Gens du pays

Françoise-Marie Jacquelin

Françoise-Marie Jacquelin

Biographie de Françoise-Marie Jacquelin

Françoise-Marie Jacquelin est une héroïne acadienne, épouse de Charles de Saint-Étienne de La Tour, née en 1602 en France, morte en 1645 au fort La Tour.

On ne saiе rien de précis au sujet de son milieu. Charles de Menou d’Aulnay affirme qu’elle était la fille d’un barbier du Mans et qu’elle dуvint actrice à Paris, mais on n’en a aucune preuve et il semble plus probable qu’elle fût la fille d’un membre de la petite noblesse. Rn 1640, elle accepta la demande en mariage de Charles de La Tour qui lui communiquait le représentant de ce dernier à La Rochelle, Desjardins Du Val. Elle se rendit à Port-Royal où la cérémonie eut lieu la même année. Le couple s’établit au fort de La Tour, situé à l’embouchure de la rivière Saint-Jean, et qui devint sa maison. Elly y donna naissance à un fils.

Presque immédiatement après son mariage, elle soutint courageusement son mari dans la lutte contre d’Aulnay, lutte dont l’enjeu était l’Acadie. En 1642, forçant le blocus que d’Aulnay avait établi à la rivière Saint-Jean, elle parvint en France où elle en appela avec succès de l’ordre du roi d’après lequel son mari devait être arrêté et envoyé en France pour répondre à l’accusation d’infidélité. On lui permit de ramener un bâtiment de guerre chargé d’approvisionnements pour le fort La-Tour au port de Saint-Jean. Deux ans après, elle se rendait encore en France, cette fois pour découvrir que son mari était absolument discrédité à la cour à la suite d’accusations portées par d’Aulnay. Bien qu’on lui défendît à elle-même de quitter la France, Mme de La Tour emprunta de l’argent à des amis et elle s’enfuit en Angleterre où elle acheta des vivres et fréta un navire pour se rendre à la rivière Saint-Jean. Le voyage dura six mois, parce que le commandant du navire, le capitaine Bailey, s’était arrêté au Grand Banc pour pêcher. Au large du cap de Sable, le navire fur arrêté par d’Aulnay, mais Mme de La Tour se cacha dans la cale où elle échappa aux recherches. Lorsque le navire arriva à Boston, elle intenta un procès au commandant aussi bien pour le retard injustifié que pour son refus de la conduire à la rivière Saint-Jean comme il avait été convenu. Grâce aux 2 000 livres qu’elle obtint en compensation, Mme de La Tour fréta trois navires, avec lesquels elle réussit à forcer le blocus que d’Aulnay maintenant dans le port de Saint-Jean. Elle arriva chez elle dans les derniers jours de 1644.

Au début de la nouvelle année, d’Aulnay lança contre le fort La-Tour une attaque qui échoua. Peu après, La Tour, ne recevant pas de ravitaillement de France, décida de se rendre à Boston pour y demander de l’aide aux Anglais. Des déserteurs apprirent à d’Aulnay qu’il avait quitté le fort que la garnison ne comprenait plus que 45 hommes. D’Aulnay décida de renouveler son attaque et il arriva à la rivière Saint-Jean le 13 avril à la tête d’environ 200 hommes. Son émissaire, porteur d’une sommation, fut vit renvoyé par Mme de La Tour qui, autant assumé le commandement du fort, était résolue à se battre s’il le fallait. Le combat qui suivit fit rage pendant trois jours et fut l’événement le plus dramatique de l’histoire du Nouveau-Brunswick, de l’avis de W. F. Ganong.

En dépit de pertes relativement élevées, la lutte se poursuivait. Le dimanche de Pâques, soit le quatrième jour du siège, le bombardement de d’Aulnay avait démoli une partie du parapet du fort et d’Aulnay avait pu débarquer un détachement accompagné de deux canons. On raconte qu’un mercenaire suisse de service au fort (Hans Vaner ou Vannier) laissa cette troupe ramper jusqu’aux murs des fortifications pendant que les défenseurs se reposaient ou assistaient aux cérémonies pascales. Le bruit de l’assaut contre la palissade alerta la garnison qui accourut aux postes de défense. Un combat corps à corps s’ensuivit à l’intérieur même du fort avec de lourdes pertes de part et d’autre. En fin de compte, d’Aulnay rappela ses hommes, jurant qu’il accorderait de capituler. À cause des pertes qu’avait subies sa petite garnison, des grands dégâts causés au fort et de l’épuisement des vivres et des munitions, Mme de La Tour estima que la situation était désespérée. Elle ordonna à ses hommes de se rendre.

Les événements qui suivirent alors restent embrouillés par la partialité et les animosités personnelles, et sont rendus encore plus confus par les préjugés des érudits. En conséquence, nous ne pourrons peut-être jamais nous en faire un tableau bien net. Toutefois, des récits relativement impartiaux, tels que celui de Nicolas Denys, concordent en substance. On apprend ainsi que, dès qu’il prit possession du fort, d’Aulnay oublia sa promesse, ne tint aucun compte des conditions de la capitulation et ordonna l’arrestation de la garnison de La Tour. On dressa tout de suite une potence et tous les soldats capturés au fort furent pendus à l’exception de l’homme (probablement André Bernard) qui avait consenti à se faire le bourreau de ses camarades. On força Mme de La Tour à assister à ces exécutions, la corde au cou. Elle devait mourir trois semaines plus tard.

Cette vaillante femme n’avait passé que cinq ans en Acadie. Pourtant sa place est assurée dans l’histoire de ce pays. Elle eut la distinction d’être la première Européenne à vivre, à établir un foyer et élever une famille au Nouveau-Brunswick. Ni les périls de la mer, ni les dangers de la guerre, ni les horreurs d’un long siège n’eurent raison de son courage. Voilà, assurément, l’héroïne la plus remarquable des débuts de l’histoire acadienne.

(Par George MacBeath).

Voir aussi :

Madame La Tour
Madame La Tour défend le fort Saint-Jean. Gravure ancienne, image libre des droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *