Gens du pays

Paradis, Marie-Léonie

Paradis, Marie-Léonie

Biographie de Marie-Léonie Paradis

Marie-Léonie Paradis est née à Montréal (paroisse de L’Acadie à l’époque, aujourd’hui paroisse de Saint-Jean-de-Longueuil) le 12 mai 1840. Son nom de baptême est Alodie-Virginie, mais on l’appelle Élodie.

En 1849, elle entre comme pensionnaire chez les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, à Laprairie, où elle fait ses études primaires.

En 1854, à l’âge de 14 ans, elle entre comme postulante au couvent des Marianites de Saint-Laurent. En 1857, elle prononce ses vœux et devient sœur des Marianites. Ensuite, elle enseigne à Montréal jusqu’en 1862, puis elle est envoyée à l’Orphelinat Saint-Vincent-de-Paul de New York, où elle travaille pendant huit ans. En 1870, elle se rend dans l’Indiana, où elle s’occupe des malades chez les Sœurs de Sainte-Croix. Pendant son séjour, Sœur Léonie enseigne aussi les travaux à l’aiguille et le français à l’Académie Sainte-Marie.

En 1874, Marie-Léonie est appelée au Nouveau-Brunswick par le père Camille Lefebvre pour enseigner au Collège de Memramcook.

C’est au Nouveau-Brunswick qu’elle fonde en 1880 l’Institut des Petites Soeurs de la Sainte-Famille, voué au service des prêtres.

En 1895, la communauté déménage à Sherbrooke. Vers 1912, plus de 600 religieuses suivent mère Léonie au service du Sacerdoce.

Mère Marie-Léonie meurt le 3 mai 1912. Le souper terminé, elle s’endort après avoir dit à une malade: «Au revoir au ciel!». Ses funérailles sont suivies par de nombreuses personnes. Son corps est précieusement gardé près de la chapelle de la Maison Générale, au Mont Sainte-Famille, à Sherbrooke.

On lui attribue plusieurs guérisons. Sa vie a fait l’objet d’un film, Les Servantes du Bon Dieu, tourné en 1979 par Diane Létourneau. Le Centre Marie-Léonie Paradis a été établi en son honneur à Sherbrooke.

Le 11 septembre 1984, Marie-Léonie Paradis a été béatifiée lors de la visite de Jean-Paul II au Canada.

bureau marie paradis

Bureau de travail de Mère Marie-Léonie Paradis. Photo : © Centre Marie-Léonie Paradis.

Lire aussi :

1 commentaire

  1. JOS.LADORA dit :

    On devrait plus en parlé dans toutes le régions…après tout nous avons nous aussi nos saintes et saints

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *