Histoire du Québec

Compagnie de la Baie d’Hudson

Compagnie de la Baie d’Hudson

Compagnie de la Baie d’Hudson

La plus ancienne compagnie du Canada

Vers la seconde moitié du XVIIième siècle, les français Radisson et Des Groseilliers, partis à la recherche de fourrures, découvrent des forêts riches en animaux au nord et à l’ouest des Grands Lacs. La baie d’Hudson s’avère la meilleure voie de communication avec ces terres, et les deux coureurs des bois tentent d’y établir un petit comptoir de commerce.

Cependant, les découvreurs ne trouvent aucun appui chez les Français. Il s’adressent alors aux Américains, mais après de longues négociations, ceux-ci refusent le financement de l’entreprise.

C’est le prince Rupert, cousin du roi Charles II, qui leur concède une Charte royale britannique et, en mai 1670, Radisson et Des Groseilliers créent la compagnie de commerce de la Baie d’Hudson. Le prince Rupert s’est avéré beaucoup plus perspicace que les Français et les Américains.

Jusqu’aux années 1770, la Compagnie de la Baie d’Hudson maintient des comptoirs de traite autour de la baie James et de la baie d’Hudson, ainsi que quelque petits forts pour protéger ses domaines. L’échange de fourrures se fait contre des couteaux, billes, aiguilles, couvertures, fusils, vaisselle et autres biens.

Ensuite, la concurrence avec la Compagnie du Nord-Ouest de Montréal force la Compagnie de la Baie d’Hudson à avancer vers l’Ouest, où ses comptoirs sont à l’origine de la fondation de Winnipeg, Calgary et Edmonton.

En 1821, la Compagnie du Nord-Ouest et la Baie fusionnent. Un géant est né, dont les activités couvrent tout le nord du continent jusqu’à la côte ouest (de la Colombie-Britannique aux États américains de l’Oregon et de Washington). La compagnie domine le commerce en Alaska, au Yukon, sur les Territoires du Nord-Ouest et dans plusieurs autres terres.

En 1869, le gouvernement du Canada et la Compagnie de la Baie d’Hudson, signent l’Acte de reddition. Le Canada obtient alors la souveraineté sur les territoires qui ont appartenu auparavant à la HBC (Hudson Bay Company), qui se consacre désormais au commerce de détail. Ses comptoirs de traite sont transformés en magasins avec un vaste assortiment d’articles. Par la suite, la compagnie s’engage dans l’immobilier.

Vers le début du XXe siècle, après le déclin du commerce des fourrures, la Compagnie crée ses premiers grands magasins, suivant le modèle du Harrods de Londres.

Aujourd’hui, la Compagnie de la Baie d’Hudson, la plus ancienne compagnie commerciale du Canada, possède les chaînes Zellers, Simpson, Fields, Robinson, Towers/Bonimart, Déco, Woodwards et K-Mart Canada.

Petite rivière de la Baleine

Cette importante rivière du Nord-du-Québec a son embouchure dans la baie d’Hudson, à une centaine de kilomètres au nord-est du village de Kuujjuarapik. Longue de 380 km, elle reçoit les eaux des lointains lacs D’Iberville et Amichinatwayach et draine un bassin-versant de 15 900 km2, qui le place au 35e rang au Québec pour l’importance de sa superficie. Son affluent majeur est la rivière Boutin sur sa rive gauche. Les Inuits désignent ce cours sous l’appellation Qilalugarsiuviup Kuunga, ayant pour sens : la rivière du lieu où l’on chasse le béluga.

baie d'hudson

Compagnie de la Baie d’Hudson à Montréal. Photo : © Grandquebec.com.

Hudson Bay Company

Hudson Bay Company (Compagnie de la Baie d’Hudson) à Toronto, rue Bloor. Photo de GrandQuebec.com.

Voir aussi :

1 Comment

  1. Sylvain Cournoyer

    2014/06/07 at 12:05 pm

    J’aimerais en savoir plus sur les produits du tabac que la Cie vendait. J’ai quelques boite de tabac de Hudson bay tobacco.
    Merci si vous avez de l’information ou référence à ce sujet.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *