Parc national de la Mauricie

Parc national de la Mauricie, parc national du Canada

D’une superficie de 536 kilomètres carrés, le parc national de la Mauricie est un parc national du Canada. Ce vaste espace vert est situé dans la région administrative de la Mauricie. Il a été créé dans le but de protéger un échantillon représentatif du bouclier canadien.

Le parc national de la Mauricie fait partie du réseau des parcs et des lieux historiques de Parcs Canada. Ce parc est niché dans la chaîne de montagnes des Laurentides. On trouvera sur son territoire plus de cent cinquante lacs et des forêts peuplées d’un grand nombre d’espèces végétales et animales.

Des scientifiques font des recherches dans le parc, étudiant les comportements des animaux, dont le huard, le loup et la tortue et des plantes et arbres, dont le pin blanc. Un équipe de travailleurs forestiers garde un œil sur la santé du parc national de la Maurice. Un programme de protection et de restauration des riches écosystèmes a été mis en place.

On peut y faire de la randonnée pédestre en été, du ski de fond ou de la raquette à neige en hiver et beaucoup plus. On peut commander une visite guidée et planifier des activités éducatives. On peut faire des réservations pour les campements, pour le séjour au domaine Wabenaki-Andrew, un terrain de camping, pour l’hébergement et plus encore.

Une partie de l’histoire du parc national de la Mauricie

La première partie du programme de participation publique du Parc national de la Mauricie a pris fin mardi soir (pour le 10 mai 1977), avec la sixième et dernière réunion publique à Trois-Rivières et M Henri Hubert directeur du parc, nous avouait que c’est au-delà de 1.000 personnes qui ont pu y participer.

Ce qui a emballé les gens du Parc national et ceux de Parcs Canada, puisque les trois objectifs de ces réunions publiques (informer, sensibiliser le public sur le plan directeur du parc, et recueillir les avis et suggestions de la population pour une meilleure intégration du parc à la région» ont pu selon eux être atteints.

« Ces rencontres ont apporté énormément de suggestions sur ce que les gens attendent du Parc national de la Mauricie, et en particulier les personnes âgées, qui sont intervenues souvent et dont on entrevoit pour eux une possibilité d’utilisation optimale du parc pendant la semaine », précisait M. Hubert, qui demeure toutefois songeur quant à un autre aspect qu’il voulait développer par ces réunions publiques

En effet, depuis la création du parc, il a été maintes fois répété que le parc apportera à la région dans la mesure où la région se dotera des services nécessaires à créer un attrait intéressant pour les touristes et pour cela, il faut qu’une mentalité nouvelle s’installe dans la Mauricie une mentalité d’accueil et d organisation en fonction d’une vocation touristique régionale.

Et ce souci, M. Hubert ne l’a pas retrouvé au cours des six réunions publiques, et il le comprend Cependant, il est convaincu qu’il ne faut pas cesser de travailler dans ce sens, et c’est pourquoi il nous mentionnait que le programme de participation publique se poursuit maintenant de façon informelle mais soutenue il s’agira de rencontres de groupes sociaux, d’organismes gouvernementaux des différents niveaux, notamment provincial et fédéral.

Enfin, se rapportant aux propos du ministre du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche. M Yves Duhaime, à La Tuque, à l’effet qu’il doterait la Mauricie d’une industrie touristique, M Hubert concluait qu’une vocation touristique ça ne s’impose pas comme une usine, il faut que ce soit désiré par la population.

Mauricie.
La Mauricie vue des hauts. Photographie libre de droit.
Mauricie
La région de la Mauricie. Vue aérienne. Photographie libre de droit.

Laisser un commentaire