Histoire du Québec

Arsenal communiste découvert rue Clark

Arsenal communiste découvert rue Clark

Découverte du cadavre d’un agent de Moscou

Des armes, des magazines et le corps d’un Grec suspect

Stathopoulos trouvé mort dans une chambre de la rue Clark, à Montréal. Figure bien connue du parti ouvrier-progressiste, de l’Union canadienne des marins, des cercles communistes grecs – Une mitraillette, un coutelas, des balles et un tas de littérature communistes.

Une mitraillette allemande Mauser, environ 200 balles, une machette (coutelas), une centaine de volumes et magazines sur le communisme, une multitude de notes dont plusieurs en code, des tas de paperasses ont été découverts samedi soir (3 janvier 1953) dans une chambre de la rue Clark, par l’escouade anti-subversive municipale. Ces découvertes ont été faites à la suite de la mort d’un individu, que l’on a identifié comme étant Constantini Stathopoulos.

Stathopoulos, qui était âgé de 60 ans, a été trouvé mort dans la chambre qu’il habitait depuis deux mois, à 2049 Clark, par le propriétaire de la maison : ce dernier alerta aussitôt la Sûreté.

Sergent Onésime Lemieux de la Sûreté, en fouillant dans la chambre de l’individu et en trouvant de la littérature communiste, alerta l’escouade anti-subversive. Le capitaine Louis Champagne dépêcha alors sur les lieux le sergent S. Bérubé et quelques hommes.

D’après des papiers que les membres de l’escouade trouvèrent,, Constantini Stathopoulos, alias Poulos, était membre du parti ouvrier-progressiste, ancien membre de l’Union des Marins Canadiens (Canadian Seaman’s Union) et il était l’agent souscripteur du journal grec américain « American Greek Tribune », journal communiste.

Selon le lieutenant Boyzain, qui fait enquête dans cette affaire, Poulos ne travaillait pas depuis trois ans et il voyageait beaucoup. Il n’habitait jamais longtemps la même chambre. Il ne semblait jamais manquer d’argent, payait la note de chambre régulièrement et était très paisible.

Dans la chambre, rien d’anormal. En entrant, on pouvait apercevoir une photo de la Sainte-Vierge. C’es en fouillant dans les armoires et ses valises que les membres de l’escouade anti-subversive découvrirent la mitraillette, les balles, la machette et les bouquins et magazines communistes.

« La mitraillette », nous révéla le sergent Bérubé, « était camouflée ». Elle était soigneusement enveloppée dans du papier et placée au fond d’une valise. Ça a l’air d’un os dit l’un de mes hommes. On développa le colis et c’était une mitraillette Mauser. À côté se trouvaient la machette les balles. »

Constantini Stathopoulos était soupçonné d’être communiste depuis deux ans. On l’avait vu à maintes reprises dans les milieux et mouvements communistes. La plupart des notes trouvées étaient en langue grecque. Un interprète en a traduit quelques-unes, mais la plupart sont en code et il faudra qu’elles soient déchiffrées par des experts de la Gendarmerie Royale.
Tous les objets trouvés ont été transportés au quartier de l’escouade anti-subversive, rue Ontario, où l’enquête se poursuit actuellement.

Le corps de Constantini Stathopoulos, qui est probablement mort de causes naturelles, a été transporté à la morgue où l’enquête du coroner aura lieu aujourd’hui.

(Texte paru dans le journal Le Canada le 5 janvier 1953).

 

L'arsenal – une mitraillette, des balles, une machette, un drapeau rouge, des livres communistes et une foule de papiers annotés ont été trouvés dans la chambre de Constantini Stathapoulous ; ce dernier, qui est mort, était membre du parti communiste. Parmi les livres qui ont été transportés au quartier de l'escouade anti-subversive où on fait actuellement une enquête, on peut noter une vie de Staline, le magazine « New Korea », le livre « So That Many May Prosper », etc. Dans cette photo, on aperçoit un membre de l'escouade qui tient au bout de son bras la mitraillette Mauser. Photo « Le Canada » par Robitaille. Image libre de droits.
L’arsenal – une mitraillette, des balles, une machette, un drapeau rouge, des livres communistes et une foule de papiers annotés ont été trouvés dans la chambre de Constantini Stathapoulous ; ce dernier, qui est mort, était membre du parti communiste. Parmi les livres qui ont été transportés au quartier de l’escouade anti-subversive où on fait actuellement une enquête, on peut noter une vie de Staline, le magazine « New Korea », le livre « So That Many May Prosper », etc. Dans cette photo, on aperçoit un membre de l’escouade qui tient au bout de son bras la mitraillette Mauser. Photo « Le Canada » par Robitaille. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *