Gaspésie

Voyage à Paspébiac

Voyage à Paspébiac

Destination touristique : Voyage à Paspébiac

Municipalité de Paspébiac

Dès le XVIIe siècle, Nicolas Denys mentionnait dans sa « Description géographique et historique des côtes de l’Amérique septentrionale (1672) : « un cap que l’on nomme le petit Paspec-biac : il y a une rivière où les chaloupes se mettent à l’abri lorsqu’ils viennent faire leur degrat du grand Paspec-biac qui est à quatre lieux de là ».

Concédée à Pierre Haimard (1674-1724) en 1707, la seigneurie de Paspébiac marque véritablement les débuts de la colonisation de cette partie de la côte sud de la Gaspésie. Cependant, ce territoire n,était alors fréquenté qu’au cours de la saison de pêche et il faudra attendre 1755 pour qu’un véritable contingent de pionniers s’y installent, venus d’Acadie, de Normandie, du pays Basque et de l’île de Jersey. L’implantation de la compagnie Charles Robin au barachois de Paspébiac, en 1767, fera de l’endroit le premier établissement de pêche sédentaire en Gaspésie. Une partie des installations anciennes de cet établissement a d’ailleurs été classée en vertu de la Loi sur les biens culturels.

En outre, la présence d’un port naturel assurera à Paspébiac le rôle de plate-forme principale du commerce de la région. La petite société des Papéyas se structurera petit à petit par la fondation de la paroisse de Notre-Dame-de-Paspébiac en 1796, érigée canoniquement seulement en 1860, et de la municipalité du canton de Cox en 1855. Cette unité qui porte le nom du canton proclamé en 1842 dans lequel elle se situe et qui rappelle le lieutenant-gouverneur du district de Gaspé à compter de 1775, Nicholas Cox (vers 1724-1794) qui a également occupé la fonction de surintendant des pêcheries au Labrador, allait recevoir son nom actuel en 1877. En effet, cette année-là, on assiste à la création de deux municipalités, Papébiac et New Carlisle, issues du territoire de la municipalité du canton de Cox.

Le toponyme Paspébiac, également attribué au bureau de poste dès 1832, provient du mot micmac « ipsigiag », barachois, lagune, faisant allusion au port naturel de forme triangulaire créé à cet endroit. On relève également l’expiression « papgeg ipsigiag », batture fendue. Une autre source mentionne enfin la possibilité que le toponyme signifie « qui brille à distance ».

La municipalité de Paspébiac présente un territoire tout en longueur, habité surtout dans la partie qui jouxte la baie des Chaleurs. Cette localité, implantée à 7 km à l’est de New Carlisle, constitue un port de pêche très important qui a nécessité l’établissement d’une usine moderne de transformation du poisson.

Rivière Paspébiac

D’une longueur de quelque 10 km, la rivière Paspébiac décharge les eaux du lac Noir, baignant dans la municipalité gaspésienne de New Carlisle. Elle coule ensuite vers l’est, arrosant les municipalités de Paspébiac-Ouest, de Paspébiac et de Hope-Town, où elle débouche, par le Barachois, dans la baie des Chaleurs. En 1983, la rivière prend officiellement le nom de Paspébiac alors qu’on l’avait surtout connue jusqu-là sous celui de Nouvelle. En effet, la carte de 1685 d’Emmanuel Jumeau indique « R. Nouvelle ». Plus tard, les documents cartographiques de Bouchette (1815 et 1831) portent l’inscription Lower Rr. Nouvelle et le cartographe Russell mentionne East Nouvelle R. (1847) et River Nouvelle (1861). Le choix officiel de Paspébiac, en 1983, avait pour but de réserver l’usage de l’appellation uniquement à l’autre rivière Nouvelle, mieux connue et plus importante, qui coule à environ 80 km plus à l’ouest.

Municipalité de Paspébiac-Ouest

La configuration du territoire de cette municipalité, qui épouse la forme d’une longue bande de terrain rectangulaire, se rapproche de celle de Paspébiac. Cette analogie géographique a son prolongement dans le fait que cette dernière a littéralement donné naissance à sa voisine immédiate à l’ouest, en lui cédant une partie de son territoire. Là ne s’arrêtent pas les liens qui unissent ces deux entités car leurs citoyens partagent le même gentil, Paspéyas, tiré de la prononciation particulière locale du nom municipal.

Limitée au nord par les monts Notre-Dame et à l’ouest par New Carlisle, Paspébiac-Ouest est née grâce à l’initiative d’un citoyen de la municipalité mère, Zénon Fulham, qui, en 1914, considérait que le taux de taxation était beaucoup trop élevé.

Ayant recueilli la signature d’un bon nombre de ses concitoyens, il a saisi les autorités gouvernementales de ses doléances, démarche qui aboutit, en 1922, à la création de l’actuelle municipalité. Paspébiac-Ouest partage la même origine dénominative que la municipalité mère et la présence du point cardinal marque la position géographique de la municipalité en regard de Paspébiac. En outre, ce nom a donné lieu à diverses graphies souvent fantaisistes comme Passépebiat, Pepchidiak, Passepebiac. Quant au bureau de poste local, il a porté l’appellation anglaise de Papebiac West de 1903 à 1967.

Municipalité de New Carlisle

Les Beebe, Munroe, Caldwell, Hamilton, Loyalistes que la Couronne britannique a généreusement aidés à s’établir en Gaspésie (dons de terres vastes, d’outils, d’équipements, de semences, fourniture de provisions alimentaires pour trois ans) sont à l’origine de la municipalité de New Carlisle. Ce geste des autorités anglaises avait pour objectifs, d’une part, de disséminer et d’isoler les francophones parmi de fidèles sujets britanniques et, d’autre part, de faire échec à toute velléité d’association avec les États-Unis. L’appellation, qui paraît sur les cartes de Joseph Bouchette de 1815 et 1831 comme sur celles de Russell de 1847 et 1861, évoque la vieille cité de Carlisle, dans le comté de Cumberland en Angleterre. Il convient aussi d’observer l’existence de Carlisle, chef-lieu (1751) du comté de Cumberland, créé en 1750, en Pennsylvanie, dans la vallée de la Cumberland, à 25 km environ de Harrisburg, la capitale de l’État. Comme les Loyalistes venant des États-Unis ont souvent transposé les noms de leur patrie, ce phénomène a pu intervenir ici.

À une certaine époque, les Micmacs identifiaient le site sous la dénomination d’Antagoetjoitog, chez le nègre, sans que l’on sache qui était ce « nègre ». L’endroit a également été connu sous le nom de Petit-Paspébiac au XIXe siècle., avant de devenir officiellement New Carlisle en 1877.

D’ailleurs la position géographique de New Carlisle, sur la baie des Chaleurs, entre Paspébiac et Bonaventure, justifie cette appellation. Centre administrative et commercial de cette section de la Gaspésie, siège de la MRC de Bonaventure, la municipalité avait déjà très fière allure dès 1830, car on la comparaît à Washington, cd qui a suscité le mot de L’abbé Ferland en 1836 : C’est une ville en promenade à la campagne ». La communauté anglophone devait concrétiser sa présence sur le plan religieux par l’établissement, en 1805, de la Lnox Presbyterian Church, la Zion United Church en 1820 et la St. Andrews Anglican Church. Du côté catholique, la paroisse de Saint-Étienne-de-New-Carlisle sera canoniquement érigée en 1887. Incidemment, le site élevé du village assure un panorama très pittoresque dont une vue superbe sur la baie des Chaleurs constitue le clou. Les New Carlislers – appellation collective anglaise qui souligne la présence anglophone encore significative – jouissent en outre d’un climat qui compte parmi les plus sains et les plus vivifiants de la côte gaspésienne. Le fils le plus célèbre de l’endroit est sans contredit René Lévesque (1922-1987), premier ministre du Québec de 1976 à 1985.

Sur les bords de la baie des Chaleurs, le barachois de Paspébiac offrait de bonnes conditions naturelles aux pêcheurs venus tôt s'y installer. Le Banc-de-Paspébiac, parsemé de bâtiments reliés à l'industrie de transformation du poisson, est aujourd'hui reconnu comme site historique.
Sur les bords de la baie des Chaleurs, le barachois de Paspébiac offrait de bonnes conditions naturelles aux pêcheurs venus tôt s’y installer. Le Banc-de-Paspébiac, parsemé de bâtiments reliés à l’industrie de transformation du poisson, est aujourd’hui reconnu comme site historique.. Photo libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *