Histoire du Québec

L’épidémie et l’ouverture des églises

L’épidémie et l’ouverture des églises

L’épidémie : Le Conseil demande l’ouverture des églises

L’échevin Desroches fait adopter une résolution à cet effet. – À propos des petits magasins, des salons de barbiers et des dépôts de tabac. – Un avis aux propriétaires. Sus aux profiteurs !

On a adopté la résolution suivante, à l’assemblée du conseil, jeudi :

« Proposé par l’échevin DesRoches, appuyé par l’échevin Bédard,

Que la Commission Administrative soit priée de demander au Bureau de Santé de permettre que les petits magasins restent ouverts pendant les heures ordinaires, à cause du dommage considérable que causent aux propriétaires des établissements de commerce les restrictions imposées par ledit Bureau ; et que ledit Bureau soit prié de faire, s’il le peut, une distinction entre les magasins où l’encombrement comporte certains dangers et ceux où les clients ne se trouvent jamais en foule ;

Que la Commission Administrative prie également le Bureau de Santé de permettre que les églises restent ouvertes le dimanche, au moins pendant le temps des messes basses, en donnant aux curés des différentes paroisses les les instructions nécessaires pour que toutes les mesures de précaution soient prises pour éviter la contagion ».

L’échevin Turcot a prié la Commission Administrative de bien vouloir demander au Bureau de Santé de permettre que les salons de barbiers et les magasins de tabacs restent ouverts pendant les heures ordinaires, aucun encombrement ne se produisant, à son avis, dans ces établissements.

La résolution suivante a été adoptée :

« Proposé par l’échevin Bédard, appuyé par l’échevin Dixon,

Que la Commission Administrative soit priée de bien vouloir étudier l’opportunité de donner les instructions nécessaires pour que tous les propriétaires, dont les immeubles subissent une augmentation d’évaluation, soient informés du fait par écrit, en temps utile, afin qu’ils puissent savoir à quoi s’en tenir avant de recevoir leurs comptes de taxes et se plaindre, s’il y a lieu, de telle augmentation d’évaluation. »

L’échevin Rubenstein a attiré l’attention de la Commission Administrative sur les profits exorbitants réalisés sur les vivres dans certains restaurants, et a demandé que l’attention des autorités générales soit attirée sur ce point.

L’échevin Dixon suggère la diminution des exemptions de taxes, afin d’augmenter les revenus de la ville.

L’échevin Rubenstein demande ce que la Cité entend faire de l’aqueduc qui a été en partie construit.

L’échevin Filion prie la Commission Administrative de bien vouloir faire exécuter les réparations nécessaires à la chaussée et au trottoir de la rue Châteaubriand entre la rue N.-D. Du Rosaire et la 33me rue, ladite rue Cha^teaubriand étant dans un état si déplorable que la circulation des voitures ne peut s’y faire et que notamment certains médecins refusent de se rendre au domicile des contribuables qui l’habitent.

L’échevin Filion prie Commission Administrative de bien vouloir dire au Conseil, à sa prochaine séance, quelles sont les qualifications et la nature exacte des fonctions de M. Malcolm Lemieux, que la Commission vient de nommer surintendant des automobiles, au salaire bimensuel de $150 et quelles sont les raisons qui ont incité ladite Commission à le nommer temporairement.

  1. À l’effet d’établir un arrêt de tramways devant le bureau de poste, rue Ste-Catherine, entre la gare du Grand-Nord et la rue Désery.
  2. À l’effet d’informer le Conseil qu’elle fait des démarches pour empêcher des taux de téléphone.
  3. À l’effet de répondre à certaines interpellations des membres du Conseil.
  4. À l’effet de voter $96 454.88, pour le parachèvement du pont Lasalle.
  5. À l’effet de voter $160 pour compléter l’égout de la rue Bellerive.
  6. À l’effet de voter $561,71 pour réduction du coût de l’égout de la rue Lacasse.
  7. À l’effet de voter $17,826,10 pour prolonger l’égout de la rue Delorimier.

Au sujet du premier rapport, la résolution suivante a été adoptée :

« Proposé par l’échevin DesRoches, appuyé par l’échevin Dixon :

Que le rapport présentement devant le Conseil soit adopté et que la Commission Administrative soit priée d’étudier l’opportunité d’établir aussi un arrêt de tramways au coin de la rue Valois, rue Sainte-Catherine, tel que le représentant du quartier Hochelaga le demandait récemment à ladite Commission. »

300 nouveaux cas et 98 décès, depuis mercredi, 30 octobre 1918

On rapporte 161 cas et 43 décès, dans la journée d’hier. – 139 cas et 55 décès, jeudi. Total : 16,466 cas et 2,811 décès. – De la prudence, dit le docteur Boucher. – Nouveau système pour les cas d’hôpitaux.

Tout va bien, la maladie diminue d’une manière satisfaisante. Cela ne veut pas dire, cependant, que le public doive abandonner les mesures de précaution qu’il a suivies jusqu’ici. La prudence est de mise plus que jamais, car il peut y avoir une recrudescence. Que le peuple continue de suivre ses directions, tant que nous ne lui aurons pas dit le contraire. »

Ainsi s’exprimait le docteur Boucher, hier, soir, en nous communiquant les statistiques pour la journée d’hier, relativement à l’épidémie d’influenza. Ces statistiques présentent 43 décès et 161 nouveaux cas. Au chapitre des décès, – et c’est le plus important,, il y a eu sur les jours précédents, une sensible diminution. Jeudi, on a enregistré 139 nouveaux cas, et 55 décès.

Au nombre des décès, hier, 39 sont dus à l’influenza, et 4 à la pneumonie.

Le tableau

Le total des cas est maintenant de 16,466, et celui des décès, de 2,811, comme l’indique le tableau suivant

1 octobre 11 décès
2 octobre – 13 décès
3 octobre – 10 décès

20 octobre – 118 décès
21 octobre – 201 décès
22 octobre – 155 décès

30 octobre – 77 décès

De la prudence

Le docteur Boucher avertit le public d’être très prudent. Cet avis s’adresse surtout aux personnes qui ont été malades, et qui sont devenues mieux. Une rechute pourrait leur être fatale, dit-il.

Le directeur du Service de Santé, tout en prévoyant la fin prochaine de l’épidémie, dit néanmoins qu’il continuera à y avoir, ça et là, quelques cas isolés.

Rapport des hôpitaux

Le Bureau de Distribution des Patients (Service des Ambulances) ne fait plus affaires maintenant qu’avec les hôpitaux d’urgence. Les hôpitaux réguliers s’occupent eux-mêmes des malades qu’ils doivent recevoir et ils les envoient chercher dans leurs propres ambulances.

Monument aux fondateurs de Montréal. Avril 2020, le confinement. Photo de GrandQuebec.com.
Monument aux fondateurs de Montréal. Avril 2020, le confinement. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *