Gens du pays

Les successeurs de Champlain

Les successeurs de Champlain

Les proches successeurs de Samuel de Champlain

L’histoire de Québec par ses rues

Poursuivant la recherche des gouverneurs du Canada, nous présentons le baron d’Avaugour, Augustin de Mézy, Daniel de Courcelle et le comte Louis de Frontenac.

Le baron d’Avaugour

La rue d’Avaugour va de l’avenue Lesage à la rue Deslauriers dans le quartier Saint-Sauveur. Le baron Pierre Dubois d’Avaugour fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1661 à 1663 et fut le dernier à servir sous l’autorité de la compagnie des Cent-Associés.

Soldat de carrière, il avait largement dépassé la cinquantaine lorsqu’il fut nommé en Nouvelle-France. Dès son arrivée, il travailla à augmenter les effectifs militaires pour combattre les Iroquois. Il appuya les Jésuites et l’évêque dans leur efforts énergiques pour interdire la vente de l’eau-de-vie aux Indiens, mais tout cela donna lieu à des querelles et son règne ne fut pas très heureux « Les projets qu’il formulait, pour la mise en valeur du Canada, étaient ceux d’un visionnaire et ne tenaient aucunement compte des réalités pratiques. De fait, il faudra attendre plusieurs années avant que paraisse un groupe d’administrateurs coloniaux bien préparés à jouer ce rôle. » (W.J. Eccles Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1)

Le baron d’Avaugour mourut en 1664.

Augustin de Mézy

Il n’y a pas de rue de Mézy dans le Québec métropolitain.

Augustin de Saffray de Mézy fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1663 à 1665. Nommé à ce poste sous recommandation de Mgr de Laval, il arriva avec ce dernier à Québec, le 15 septembre 1663, accompagné de 159 artisans et colons.

Son arrivée coïncida avec l’établissement du Conseil souverain, composé de l’évêque, du gouverneur et de cinq conseillers, tous hommes de premier plan et qui avaient joué des rôles importants dans la direction des affaires de la colonie sous le régime des Cent-Associés.

De Mézy mourut à Québec dans la nuit du 5 au 6 mai 1665.

Daniel de Courcelle

La rue de Courcelles va de la rue Marie-de-l’Incarnation en direction de l’est, dans le quartier Saint-Sauveur.

Daniel Rémy de Courcelles fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1663 à 1672.

Né en France en 1626, il arriva à Québec avec Talon et s’attaqua, dès son arrivée, de concert avec de Tracy, de construire des forts et de fortifier des troupes pour combattre les Iroquois.

Il participa d’ailleurs à plusieurs expéditions. C’est aussi lui qui devait favoriser activement l’exploration de l’Ouest par Cavelier de la Salle. C’est sous son règne que furent instituées les milices de la Nouvelle-France lesquelles devaient supporter le poids du combat dans les guerres futures de la colonie.

Il mourut le 24 octobre 1698. On pense qu’il était gouverneur de Toulon à sa mort. (Extrait du Dictionnaire biographique du Canada ; W.J. Eccles ; vol. 1.)

Le comte Louis de Frontenac

La rue Frontenac, située du côté nord du chemin Sainte-Foy dans la paroisse du Saint-Sacrement, va de Père-Pelletier à Eymard en traversant Marguerite-Bourgeoys.

Il y a une autre rue qui rappelle le souvenir du plus célèbre, avec Champlain, des gouverneurs de la Nouvelle-France : la rue Buade, au coeur du vieux Québec, près de la basilique, allant de la rue du Fort à des Jardins.

Louis de Buade de Frontenac et de Palluau, comte, soldat, gouverneur général de la Nouvelle-France, « une des figures les plus turbulentes et es plus influentes de l’histoire du Canada, surtout connu comme l’architecte de l’expansion française en Amérique du Nord et le défenseur de la Nouvelle-France contre les attaques de la confédération iroquoise et des colonies anglaises ». (W. J. Eccles ; Dictionnaire biographique du Canada ; vol. 1.)

Né le 22 mai 1622 à Saint-Germain, nommé gouverneur de la Nouvelle-France en 1672, poste qu’il occupa jusqu’en 1682 alors qu’il fut rappelé en France. On devait pourtant le rappeler l’année suivante « pour sauver la colonie du désastre » (les Iroquois et leurs attaques incessantes). Il mourut à Québec le 28 novembre 1698 et inhumé dans l’église des Récollets.

Temps anciens
Temps anciens. Photo de Megan Jorgensen. (Musée Grévin).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *