Histoire du Québec

Diphtérie et poliomyélite en 1939

Diphtérie et poliomyélite en 1939

La diphtérie et poliomyélite au Canada en 1939

La diphtérie menace encore 650 Canadiens

Tel est le nombre de cas qu’on attend, d’ici à janvier 1940

Ottawa. 28 octobre 1939. — Au moins 650 Canadiens, des enfants pour la plupart, vont probablement être atteints de diphtérie, d’ici à la fin de l’année 1939, déclarent les techniciens de la division de l’épidémiologie du ministère des pensions et de la santé nationale. Cette estimation est basée sur les statistiques.

En utilisant le nombre de cas enregistrés annuellement, sur une période de plusieurs années et le total de ceux qui jusqu’à une certaine date, ont été signalés pour l’année courante, l’on parvient, à l’aide des méthodes statistiques, à prédire le nombre approximatif de cas qui surviendront d’ici à la fin de l’année.

Du 1er Janvier au 7 octobre 1939. il y eut 2.088 cas de diphtérie au Canada, la. diphtérie est essentiellement une maladie de l’enfance et les statistiques démontrent que plus de 95 pour 100 des décès qui lui sont attribuables surviennent dans le groupe d’âges d’un an à 14 ans. Elle est surtout mortelle chez les enfants de moins de cinq ans. Ceux qu’elle ne fait pas mourir restent souvent infirmes, avec des lésions au coeur, aux reins et au système nerveux.

Un préventif efficace

Heureusement. ajoutent les médecins du ministère des pensions et de la santé nationale, la science médicale nous offre un remède préventif contre la diphtérie — la toxoïde. Seuls les enfants qui n’ont pas été inoculés par la toxoïde sont exposés à être du nombre des 650 cas additionnels qui se produiront d’ici à la fin de l’année.

Dans tout le Canada, l’on a établi des cliniques ou l’on administre gratuitement la toxoïde, et les parents sont exhortés à faire bénéficier leurs enfants du traitement par la toxoïde avant qui’ils aient atteint l’âge d’entrer à l’école. Les parents devraient se prévaloir des cliniques gratuites ou consulter leur médecin de famille au sujet du traitement. Seul l’emploi généralisé de la toxoïde parviendra à diminuer la mortalité due à la diphtérie.

20 cas de poliomyélite enregistrés depuis août

Une nouvelle de Québec, hier, annonçait que, selon le Dr. Berchmans Paquet, directeur du service d’hygiène de la ville de Québec, huit cas de paralysie infantile avaient été enregistrés dans la capitale de janvier 1939 à date avec une seule mortalité.

Immédiatement, nous avons interrogé le Dr Adélard Groulx, directeur du service d’hygiène de la ville de Montréal, sur les cas de poliomyélite ici depuis janvier 1939. Voici la déclaration qu’il nous a faite: « Vers la mi-août au cours du mois de septembre, on nous a rapporté 19 cas de paralysie infantile qui furent tous hospitalisés. Sur ce nombre 4 venaient de l’étranger. Le 10 octobre, un nouveau cas est venu s’ajouter aux 19 premiers. Un seul décès a été enregistré.

Selon le Dr Groulx, il n’y aucune raison de s’alarmer, la maladie suivant sa forme naturelle, sans vouloir cependant progresser.

Dans la semaine finissant le 21 octobre courant, au chapitre des maladies contagieuses, nous a informé le Dr. Groulx, on a rapporté 197 cas, contre 346, même période, i’an dernier.

“Qui perd la santé perd beaucoup ; Qui perd un ami perd encore plus ; Mais celui qui perd le courage perd tout.” Photo de Megan Jorgensen.
“Qui perd la santé perd beaucoup ; Qui perd un ami perd encore plus ; Mais celui qui perd le courage perd tout.” Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *