Histoire du Québec

L’épidémie continue

L’épidémie continue

L’épidémie continue un peu partout

Pas de malades dans les autos

Le directeurs de la Sûreté tient à faire remarquer que ces automobiles prêtées ne serviront qu’à transporter les médecins et les garde-malades. Aucun malade n’y sera admis.

M. Tremblay ajoute qu’il a aussi besoin de chauffeurs d’automobiles. Il demande aux propriétaires d’automobiles de les lui fournir en même temps que les automobiles

Le français à l’hôpital Meurling

Il est beaucoup plus question, un peu partout, de la place que l’on fait aux Canadiens-français et à la langue française à l’hôpital d’urgence Meurling. Le président et le directeur du Bureau de Santé, M. Décary et Boucher, affirment que les deux races et les deux langues y sont sur un pied de parfaite égalité. Tout le monde sera heureux d’apprendre cette excellente nouvelle.

Dans les circonstances, il faut croire que la maladie sévit plus chez les montréalais de langue anglaise que de langue française, car, selon ce qui nous a été affirmé officiellement, hier soir, il y a plus de patients anglais, au Meurling, que de patients français. Le nombre des patients dépasse le chiffre de 200.

Quant à la place qu’y occupe la langue française, nombre de personnes nous ont fait remarquer qu’il leur était impossible de se faire comprendre en français à l’hôpital Meurling.

Pour se rendre compte de la véracité de ces assertions, nous avons nous-mêmes appelé « Main 4240 – Épidémie. , hier soir, vers neuf heures, et à la charmante demoiselle qui nous a réponde, nous avons pu dire en anglais que nous désirions parler au docteur Boucher. Nous avions d’abord essayé à lui faire connaître ce que nous voulions, dans notre langue, mais rien n’y fit. Il fallut se servir de la langue de Shakespeare, après quoi nous pûmes parler au docteur Boucher. Il s’était écoulé une minute à peine lorsque le directeur du Service de Santé fut mis en communication avec nous. Preuve de la promptitude du service… en anglais.

Le docteur Boucher a dit qu’il verrait à cela, sans délai, affirmant néanmoins qu’on lui a toujours répondu en français au Meurling.

Dans les divers hôpitaux

Dans la journée d’hier, on a admis, dans les divers hôpitaux de la ville, 125 personnes atteintes de l’influenza.

Un rapport bi-quotidien

Le docteur Gray a été chargé de faire un rapport bi-quotidien sur l’hôpital Meurling, à partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de l’épidémie.

Les demandes de secours faites par les personnes de toutes les classes ou croyances, au Catholic Social Service Guild augmentent rapidement et elles sont maintenant dans une proportion telle que cette grande organisation sociale se voit forcée de faire un nouvel appel pour obtenir de l’argent, des médecins, des garde-malades, des automobiles, des vêtements, des médicaments, etc.

Les automobiles ont démontré ces jours derniers les miracles de charité qu’on peut faire avec elles. Notre représentant est allé hier soir aux bureaux du Social Guild et là il a pu voir la rapidité avec laquelle on répondait aux appels de secours qui étaient lancés.

Cette association fait actuellement un bien immense dans toutes les parties de la ville et il est à espérer que son appel actuel sera écouté.

La grippe aux États-Unis

Washington, 22 octobre 1918 – Les rapports reçus aujourd’hui par le bureau d’hygiène indiquent que la situation s’améliore un peu, mais a plusieurs endroits l’épidémie n’a pas encore atteint son point culminant. Dans l’Ouest et sur les Côtes du Pacifique la situation n’a jamais été aussi sérieuse que celles du sud et de l’est. Au bureau du médecin-major de l’armée on rapporte que l’épidémie diminue dans tous les camps de l’armée, Les nouveaux cas durant les dernières 24 heures, à midi, aujourd’hui s’élevaient à 2773 contre 2007 la journée précédente tandis que les décès ont diminué de 404 à 392. Il y a une faible augmentation dans les cas de pneumonie. Les médecins de l’armée disent que la grippe espagnole n’est à l’état d’épidémie que dans cinq camps, les autres indiquent que le nombre de cas diminue d’environ cinquante tous les jours. Le total des cas depuis que la maladie est devenue épidémique s’élève à 202, 770 avec 15, 497. D’après les derniers rapports de l’est et du sud, la situation générale chez les civils s’améliore rapidement.

Monsieur l’abbé Rhéaume revient à la santé

Rock Island, 29 octobre – M. l’abbé Rhéaume, autrefois curé de Waterville et maintenant à la cure de Rock Island qui fut atteint très sérieusement par la grippe espagnole, revient à la santé de jour en jour. Son état est maintenant, nous en sommes sûr, hors de danger.

La grippe augmente à Halifax

Halifax, 22 octobre. – Cent vingt-trois cas de grippe espagnole ont été rapportés aujourd’hui par le bureau d’hygiène. Ce chiffre est plus que le double du nombre rapporté pour les jours précédents. Le bureau médical est fortement critiqué de n’avoir pas pris ses précautions et de ne pas avoir préparé des hôpitaux d’urgence pour accommoder les personnes malades de la grippe espagnole. Les critiques se sont développées plus particulièrement depuis qu qu’un matelot du nom de Lorraine Burgoyne, qui aurait dû être admis à l’hôpital et ce à la charge du fonds des marins malades, mais n’a été accepté que cinq jours après qu’il fut tombé malade, malgré que son capitaine ait fait de nombreuses démarches pour le faire admettre. Ce matelot est mort lundi dernier et le délai de faire traiter est considéré comme ayant été une des causes de sa mort.

Une rue déserte au coeur du Vieux-Montréal en pleine pandémie du Covid19, en 2020. Photo de GrandQuebec.com.
Une rue déserte au coeur du Vieux-Montréal en pleine pandémie du Covid-19, en 2020. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *