Histoire du Québec

L’activité économique à son plus haut niveau

L’activité économique à son plus haut niveau

L’activité économique au Canada et au Québec atteint le plus haut niveau de l’histoire

L’Office fédéral de la statistique annonce que le niveau du développement économique est de 145 pour les dix premiers mois de 1940, comparativement à 120 pour la même période de 1939 – Amélioration due à la guerre

Ottawa, 10 novembre 1940. – L’activité économique a atteint au Canada, durant les dix premiers mois de 1940, alors que la production de guerre était en plein mouvement, les plus hauts niveaux enregistrés dans l’histoire canadienne, annonce, ce soir, l’Office fédéral de la statistique. « L’indice du volume des affaires basé sur 1296 enregistre, en effet, une moyenne de 143,5 contre 120 durant la même période de 1939 », ajoute-t-il.

L’Office fédéral déclare également que l’indice est à la hausse depuis les premiers mois de 1939. Il signale que le niveau durant les premiers mois de la guerre était plus élevé qu’en 1929, années de la dernière période de prospérité. L’Office dit ensuite que le niveau des dix premiers mois de l’année est plus élevé que ceux de toute autre période de l’histoire canadienne.

Le plus important facteur de cette situation économique est l’accélération des affaires. La production minière a établi un record en ajoutant un gain de 12,5 pour cent au niveau de 213,5 de l’an dernier. Les métaux basiques ont été extraits et expédiés en grandes quantités et la production du charbon a augmenté de 12,400,000 tonnes à 13,900,000 tonnes. L’hôtel de la Monnaie a reçu 4,094,000 l’an dernier.

« L’accélération des affaires due aux exigences de la guerre s’est manifestée surtout dans les opérations manufacturières », ajoute l’Office dans son rapport. La production manufacturière a avancé de 115,3 qu’elle était l’an dernier, à 144,7. Les usines textile et les scieries ont établi des records. La consommation du coton brut a augmenté de 98,900,000 de livres à 158,900,000.

La production de lingots d’acier a monté de 52 pour cent à 1,600,000 tonnes et l’utilisation de la fonte a été de 949,000 tonnes comparativement à 574,000 tonnes durant les dix premiers mois de 1939.

La production des automobiles et des véhicules de guerre a augmenté de 44,6 pour cent à près de 176,000 unités. Les expéditions au pays de pétrole brut se sont élevées à 1,239,000 gallons, une hausse de 12,7 pour cent. On a importé 86,100,000 livres de caoutchouc brut, une augmentation de 42,77 pour cent sur 1939.

On remarque également une amélioration sensible dans la construction. Les contrats émis pour divers travaux, y compris ceux des usines de guerre et des établissements de la défense, sont de $274,000,000 contre $165,000,000 en 1939.

Les grèves ont fait perdre 15,974 jours de travail en novembre

Ottawa, 10 novembre 1940. – Le ministère du travail a annoncé, ce soir, que 16 grèves ou lockouts avaient fait perdre 15,974 jours à 3,646 ouvriers en novembre. En octobre, 25 grèves avaient fait perdre 19,830 jours de travail à 7,609 ouvriers.

Le procureur général interdit tirages, bingos, rafles, etc. sauf aux œuvres

Québec, 10 novembre 1940. Les loteries, les rafles ou tirages au sort, les bingos ne seront plus permis dans la province de Québec. C’est ce que vient de décider le département du procureur général, qui a reçu des plaintes réitérées de l’Association des marchands détaillants.

L’article 236 du Code pénal défend les loteries de toute sorte avec une exception pour les kermesses de charité ou les tirages au sort sont tolérés pour des objets dont la valeur n’excède pas $50, du moment qu’ils ont été approuvés par l’autorité municipale.

La décision du département affecte donc les bingos, les rafles de dindes, les tirages d’autos, les loteries en général, avec une seule exception, pour les œuvres de charité.

M. Henri Renault, député de Beauce, président de l’Association des marchands détaillants, étaient de passage à Québec aujourd’hui, en route pour Montréal, où il va présider une réunion du conseil provincial de l’Association. M. Renault s’est empressé de féliciter le département du procureur général de cette sage décision, au nom des marchands.

« Croire au progrès ne signifie pas qu’un progrès ait déjà eu lieu. » (Franz Kafka).Le Noël vient. Photo par Megan Jorgensen.
« Croire au progrès ne signifie pas qu’un progrès ait déjà eu lieu. » (Franz Kafka). Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *