Histoire du Québec

Événements politiques au Québec entre 1778 et 1840.

Événements politiques au Québec entre 1778 et 1840.

Les événements politiques dans la province de Québec dès 1778 jusqu’à 1840

Histoire du Canada pour les nuls

En 1778 le général Carleton demanda son rappel et fut remplacé dans le gouvernement du Canada par le général Haldimand. Celui-ci fit faire le recensement des habitants de la province de Québec en 1784 ; il se trouva qu’il se montait à 113,012 âmes. L’année suivante, il fut porté plusieurs plaintes contre son administration, et par suite il fut rappelé en Angleterre. Henry Hamilton le remplaça en qualité du lieutenant-gouverneur.

D. En quelle année fut établie la bibliothèque publique de Québec ?

R. Ce fut en l’année 1785, au moyen d’une souscription. La même année, il survint une obscurité si profonde dans le Canada, qu’on fut obligé d’allumer des chandelles dès les deux heures après midi.

Ce fut pendant l’administration du gouverneur Hamilton que l’Habeas Corpus fut introduit dans le pays (l’Habeas Corpus est une loi qui donne à un prisonnier le droit de se faire élargir en donnant caution.)

D. Par qui le général Hamilton fut-il remplacé ?

R. Par le colonel Hope, qui prit le commandement de la province, qu’il garda peu de temps. Lord Dorchester (ci-devant Guy Carleton, ayant été nommé, en juin 1785, gouverneur-général des provinces de l’Amérique restées à l’Angleterre, reçut les compliments bien mérités des anciens et nouveau: sujets de la province sur sa venue. Pendant son administration, il assembla le conseil législatif et forma plusieurs comités, qu’il chargea de s’enquérir les uns sur les lois, les autres sur le commerce, la police et l’éducation.

D. Qu’arriva-t-il en l’année 1791 ?

R. Alured Clark, administrateur et traiteur de la province en l’absence de Lord Dorchester, émana une proclamation par laquelle il annonçait que l’acte constitutionnel du Canada allait être mis en force le 20 décembre suivant.

Le 7 mai 1702, il en fit sortir une autre qui non seulement divisait la province en Haut et Bas-Canada, mais encore qui formait les districts, comptés, villes et townships du Bas-Canada, et fixait le nombre de représentants que chacun élirait pour le représenter dans le parlement provincial, qui se tiendrait le 10 juillet de la même année.

Dans cette première assemblée, il fut nommé huit membres au conseil exécutif et quatorze au législatif. Les années 1793, 94, 95 et 96 furent employées à tenir lés quatre sessions du premier parlement provincial, après lesquelles Lord Dorchester fut remplacé par Robert Prescott en qualité de lieutenant-gouverneur, le 12 juillet 1796.

D. Qu’arriva-t-il pendant l’administration de Robert Prescott?

R. Il fut fait un traité d’amitié, de commerce et de navigation entre Sa Majesté Britannique et les États-Unis, concernant la province du Canada.

Ce traité ouvrit un vaste champ à l’industrie des habitants des deux pays. Robert Prescott fut remplacé, en juillet 1799, par Robert Shore Milnes, en qualité de lieutenant-gouverneur. Il ne se passa aucun événement extraordinaire dans la province pendant son administration, qui dura jusqu’au mois d’août 1805; l’honorable Thomas Dunn lui succéda comme étant le plus ancien membre du conseil exécutif.

D. Que firent les Canadiens ayant appris la victoire de Trafalgar. le 2 janvier 1806 ?

R. Il donnèrent des marques de l’intérêt qu’ils y prenaient par des illuminations et des chansons patriotiques.

Le 21 octobre 1807, le général Craig débarqua à Québec, accompagné d’une nombreuse suite, avec la qualité de gouverneur en chef des provinces du Haut et du Bas-Canada. Le 24, il émana une proclamation pour continuer dans leurs offices respectifs tous les fonctionnaires.

Il tint les rênes du gouvernement jusqu’au 19 juin 1811, qu’il laissa l’administration du Canada à Charles Dunn, le plus ancien membre du conseil exécutif, et celui-ci fut remplacé, le 19 septembre de la même année, par le général Sir Georges Prévost.

D. Dans quelle situation d’esprit le gouverneur Prevost trouva-t-il les habitants du Canada ?

R. Il trouva le Canada partagé en deux factions dans l’intérieur, et menacé au dehors par les États-Unis.

Il réussit à concilier les esprits par sa modération, son affabilité et sa prudence; les quatre années de son gouvernement furent employées à repousser l’invasion des Américains.

D. Que fit le gouverneur Prévost après la déclaration de guerre des Américains ?

R. Sentant que toute sa force était dans les Canadiens, il les accueillit bien et il les affectionna de manière qu’il en obtint tout ce qu’il voulut, hommes et argent et, par ses manières affables et ses louanges, il en fit des héros qui sauvèrent le pays.

Il leva un corps de troupes dans l a province, qu’il mit sous le commandement du major de Salaberry. Le 17 juillet 1812, les hostilités commencèrent entre les deux puissances ; les troupes anglaises prirent d’abord le fort de Michilimakinac sur les Américains, et, le 25, elles s’emparèrent du Détroit, et firent 2500 prisonniers ; ensuite les armées anglaise et américaine s’étant rencontrées dans le Haut-Canada, il s’en suivit une action oh le major général Brock perdit l a vie, et il fut fait 900 prisonniers sur les Américains.

D. Comment se passa la campagne de 1813 ?

R. Le 22 février, les troupes anglaises s’emparèrent d’Ogdensbourg, firent prisonnière la garnison, et prirent une grande quantité d’artillerie et de provisions de bouche.

Le 5 mai, il y eut un combat à la rivière des Miamis, où l’ennemi fut entièrement défait et où il perdit 1,300 hommes. Bans le courant d’août, les Américains perdirent quatre vaisseaux sur le lac Ontario, et, dans le mois d’octobre suivant, ils furent entièrement défaits sur le lac Erie.

D. Que fit le colonel de Salaberry, avec 300 Canadiens, à Chateauguay ?

R. Il remporta un brillant succès sur l’armée américaine commandée par le général Hampton.

Il repoussa la première colonne de l’ennemi avec une poignée do voltigeurs, quoiqu’elle revînt plusieurs fois à la charge. Cet exploit termina glorieusement la campagne de 1813.

D. Les Américains réussirent-ils mieux l’année suivante ?

R. Ils furent repoussés sur tous les points où ils se montrèrent, par l’intrépidité des troupes et des milices.

Le traité de paix et d’amitié qui eut lieu an commencement de l’année 1815, rétablit la tranquillité dans le pays. Sans le courant du mois de mars, il fut résolu de donner un service d’argent à Son Excellence Sir Gr. Prévost, de 5,000 livres sterling, comme témoignage de la haute idée que la chambre avait des talents et de la sagesse de sa bonne administration.

D. Par qui fut-il remplacé dans le gouvernement général du Canada ?

R. Par Sir Gordon Drummond, en qualité d’administrateur.

Ce qu’il y eut de particulier durant son administration, ce fut la dissolution du parlement provincial à cause des résolutions que la Chambre d’assemblée s’était avisée de prendre, à l’occasion des charges qu’elle avait portées contre les juges en chef de la province, et dont ils étaient déchargés. Le major général Wilson lui succéda le 21 mai 1816, dans l’administration de la province du Canada.

D. Par qui celui-ci fut-il remplacé le 12 juillet suivant ?

R. Par Sir John Cope Sherbrooke, avec la qualité de gouverneur en chef.

Dans la 2e session du 9e parlement, la chambre fut chargée de la liste civile pour l’année 1818. À l’occasion de cette liste, il s’éleva des débats et des prétentions qui excitèrent de la mauvaise humeur dans les différentes branches d u gouvernement, et détruisirent l’harmonie qui avait existé jusqu’alors.

D. Quanti le duc de Richmond fut-il nommé gouverneur en chef de l’Amérique Britannique ?

R. Ce fut le 29 juillet I818 qu’il arriva à Québec.

Il ne gouverna le pays que jusqu’au 1er septembre 1819, qu’on apprit la nouvelle de sa mort, dans le Haut-Canada. Il fut remplacé par l’honorable James Monk, juge-en-chef du district de Montréal, comme étant le plus ancien conseiller exécutif. L’année suivante (mars 1820) Sir Peregrine Maitland, major-général, fut nommé président et administrateur du gouvernement de la province du Bas-Canada.

Le 27 du même mois, on apprit à Québec la mort du roi Georges III.

D. En quelle année le comte de Dalhousie arriva-t-il à Québec, avec la qualité de gouverneur en chef?

R. Le 18 juin 1820.

Pendant son administration, il fut passé- un bill favorable à l’éducation de la jeunesse canadienne, en 1824. Le 7 juin de la même année, il passa en Angleterre et, pendant son absence, la province fut administrée par Sir Francis Burton jusqu’au 23 septembre 1825, que le comte Dalhousie revint prendre les rênes du gouvernement. La même année, il fut fait un recensement général de la population du Bas-Canada : elle s’éleva à 423,373 âmes.

D. Pourquoi le comte de Dalhousie fut-il rappelé en Angleterre ?

R. Ce fut pour être promu au poste de commandant des forces britanniques dans les Indes.

Le 8 septembre 1828, Sir James Kempt le remplaça comme administrateur de la province; ce dernier fut remplacé par Lord Aylmer le 13 octobre 1830.

D. Qu’arriva-t-il de remarquable pendant l’année 1832?

H. Ce furent les terribles ravages que fit le choléra; il jeta la consternation parmi toutes les familles, et emporta environ 12.000 personnes.

Pendant l’année 1834, le Canada eut encore beaucoup à souffrir du choléra; quoique la terreur fût moins grande, l’on estime cependant qu’il enleva encore à peu près 8,000 personnes.

D. Par qui Lord Aylmer fut-il remplacé?

R. il fut remplacé par le comte de Gosford, le 24 août 1835.

Celui-ci gouverna la province du Bas-Canada, jusqu’au 27 février 1835, que Sir John Colborne le remplaça comme étant le plus ancien officier militaire de la colonie.

En 1837, des troubles éclatèrent dans le district de Montréal, occasionnés par le retard de l’Angleterre à redresser certains griefs dont se daignait le pays depuis quelques années. Des camps s’étaient formés, dans le sud et dans le nord de ce district, pour servir de refuge aux agitateurs qui redoutaient l’emprisonnement.

Le gouvernement, voulant battre la rébellion avant qu’elle se répandit par toute la province, résolut de s’emparer de ses chefs, qu’il croyait assemblés à Saint-Denis à Saint-Charles. Le 23 novembre au matin, un détachement de cinq cents hommes, venu de Sorel pendant la nuit s’avança contre le premier de ces villages. Les habitants, commandés par Wolfred Nelson, s’étaient retranchés dans une grande maison, d’où ils ouvrirent un feu meurtrier sur les troupes anglaises ; celles-ci furent obligées de battre en retraite, abandonnant leurs canons et leurs morts. Le 25 du même mois, Saint-Charles fut attaqué par des troupes qui excédaient de beaucoup le nombre de ses défenseurs. Les insurgés firent une résistance désespérée ; mais ils tombèrent, sans vouloir se rendre, entre les mains de leurs vainqueurs, qui les massacrèrent presque tous. Une armée conduite par le général Colborne, investit, le 13 décembre, le camp de Saint-Eustache, où commandait le brave Chénier. Après quelques heures d’un tiraillement de mousqueterie, auquel Sir Colborne répondait avec des pièces du plus gros calibre, l’église du village, où les insurgés s’étaient réfugiés, fut incendiée et cernée. Ceux-ci périrent presque tous, soit par le feu, soit par le fer. En 1838, il y eut encore une insurrection dans le district de Montréal ; mais elle fut apaisée sans peine. Le Haut-Canada avait été le théâtre de mouvements semblables.

B. Quel fut le successeur de Sir John Colborne ?

R. Ce fut Lord Durham ; il fut nommé gouverneur général des provinces britanniques dans l’Amérique du Nord, le 29 mai, 1838. Il les gouverna jusqu’au 1er novembre de la même anuée, qu’il s’embarqua à Québec peur retourner en Angleterre, laissant le gouvernement entre les mains de Sir John Colborne, d’abord comme administrateur et ensuite comme gouverneur-général, depuis le 17 janvier 1839.

D. Par qui Sir John Colborne fut-il remplacé ?

R. Par l’honorable Charles Poulet Thompson, qui fut assermenté comme gouverneur-général de toutes les provinces britanniques de l’Amérique du Nord, le 19 octobre 1839. Il fut fait lord l’année suivante, sous le nom de Sydenham.

Forêts canadiennes. Photo d’Anatoly Vorobyov.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *