Histoire du Québec

L’électrification rurale au Québec

L’électrification rurale au Québec

L’électrification rurale au Québec (de 1945 à 1960)

Après la Seconde Guerre mondiale, le Québec connaît une période de prospérité. La population de la province augmente rapidement et son niveau de vie s’améliore grâce, entre autres, à l’hydroélectricité.

Avant l’électrification rurale

Depuis les années 1880, les grandes villes du Québec se servent de l’électricité pour alimenter les tramways ou éclairer les rues. Dans les années 1920, les habitants des villes l’utilisent pour éclairer leurs maisons et faire fonctionner différents appareils électriques, comme la radio, par exemple.

Dans les années 1930, la plupart des habitants des villes du Québec ont accès à l’électricité. Cependant, le réseau électrique ne se rend pas dans les campagnes. La majorité des fermes n’ont l’électricité. Pour profiter au maximum de la clarté, les gens de la campagne travaillent du lever au coucher su soleil. Le soir, ils veuillent à la chandelle ou à l’huile.

Dès le début de l’électricité, ce sont des compagnies privées qui produisent et vendent de l’électricité. Ces compagnies font beaucoup d’argent. Le gouvernement du Québec souhaite lui aussi tirer profit de l’hydroélectricité. En 1944, le gouvernement d’Adélard Godbout achète la compagnie Montréal Light, Heat & Power afin de produire et de distribuer lui-même de l’électricité. Il change ensuite le nom de cette compagnie pour celui d’Hydro-Québec.

L’électrification rurale

Maurice Duplessis est le premier ministre du Québec entre 1944 et 1959. Chef de l’Union nationale, Duplessis est attaché aux traditions canadiennes-françaises, telles la religion catholique, les familles nombreuses, la langue française et l’agriculture. Selon lui, le développement économique du Québec repose sur l’agriculture. Durant son mandat, Maurice Duplessis cherche donc à moderniser et à développer les exploitations agricoles du Québec.

Dès 1945, son gouvernement adopte la Loi pour favoriser l’électrification rurale, c’est à dire, l’installation du réseau électrique dans les régions éloignées des grands centres. Entre 1945 et 1960, grâce à cette loi, les fermes du Québec et les maisons éloignées des grands centres sont reliées au réseau électrique de la province.

Après l’électrification rurale

L’accès au réseau électrique transforme le mode de vie des gens des campagnes. Grâce à l’éclairage électrique, les agriculteurs peuvent profiter d’un meilleur éclairage en tout temps. L’énergie électrique permet d’éclairer et de chauffer les étables. Elle permet aussi de faire fonctionner de nouveaux appareils, comme les trayeuses mécaniques (appareils qui servent à traite des vaches). Ces appareils facilitent la tâche des fermiers qui n’ont plus à faire autant de travail manuel. Les exploitations agricoles deviennent plus productives.

Grâce à l’électricité, les gens des campagnes peuvent éclairer leur maison et écouter la radio. À partir de 1952, ils regardent la télévision. L’utilisation de ces nouveaux médias leur donne un meilleur accès à l’information. L’électricité leur permet aussi de faire fonctionner la laveuse, la sécheuse et le réfrigérateur. Ces nouveaux électroménagers simplifient les tâches ménagères. Petit à petit, la cuisinière électrique remplace le poêle à bois. Le mode de vie des gens à la campagne change au fil du temps.

(D’après « Sur les rails, géographie, histoire et éducation à la citoyenneté » par Jesse Boulette, avec la collaboration de Stéphanie Béreau. 6e année du primaire, Chenelière éducation. 2017).

La science est un jeu dont la règle du jeu consiste à trouver quelle est la règle du jeu. (François Cavanna, Le saviez-vous ?). Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *