Histoire du Québec

Festubert : Toponyme et son utilisation

Festubert : Toponyme et son utilisation

Festubert, origine du nom, utilisation au Québec

Festubert, petite commune du Pas-de-Calais, dans le nord de la France, située sur le canal d’Aire, à une trentaine de kilomètres d’Arras, a terriblement souffert de la Première Guerre mondiale. Le village, qui comptait 1350 habitants à cette époque mais qui, aujourd’hui, a perdu la moitié de sa population, fut presque complètement détruit.

Les troupes canadiennes ont participé à l’offensive britannique qui a permi, le 23 mai 1915, de reconquérir le village de Festubert occupé par les Allemands. Cette bataille coûta la vie à 7 000 soldats alliés dont plusieurs Québécois. Trois ans plus tard, le 12 juillet 1918, les britanniques remportaient une autre victoire sur le même champ de bataille. L’opération militaire de 1915 amena les autorités toponymiques québécoises, en 1916, à attribuer le nom de Festubert à un nouveau canton établi à côté de ceux de Lens, Vimy, Cambrai et Denain, autres noms de lieux français qui rappellent des épisodes marquants de la Grande Guerre. Le canton de Festubert se trouve à mi-chemin entre la réserve faunique La Verendrye et le réservoir Gouin, à l’extrémité est de l’Abitibi. Il est au cœur d’un vaste territoire de forêts, de lacs et de montagnes ; la ZEC Festubert, une zone d’exploitation contrôlée destinée à la gestion équilibrée des ressources fauniques. Au centre du canton et de la ZEC, se trouve le lac Festubert, qui se déverse par la rivière du même nom vers la rivière des Outaouais, plus au sud, laquelle trouve sa source dans le même secteur.

Une autre rivière qui prend également naissance dans le canton a emprunté son nom à la ville française de Béthune, chef-lieu d’arrondissement (environ 25 000 habitants) situé à moins de 10 km de la commune de Festubert. Sur le plan odonymique, ont trouve un chemin de Festuber dans la ville de La Tuque, en Mauricie.

Canton de Festubert

Des lacs nombreux et uniformément répartis parsèment ce canton inhabité et proclamé en 1965, dont le relief de collines se développe entre 426 et 5ee m d’altitude, à 70 km à l’est de Val-d’Or. Parmi eux se distinguent le lac Shannon et le lac Chaudillon qui alimentent la rivière Camachigama, affluent méridional et lointain du réservoir Cabonga. Au nord-ouest, le lac Obacata constitue l’une des sources de la rivière Capitachouane qui se déverse également dans le réservoir Cabonga.

Le nom de cette unité territoriale a été attribué en 1916 en souvenir de la participation des troupes canadiennes-françaises à la campagne britannique de mai 1915 dans les environs du village franâis de Festubert. L’opération coûta environ 7000 hommes aux Alliés qui y remportèrent une nouvelle victoire contre les Allemands le 12 juillet 1918. Le village normand de Festuber est situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Dunkerque et à égale distance de Courcelette, au sud. En Abitibi, cette appellation ressortit à une région où sont honorés des héros et où l’on relève des noms de lieux français reliés à la Première Guerre mondiale.

Bibliographie :

  • Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996.
  • La France et le Québec. Des noms de lieux en partage. Commission de toponymie du Québec, les Publications du Québec, l’Association française pour l’information géographique, 1999).
Oratoire St-Joseph

Oratoire de Saint-Joseph. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *