonais en route vers leur nouvelle maison.

juifs

Immigrants juifs qui viennent de la Russie.

immigrants hollandais

Famille d’immigrants hollandais

sandles

Chadwick Sandles, immigrant anglais voyageant seul par l’association Home Children.

nouveaux arrivants

Un groupe de nouveaux arrivants de différents pays.

galiciens

Un groupe de Galiciens (Ukraine occidentale).

pere et deux filles

Père avec deux filles qui viennent de la Galicie.

immigrants allemands et finnois

Immigrants allemands et finnois.

finnois

Deux nouveaux arrivants finnois.

immigrants russes

Immigrants russes.

immigrants norvegiens

Immigrants norvégiens.

immigrants écossais

Immigrants écossais.

gaston et anglais

J. Gaston et un groupe de nouveaux arrivants anglais.

ecosses au bord du train

Un groupe d’immigrants écossais au bord du train.

abri des immigrants

Salle principale des abris d’immigrants aménagée par le gouvernement.

immigrants hollandais

Immigrants hollandais débarquant à Québec en 1947 (cette photo est d’auteur inconnu).

immigrants déportés en 1912

Immigrants qui seront déportés en 1912.

Musée canadien de l’immigration du Quai 21

«Un million d’immigrants ont pris pied au Canada au Quai 21 et un Canadien sur cinq peut retracer des liens avec cet endroit, a ajouté le ministre Moore. L’immigration a joué un rôle clé dans l’édification du Canada en tant que nation.

Compte tenu de son importance dans l’histoire de l’immigration au Canada, le Quai 21 est un endroit de choix pour établir un musée qui abordera le passé, le présent et l’avenir de l’immigration au Canada.» (source : La loi visant à constituer le Musée canadien de l’immigration au Quai 21 reçoit la sanction royale, communiqué du 5 juillet, Patrimoine canadien)

Nul doute que ce musée qu’on appelle parfois le Ellis Island canadien, attirera les passionnés d’histoire et de généalogie. Le musée du Quai 21 (Pier 21) est devenu, en juin 2010, le musée de l’immigration du Canada.

En effet, le Parlement du Canada en a fait en juin dernier le sixième musée national du Canada, le Musée canadien de l’immigration du Quai 21. Il s’agit du deuxième musée national à être établi hors de la région de la capitale nationale (l’autre étant le MCDP à Winnipeg).

Le nouveau musée va occuper le même site que celui du Musée du Quai 21. Son mandat est de raconter l’histoire de l’immigration au Canada. En s’inspirant de l’histoire du Quai 21, le nouveau musée proposera à tous les Canadiens une exploration de leur passé d’immigrant ou de celui de leurs ancêtres.

L’actuel musée Pier 21

Grâce à des montages multimédias, des projections et reconstitutions, des documents d’époque et des témoignages, le musée Pier 21 fait revivre la mémoire des premiers émigrants.

Une grande maquette des infrastructures du port montre les salles successives où les immigrants devaient passer et attendre pour traverser la douane, répondre à une entrevue, recevoir leur visa, ou encore demeurer jusqu’à ce qu’ils soient expulsés.

Des wagons renferment un écran diffusant le témoignage d’immigrants venus de l’Est, de l’Afrique, de l’Asie et d’Europe pour s’installer au Canada. Un wagon est disponible pour tout visiteur qui souhaite enregistrer son témoignage.

Des maquettes de bateaux, des photographies d’époque prises sur les bateaux ou sur le quai, des lettres écrites par les arrivants ou par le personnel travaillant au port, des objets, et des cages reconstituées contenant les bagages des arrivants complètent l’exposition.

Le musée accueille également les visiteurs souhaitant faire des recherches sur la période d’immigration en Nouvelle-Écosse de 1928 à 1972. Un centre d’archives offre une collection importante d’outils portant sur l’immigration, l’histoire nautique, les groupes ethniques, la généalogie et la Seconde Guerre Mondiale.

Le futur musée de l’immigration du Quai 21

Le gouvernement du Canada achève actuellement la réalisation du projet du nouveau musée. D’ici-là, le Musée du Quai 21 demeure ouvert. Grâce à l’élargissement de son mandat, à l’agrandissement des salles d’exposition et à la présentation d’expositions plus complètes, le nouveau Musée canadien de l’immigration au Quai 21 fera connaître les expériences vécues par tous les immigrants venus au Canada quel que soit le lieu ou le moment de leur arrivée au pays.

Le Musée mettra en lumière les expériences vécues par les immigrants à leur arrivée au Canada, le rôle vital de l’immigration dans l’édification du Canada ainsi que les contributions des immigrants à la culture, à l’économie et au mode de vie. Le musée vous invite à contribuer à ses collections (Do you have an immigration story to share?)

La télévision du réseau anglais de Radio-Canada avait demandé aux Canadiens en 2007 quelles étaient, selon eux, les sept merveilles du Canada. Pier 21 a été désigné comme étant l’une d’entre elles.

  • Les chutes du Niagara, en Ontario
  • Le canot, partout au Canada.
  • L’igloo, dans le Nord.
  • Le ciel des Prairies au Manitoba, au Saskatchewan et en Alberta.
  • Le quai 21, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.
  • La vieille cité de Québec, au Québec.
  • Les Rocheuses canadiennes, en Alberta et en Colombie-Britannique.

Brève histoire des grandes vagues d’immigration au Quai 21

Entre 1928 et 1971, le port d’Halifax a accueilli un million d’immigrants en quête d’un nouveau pays. Le Quai 21 (Pier 21), a été leur premier contact avec la terre promise. Le port d’Halifax a gardé la trace de leur passage.

Le Quai 21 a aussi été le quai d’embarquement pour la France de 494 874 soldats pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ce quai a également accueilli le retour de nombre de ces soldats et de 48 000 épouses de guerre et leurs 22 000 enfants.

Durant la Deuxième guerre mondiale, la Quai 21 a reçu 3000 enfants évacués de Grande-Bretagne dans le cadre du CORB (Children’s Overseas Reception Board). L’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du sud et les États-Unis participèrent également à cet accueil.

En 1946, il devient évident qu’on manque de bras dans les industries du secteur primaire : fermes, foresterie et mines. Ces postes étaient assurés pendant la guerre par les objecteurs de conscience et les prisonniers de guerre.

Dans la fin des années 1940 et au début des années 1950, outre 100000 réfugiés arrivés avec l’aide de International Refugee Organization arrivent aussi illégalement des centaines de réfugiés des pays baltes. Fuyant l’oppression soviétique, des Lettons, des Lithuaniens et des Estoniens arrivent au Quai 21.

Au début des années 1950, des Hollandais commencent à immigrer, cherchant des fermes à exploiter. Les Pays-Bas doivent restreindre la quantité d’argent autorisée à quitter le pays tant les demandes sont nombreuses. Les Hollandais sont le 5e plus large groupe ethnique à entrer au Canada entre 1928 et 1971, après les Britanniques, les Américains, les Italiens et les allemands. La vague suivante arrive en Décembre 1956 suite à la révolution hongroise, environ 35000 personnes immigrent par le Quai 21.

Vers la fin des 1950 et les 1960, de plus en plus d’immigrants arrivent en avion. Le 8 mars 1971, Pier 21 est fermé. Le Quai 21 reprend vie en 1999 lorsqu’il est transformé, au bout d’une dizaine d’années, en musée de l’immigration.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *