Histoire du Québec

Épidémie : Assemblée d’urgence

Épidémie : Assemblée d’urgence

Envisageons donc la grippe espagnole avec sang-froid

Le long mois de pluies incessantes que nous venons de subir a favorisé l’éclosion du fléau. D’autant plus que durant cette période malsaine, on recommandait aux gens d’économiser le combustible et de ne pas chauffer les maisons humides.

Avec les nouveaux taux exorbitants du Tramway s’est abattu en même temps sur la population de Montréal le fléau de la grippe aiguë. Les malheurs chevauchent par troupeau.

Nul doute que le soleil qui nous est revenu et la température saine dont nous jouissons depuis hier feront plus, pour nous délivrer de la grippe, que toutes les mesures draconiennes de protection auxquelles elle a donné naissance.

Accueillons le soleil comme le médecin le plus apte à délivrer nos habitations de la maladie que plusieurs semaines consécutives de pluie y ont fait éclore. Ouvrons les fenêtres, pour que la lumière et l’air pur accomplissent librement leur œuvre d’assainissement, à nos foyers.

À peine âgé de 32 vient de s’éteindre l’un des plus brillants jeunes chirurgiens dentistes de Montréal le Dr. Louis Deguise, qui était professeurs à l’école dentaire Laval. Il était le fils de M. Louis Deguise, gérant de la Banque Nationale. À la famille du regretté défunt nous offrons nos sincères condoléances.

En ce temps de grippe maligne, n’oublions pas que le moral influe beaucoup sur le physique. Au lieu de s’imaginer qu’elles sont atteintes de l’épidémie, certaines personnes faibles de caractère feraient mieux de réagir courageusement contre les craintes contagieuses dont elle se laissent mollement pénétrer.

Aimez-vous les uns les autres. Tel est le précepte évangélique dont l’application devrait être à la base de toute œuvre sociale, affirmait, avec raison, hier soir, Monseigneur l’archevêque de Montréal. Certains trustards, qui se fichent des principes de la saine sociologique, ont plutôt pour devise : « Enrichissons-nous aux dépens d’autrui ».

Magasins de détail et de gros devront fermer à 4 h.30, l’après-midi

Telle est la décision prise ce matin par le bureau de Santé – La commission vote une somme de $10,000 au directeur du bureau municipal d’hygiène – le contrôle des finances

Le Bureau de Santé, composé du maire, de l’abbé Gauthier, des échevins Desroches, Creelman et Shaw, du Rév. docteur Symonds et de M. J.-A. Richard, s’est réuni, ce matin, à l’hôtel de ville. Le docteur Boucher était aussi présent, ainsi que le docteur Fred. Pelletier, qui occupa les fonctions de secrétaire.

Parmi les résolutions qui ont été adoptées à la séance de ce matin, la plus importante est bien celle qui a trait à la fermeture des magasins. En effet, les membres du bureau de Santé ont décidé la fermeture des magasins de gros et de détail, à l’exception, cependant, des magasins de bonbons, de cigares, des épiceries, des bouchers, des restaurants et des pharmacies, à quatre heures et demie de l’après-midi. Le bureau en est venu à cette décision afin, surtout, de décongestionner le service des tramways.

L’échevin Desroches a été dissident; il a expliqué que c’était faire une injustice aux petits marchands, autres que dans les cas déjà cités, que de demander de fermer à 4 h. 30 de l’après-midi, surtout ceux qui n’ont leur clientèle que le soir. Les grands magasins à rayons, ferment aujourd’hui vers 5 heures ou 6 heures et ils n’en seront pas beaucoup affectés. L’échevin Creelman, quant aux théâtres et aux salles de vues animées, a fait remarquer qu’il fallait leur envoyer un avis officiel, par écrit.

Le docteur Boucher a dit que le tramway était peut-être un des pires agents propagateurs du mal. On a par conséquent exigé que les tramways soient lavés tous les jours.

Les dépenses

La commission a voté au bureau le montant nécessaire pour combattre la grippe, mais au fur et à mesure que le montant sera requis. Plus tard, cependant, M. Décary déclara que la commission avait voté au docteur Boucher une somme de $10,000. Et le bureau n’a ainsi rien à voir quant au contrôle de la finance. C’est la commission qui en a pris la responsabilité.

En permanence

La commission a décidé de siéger en permanence, tous les soirs à 8 heures, jusqu’à ce que l’épidémie soit enrayé.

Des médecins

Le docteur Boucher a été nommé médecin officier de santé Il a reçu instruction d’engager les médecins voulus pour combattre le fléau et pour permettre le bon fonctionnement de l’hôpital, et pour le contrôle des maladies à domicile.

Pas déqualifié

Le président de la commission a déclaré que quant aux finances, c’est la commission qui s’en chargeait. Le maire à un moment donné, dit que le bureau ne pouvait prendre cette responsabilité de dépenser de l’argent, si la somme n’était pas voté d’avance. Cette manière de procéder pouvait entraîner une déqualification.

Une sage mesure

À l’ouverture de la Cour des comparutions, ce matin, le magistrat Cusson qui présidait, a ordonné à toutes les personnes qui n’avaient pas absolument affaire au tribunal, de sortir.

Le juge a pris cette décision à la demande de Me Creelman qui voyait, en ces temps d’épidémie, un réel danger à laisser tant de monde dans une aussi petite enceinte, si mal aérée.

Une résolution

Après cette assemblée, les commissaires siégèrent à huis clos, et adoptèrent une résolution donnant des instructions au docteur Boucher de convoquer une réunion d’urgence du bureau de Santé, dans le but de discuter l’opportunité d’ordonner la fermeture de toutes places de réunion publique tels que les écoles, théâtres et autres endroits publics.

À l’Hôpital Notre-Dame

Dans le but d’éviter tout danger de contagion de la “grippe espagnole”, à l’hôpital Notre-Dame, les autorités de l’institution ont décidé d’interdire les visites aux malades. En conséquence, le public n’aura
pas accès aux salles de l’hôpital jusqu’à nouvel ordre.

Le Women’s Club

Le « Women’s Canadian Club » sera fermé demain, et il ne sera tenu aucune réunion.

Conseil des arts

À une réunion spéciale des directeurs du Conseil des Arts et Manufactures, dont les cours publics gratuits viennent de s’ouvrir, au Monument National, on a décidé de suspendre ces cours temporairement. Cette décision a été prise dans le but de se conformer à l’ordre de la ville demandant la fermeture des établissements publics. Les élèves qui suivent ces classes,toutefois sont priés de se présenter au Monument, lundi soir prochain, à l’heure habituelle, pour recevoir de nouvelles instructions.

Institutions fermées

Westmount a fermé toutes ses écoles. Outremont a décidé de faire la même chose, hier soir, tant pour les écoles catholiques que pour les écoles protestantes. Verdun a aussi suivi l’exemple de Montréal et a fermé ses écoles.

À l’Université McGill, on a déjà fermé la faculté de médecine et on se tient prêt à fermer toutes les autres facultés, si c’est le désir des autorités municipales. La raison de la fermeture de la faculté de médecine est que les hôpitaux refusent d’admettre les étudiants aux cliniques, jusqu’à nouvel ordre.

Académie Marie-Rose

À l’académie Marie-Rose, la commission scolaire a décrété que les élèves externes et demi-pensionnaires, devraient ne plus retourner en classe, jusqu’à nouvel ordre. Le pensionnat cependant n’est pas fermé, Les cours s’y donnent comme à l’ordinaire

La commission scolaire a alors décidé que les élèves externes et demi-pensionnaires qui désireraient continuer le cours, pourraient le faire en entrant au pensionnat, immédiatement.

C’est le cas pour plusieurs autres maisons d’éducation.

Des médecins sont accourus à Sherbrooke

De nouveaux hôpitaux d’urgence doivent être organisés dans cette ville. – Lugubre incident.

Sherbrooke, 8 octobre 1918. – Trois médecins de Montréal et trois étudiants en médecine de l’université McGill sont arrivés en notre ville, hier soir, pour combattre l’épidémie de grippe espagnole qui y sévit actuellement. Ils ont aussitôt pris du service à l’hôpital d’urgence, établi dans l’école des Frères du Sacré-Coeur. On en attend encore 25 autres ce soir, venant pour la plupart des universités Laval et McGill.

L’épidémie continue. On pourrait se faire une idée des ravages qu’elle cause au sein de notre population quand on saura que, hier soir, une cinquantaine de cercueils qu’on n’avait pas eu le temps de déposer en terre étaient alignés en face du charnier, au cimetière Saint-Michel.

Un autre hôpital d’urgence sera ouvert bientôt au Séminaire Saint-Charles, les élèves de cette institution se transportant probablement dans une des écoles fermées il y a quelques jours.

Y a-t-il une maladie plus dangereuse que l'avarice ? Photo de Megan Jorgensen.
Y a-t-il une maladie plus dangereuse que l’avarice ? Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *